Mariana Ramos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mariana Ramos
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Activité
Autres informations
Site web

Mariana Ramos, née à Dakar, est une chanteuse sénégalaise originaire du Cap-Vert.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Dakar un 5 juillet, elle vit au Cap-Vert dans le quartier populaire de Monte Sossego, élevée par sa grand-mère, à qui elle dédiera d’ailleurs son album, « Bibia ». Elle rejoindra ensuite ses parents en France, où ils avaient été contraints d’émigrer pour trouver du travail.

Toute son enfance sera bercée par un double modèle: du côté maternel, elle hérite de l’amour de la danse, qui représente sa première véritable passion, exercée dès l’âge de 5-6 ans, et qu’elle n’abandonnera jamais. Du côté patriarcal, elle est bercée par les rythmes capverdiens de son père, Toy Ramos alias Toy de Bibia, guitariste du groupe Voz de Cabo Verde.

À sa majorité, elle commence à se produire sur scène, tantôt avec son père, tantôt chantant et dansant dans un groupe de rock. Car, à cette époque, Mariana a besoin de s’affranchir de ses seules racines cap verdiennes et paternelles: elle a soif de découvrir d’autres influences, de Nougaro à Jonasz en passant par Édith Piaf, Ella Fitzgerald, Sarah Vaughan ou Rickie Lee Jones.

Après s’être imprégnée de ces multiples influences, la rencontre avec Téofilo Chantre, le compositeur de Cesária Évora et Nazalio Fortes, jeunes compositeurs capverdiens, la ramènera vers ses origines. Ce sera l’occasion, pour elle, d’une métamorphose et d’une véritable re-naissance intérieure, au point de changer d’identité et de choisir de ne plus porter que son nouveau nom d’artiste, Mariana Ramos.

Commence alors, pour l'artiste, une accession vers la notoriété et vers la reconnaissance par la communauté autant capverdienne qu’internationale. Après un premier album « Di dor em or » sorti en avril 2000, on la retrouvera alors dans de nombreux concerts, New Morning, Bataclan, Café de la danse, en tournée en Afrique, en Italie et en Grèce, parfois aux côtés de Tito Paris, Téofilo Chantre, ou en première partie de Souad Massi. En 2003, elle fait une formation aux ACP La Manufacture Chanson. Avec « Bibia », sorti en 2004, Mariana offre un nouveau CD chaleureux, fruit d’une combinaison de talents incluant Ano Nobo, le poète Manuel de Novas, Téofilo Chantre et Toy Ramos.

Début 2009 elle entame une série de concerts en France (le premier ayant eu lieu le à Paris, au théâtre Alhambra).

En Février 2011, Mariana Ramos présente un nouvel opus « SuaviDança » dans une palette colorée de douze titres.

Une invitation aux rythmes de son « Cap-Vert », Morna, Coladeira, Funana, Batucu, Mazurca mais aussi la Samba et la Musique africaine avec des arrangements qui soulignent avec élégance la voix suave de Mariana.

Huit titres ont été écrits par ses soins dont deux compositions musicales : « Beleza », un funana extrait du recueil de poésie de Misà et « Nzinga Mbandi », où elle célèbre l’héroïne de l’Angola, la sœur patrie.

Avec la complicité de Lucien Zerrad, le guitariste et réalisateur de « Suavidança », Mariana vit les retrouvailles d’un frère « Irmon », réanime « Fogo » le volcan de son archipel, arrangé par Thierry Faure son pianiste, évoque les joies de la danse « Dancador », composé par son bassiste Régis Thérèse. Une surprise dans l’album donne naissance à un duo « Nzinga Mbandi » avec Angélique Kidjo qui révèle volontiers l’espérance et le courage.

Dans ce quatrième album, les cuivres et les cordes s’insinuent avec délicatesse dans les compositions de Toy de Bibia, Téofilo Chantre et Jorge Humberto, nourrissant les thèmes traditionnels.

Elle s’impose dans cette œuvre avec la générosité et le talent que nous lui connaissons lors de ses apparitions scéniques.

Mariana Ramos, auteure, compositeure, danseuse et vocaliste s’affirme comme l’une des interprètes internationales de ce genre musical.

La présentation de ce nouvel album a eu lieu au Café de la Danse les 8 et 26 mars 2011 dans des salles combles Elle a reçu un accueil très chaleureux des médias.

Discographie[modifier | modifier le code]

2015 : Quinta

1- Rumo noch liberdad

2- Nada e perfeito

3 - Maria di lida

4 - Estrela da marinha

5 - Sima Kretxeu

6 - Fidje d'terra na gloria

7 - Bandera

8 - Isis criola

9 - Kamin di mar

10 - Nha vida

11 - Fidjo Femea feat Manu Dibango

12 - Merecimente de mae

13 - Ninancia

Lien externe[modifier | modifier le code]