Maïti Girtanner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maïti Girtanner
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
RésistanteVoir et modifier les données sur Wikidata

Maïti Girtanner (1922-2014) est une résistante française, qui s'est fait connaître par la publication d'un reportage et d'un livre sur son expérience de la souffrance et du pardon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marie Louise Alice Eleonore dite Maïti est née à Aarau en Argovie (Suisse) le 15 mars 1922, fille de Paul Werner Girtanner, de Saint-Gall en Suisse, et de Claire Rougnon, française. D'après ses propres dires et écrits, à trois ans, à la mort de son père, elle vient habiter en région parisienne à Saint-Germain-en-Laye, dans la famille de sa mère. Son grand-père maternel, Paul Rougnon, était musicien, compositeur et professeur au Conservatoire de Paris.

En 1940, son grand-père se retire, avec elle, dans une maison familiale près de de Poitiers, au bord de la Vienne, où s'arrête la ligne de démarcation. La maison est située rive gauche, en zone occupée, et la rive droite est la zone libre. Elle s'engage dans la Résistance et aide à passer cette ligne de démarcation[1]. Elle est arrêtée, torturée, survit mais conserve des séquelles[2].

En 1984, après 40 ans, un de ses bourreaux réapparaît et veut la rencontrer[3]. N'ayant plus que quelques semaines à vivre, du fait d'un cancer, ce dernier ne peut mourir sereinement sans s'être dénoncé auprès de sa victime encore vivante, regrettant d'avoir massacré des êtres humains sans discernement et sous des ordres intransigeants. Il ne sait comment demander son pardon.

Le 28 mars 2014, Maïti Girtanner est décédée au Mesnil-le-Roi dans les Yvelines et ses obsèques ont été célébrées le 1er avril 2014 en l'église de Bonnes[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Maïti Girtanner et Guillaume Tabard, Même les bourreaux ont une âme, Editions de la Loupe, , 233 p. (ISBN 9782848682242)
  • Maïti Girtanner, Résistance et Pardon, , 63 p., chap. 442

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Farisy, La ligne de démarcation dans la Vienne: 1940-1943, Geste éditions, (lire en ligne), p. 120
  2. Annet Sauty de Chalon, « Même les bourreaux ont une âme », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  3. Par Samuel Lieven, « VIDEO Maïti Girtanner, de la Résistance au pardon », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)
  4. « La petite fourmi de la Résistance n'est plus », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]