Mathias Ier de Nantes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mathias Ier de Nantes
Fonctions
Comte de Nantes
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Décès
Nom dans la langue maternelle
Mathias Ier et Mazheaz IañVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
AristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père

Mathias Ier de Nantes comte de Nantes de 1038 à 1050/1051[1]. Fils et successeur du comte Budic de Nantes.

Biographie[modifier | modifier le code]

L’évêque de Nantes Gaultier II met à profit le jeune âge du nouveau comte pour désigner comme successeur, son propre fils aîné, Budic qui avait fait ses études aux écoles de Saint-Martin-de-Tours et à qui il n’hésite pas à donner la consécration épiscopale. Gaultier envisageait de créer une dynastie épiscopale comme il en existait déjà à la même époque à Quimper et à Rennes.

Lorsqu’à la mort de son père le l’évêque désigné, Budic veut prendre possession de du siège épicopal il rencontre de la part du comte Mathias Ier et de ses tuteurs une forte opposition qu’il réussit à circonvenir par des versements de fonds.

En 1049 l’évêque Budic est condamné au Concile de Reims par le Pape Léon IX pour népotisme et simonie et il doit abdiquer le pour être remplacé par le cardinal réformateur, Airard abbé de Saint-Paul-hors-les-Murs à Rome. Il meurt l’année suivante et le comte Mathias « a priori » sans héritier de son épouse nommée Ermengarde disparait deux ans plus tard.

Conan II de Bretagne tente de s'imposer à Nantes jusqu'en 1054 mais la succession de Budic est recueillie par sa tante Judith, épouse du comte Alain Canhiart de Cornouaille[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Annales de Saint Florent de Saumur le font décéder en 1050 et les Chroniques Annaulx en 1051
  2. Jean-Christophe Cassard Houel de Cornouaille, Société archéologique du Finistère Quimper 1988, p. 100


Sources[modifier | modifier le code]