Johann Julius Heinsius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Johann Ernst Heinsius.
Johann Julius Heinsius
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
OrléansVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Johann Julius HeintzeVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Lieu de travail
Fratrie

Johann Julius Heintze dit « Heinsius », également appelé « Jean Jules », né le à Hildburghausen[1] et mort le à Orléans, est un peintre allemand actif en France à la fin du XVIIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils cadet de Johann Christian Heintz (v. 1706-1756)[2], qui avait abandonné son métier d’armurier pour devenir peintre, actif à la cour de Rudolstädt[3], Heinsius a été actif, à partir de 1752 aux Pays-Bas, à La Haye et à Utrecht. À partir de 1779, il a fait carrière à la cour de France et exposé régulièrement dans les salons de peinture et de sculpture.

À la Révolution française, après la décapitation de Louis XVI et de Marie-Antoinette, auxquelles il était relié, il est invité à quitter Paris pour Orléans, d’où il exécutera néanmoins, par la suite, sous Napoléon, les commandes à Paris.

Il était le frère cadet de Johann Ernst Heinsius, également peintre, avec qui il est souvent confondu[4],[5]. Cette étroite relation a souvent créé la confusion chez les historiens de l’art qui ont procédé à l’attribution incorrecte de leurs œuvres respectives, notamment chez Charles Oulmont et sa biographie publié en 1913[6], bien qu’Hedwig Dauch-Schröder ait fourni le cursus de chaque frère dans sa thèse de doctorat de 1937, publiée en 1940[7].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D’autres versions donnent Weimar comme lieu de naissance.
  2. (en) Neil Jeffares, « Dictionary of pastellists before 1800 », sur pastellists.com (consulté le 21 juillet 2017).
  3. (de) Ernst Beutler et Josefine Rumpf, Bilder aus dem Freien Deutschen Hochstift : Frankfurter Goethemuseum, Frankfurt-sur-le-Main, Verlag Der Goldene Brunnen, , 151 p. (lire en ligne), p. 61.
  4. Werner Schneiders, « Der deutsche und der französische Heinsius : Fragen an ein Porträt des 18. Jahrhunderts », Das Achtzehnte Jahrhundert: Zeitschrift der Deutschen Gesellschaft für die Erforschung des achtzehnten Jahrhunderts, vol. 23, no 1,‎ , p. 79.
  5. (de) Walther Scheidig,  Heinsius, Johann Julius, dans : Neue Deutsche Biographie (NDB), volume 8, Duncker & Humblot, Berlin 1969, p. 442 (original numérisé).
  6. Charles Oulmont, J.-E. Heinsius, 1740-1812, peintre des Mesdames de France : Ouvrage illustré de cinq reproductions en couleurs et de 83 gravures en noir tirées hors texte, Paris, Hachette, , vii, 189 p., in-4° (OCLC 562233314, lire en ligne).
  7. (de) Hedwig Dauch-Schröder, Johann Ernst Heinsius, 1731-1794 : ein Thüringer Bildnismaler der Goethezeit, Iéna, Pössneck, , in-8° (OCLC 716399064).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Tableaux conservés dans les musées
  • François de Bérenger, commissaire général des fontes de l’artillerie à Douai, Paris, musée de l’Armée, 1773.
  • Antoine Huard à l’âge de 30 ans, Paris, musée du Louvre.
  • Jean-Baptiste Laumonier, Rouen, musée Flaubert et d’Histoire de la Médecine.
  • Satyre et Nymphe devant une Bacchanale et Satyre et Nymphe devant le trimphe de Silène, Châlons-en-Champagne, Musée Garinet.
  • Jeanne Philippon, Madame Roland, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon.
  • Marie-Adélaïde de France (1732-1800), dite « Madame Adelaïde », fille de Louis XV, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, 1785.
  • Marie-Louise-Thérèse-Victoire de France, dite « Madame Victoire », fille de Louis XV, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, 1786.
  • Sans titre, (Portrait de femme), Agen, Musée des Beaux-Arts d’Agen, non daté.
Miniatures
  • Portrait de femme coiffée d’un bonnet, Paris, musée du Louvre, miniature sur ivoire.
  • Portrait d’homme, Paris, musée du Louvre, miniature sur ivoire.
Œuvres passées en vente publique
  • Portrait du Général Delaroche, huile sur toile, 117 × 89 cm, datée de 1806, vente à Paris, Piasa, le 26 octobre 2007.
    Vraisemblablement identifiable avec le général Jean-Baptiste Grégoire Delaroche.
  • Portrait de Madame Delaroche, huile sur toile, 117 × 89 cm, datée de 1806, vente à Paris, Piasa, le 26 octobre 2007.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :