Budic de Nantes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Budic de Nantes comte de Nantes de 1005 à 1038.

Biographie[modifier | modifier le code]

Budic est le fils du comte Judicaël de Nantes. Il règne jusque vers 1010 sous l'étroite surveillance de l'évêque de Nantes Gaultier II (1005-1041) qui avait été mis en place par le comte de Rennes Geoffroi Ier de Bretagne.

Budic met à profit un pèlerinage de l'évêque en Terre sainte vers 1020 pour s'emparer des biens épiscopaux et détruire le château du prélat. De retour l'évêque demande l'intervention du comte de Rennes et Budic l'assistance du comte Foulque III d'Anjou ce qui entraine la perte d'une partie des territoires nantais au sud de la Loire soit la presque totalités des Mauges (1025). La construction du château de Clisson est le signe de la volonté du comte de Nantes d'arrêter la progression du comté d'Anjou.

Après un ultime conflit vers 1030 avec Alain III, Budic rentre dans la fidélité du comte de Rennes et souscrit le une charte d'Allain III en faveur de l'abbaye du Mont-Saint-Michel [1] Cette crise entraine un recul sensible de l'autorité du comté de Nantes car c'est à cette époque qu'apparaissent les premiers châteaux dans les zones périphériques du pagus de Nantes; Châteaubriant, La Roche-Bernard, Machecoul.

De son épouse nommée Havoise il laissa deux fils[2] ou trois fils[3] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hubert Guillotel, Actes des ducs de Bretagne, 944-1148, Rennes Rennes, Presses universitaires de Rennes Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, coll. « Sources médiévales d'histoire de Bretagne, » (no 3), , 448 p. (ISBN 978-2-753-53498-8, OCLC 893942284), p. 194-200.
  2. André Chédeville & Noël-Yves Tonnerre La Bretagne féodale XIe-XIIIe siècle. Ouest-France Université Rennes (1987) (ISBN 2737300142) p. 29
  3. a et b Foundation for Medieval Genealogy: Brittany: Dukes and Nobility

Sources[modifier | modifier le code]