Marcel Julien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Julien.
Marcel Julien
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Pseudonyme
MarlienVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Autres informations
Membre de
Grade militaire
Conflit
Distinctions
Stèle à Marcel Julien et René Vittoz (Camp Didier) à Faramans (Ain, France) - gros plan.jpg
plaque commémorative

Marcel Julien dit Marlien[1], né en 1898 à Lyon et mort fusillé par les Allemands le au lieu-dit Le Vessu à Faramans, est un résistant français, principal créateur et organisateur du camp Didier[2].

Le résistant[modifier | modifier le code]

Marcel Julien est le fondateur du Camp Didier. De 1942 à 1944, Marlien contribua à la création des dépôts d’armes parachutés à différentes reprises. Il prépara l’organisation et la formation du Camp Didier en collaboration avec Vallin mais aussi la prise de pouvoir et l’installation des Comités de libération du secteur. Arrêté à trois reprises par la Gestapo et la milice en 1943 et 1944, il parvint à s’échapper. Nommé chef politique du district, il fut volontaire pour toutes les missions et a couvert la retraite des FFI enfermés à la ferme Radisson, permettant ainsi le dégagement des troupes. Assurant la retraite du PC dans les bois de Faramans.

Il sera arrêté par les Allemands peu après la jonction entre le corps américain du colonel Murphy[3] et les Forces françaises de l'intérieur desquels dépendaient le camp Didier lors de la Bataille de Meximieux.

Hommages[modifier | modifier le code]

Plaque sur la tombe de Robert Julien : « Les résistants du 4e secteur & le comité de libération de Sathonay-Rillieux à leur chef et ami Marcel Julien ».
Rue du Capitaine Julien à Rillieux-la-Pape.
  • Une stèle à Faramans lui rend hommage ainsi qu'à René Vittoz à Faramans. Il y a également une petite croix dressée sur le lieu précis de son exécution.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Basse 1976, p. 253.
  2. Basse 1976, p. 188.
  3. Basse 1976, p. 186.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Martin et Jo Basse, Histoire de Caluire-et-Cuire, Lyon, Fot, , 281 p.