Métrique arabe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La métrique arabe, dite « science du mètre » ( 'ilm al-'arûḍ - en arabe : علم العروض), est la discipline qui étudie les règles de la métrique arabe. Au sens large, elle inclut également les règles des rimes (arabe : علم القوافي), mais celles-ci sont généralement traitées à part. Théorisée au VIIIe siècle par le philologue Al-Khalil Ibn Ahmad, la métrique arabe est traditionnellement définie comme l’ensemble des règles qui permettent de distinguer les vers bien mesurés des vers fautifs[1].

Le terme 'arûḍ semble être une création d’Al-Khalil[2]. Certains pensent qu’il viendrait du verbe 'araḍa : exposer. La poésie serait ainsi exposée à l’analyse de cette science qui en détermine les composants et offre un label d’admissibilité. D’autres pensent qu’il s’agit d’une généralisation du terme technique désignant le dernier pied du premier hémistiche[3].

Le 'arûḍ est la science qui étudie les mesures métriques du vers, c’est-à-dire les séquences de syllabes brèves et longues adjointes à chaque vers ; le arudh tel que l’a construit Al Khalil, se présente comme un modèle structuré en niveaux :

  • Evénements élémentaires ou phonologiques
  • Cordons et piquets
  • Pieds
  • Hémistiche, vers

Le passage d’un niveau à un autre se fait par groupement ou concaténation des éléments.

La métrique avant Al-Khalil[modifier | modifier le code]

Les mètres identifiés et nommés par Al-Khalil étaient utilisés empiriquement par les poètes dès la Jâhiliyya. Les anciens poèmes arabes étaient déjà, cent ans avant l’Islam, écrits et récités selon les mètres que l’on connaît, et ils conservèrent ceux-ci dans les siècles suivants sans y presque rien changer. La qasida préislamique, le modèle la poésie arabe classique comprend en général 50 à 100 vers monorimes ; la division en strophes n’existe pas dans la poésie arabe ancienne. Chaque vers (bayt plur. abyāt) est formé de deux hémistiches bien distincts (miṣrāʿ plur. maṣārīʿ); le premier hémistiche est appelé al-ṣadr, et le second al-ʿajûz. Au VIIe siècle, on reconnut ces éléments les plus visibles du vers et l’on se borna à leur donner un nom[4].

Méthodes de composition et d'identification des mètres[modifier | modifier le code]

Méthode traditionnelle[modifier | modifier le code]

Pour Al-Khalil, tous les mètres sont composés à partir de 8 pieds (juz' plur. ajzâ' ) : faʿūlun (فعولن), fāʿilun (فاعلن), mafāʿīlun (مفاعيلن), mustafʿilun (مستفعلن), fāʿilātun (فاعلاتن), mufāʿalatun (مفاعلتن), mutafāʿilun (متفاعلن), mafʿūlātu (مفعولات). Une répartition et une succession fixes de certains de ces pieds détermine le mètre.

Le tableau suivant montre comment les 16 mètres se forment à partir de ces huit pieds. Pour plus de clarté, seul un hémistiche est donné pour chaque mètre (le deuxième hémistiche du vers étant la répétition du premier).

Composition du mètre Nom du mètre
مفاعيلن مفاعيلن (Hazaj) هزج
مفاعلتن مفاعلتن فعولن (Wâfir) وافر
مفاعيل ُ فاعلاتن (Mudâri') مضارع
فعولن مفاعيلن فعولن مفاعلن (Tawîl) طويل
فعولن فعولن فعولن فعولن (Mutaqârib) متقارب
فاعلاتن فاعلاتن فاعلن (Ramal) رمل
فاعلاتن مستفعلن فاعلاتن (Khafîf) خفيف
مستفعلن فاعلاتن (Mujtath) مجتث
فاعلاتن فاعلن فاعلاتن (Madîd) مديد
مستفعلن مستفعلن مستفعلن (Rajaz) رجز
مستفعلن مستفعلن فاعلن (Sarî') سريع
متفاعلن متفاعلن متفعلن (Kâmil) كامل
مستفعلن فاعلات مفتعلن (Munsarih) منسرح
فاعلات مفتعلن (Muqtadib) مقتضب
مستفعلن فاعلن مستفعلن فاعلن (Basît) بسيط
فاعلن فاعلن فاعلن فاعلن (Mutadârik) متدارك

Méthode de Bohas[modifier | modifier le code]

  • Mètres à watid initial
Nom du mètre Pied 4 Pied 3 Pied 2 Pied 1
1. Hazaj • • [- U] • • [- U]
2. Wâfir - [- U] - UU [- U]

- - [- U]

- UU [- U]

- - [- U]

3. Mudâri' • • [U -] • • [- U]
4. Tawîl • • [- U] • [- U] • • [- U] • [- U]
5. Mutaqârib • [- U] • [- U] • [- U] • [- U]
  • Mètres à watid médian
Nom du mètre Pied 4 Pied 3 Pied 2 Pied 1
6. Ramal • [- U] • • [- U] • • [- U] •
7. Khafîf • [- U] • • [U -] • • [- U] •
8. Mujtath • [- U] • • [U -] •
9. Madîd • [- U] • [- U] • • [- U] •
  • Mètres à watid final
Nom du mètre Pied 4 Pied 3 Pied 2 Pied 1
10. Rajaz [- U] • • [- U] • • [- U] • •
11. Sarî' - - / - UU / - U - [- U] • • [- U] • •
12. Kâmil [- U] - UU

[- U] - -

[- U] - UU

[- U] - -

[- U] - UU

[- U] - -

13. Munsarih [- U] • • [U -] • • [- U] • •
14. Muqtadib [- U] • • [U -] • •
15. Basît [- U] • [- U] • • [- U] • [- U] • •
16. Mutadârik [- U] • [- U] • [- U] • [- U] •

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "ʿArūḍ." Encyclopédie de l’Islam. Brill Online, 2014. Reference. BULAC (Bibliothèque universitaire des langues et civilisations ). 01 April 2014 <http://referenceworks.brillonline.com.prext.num.bulac.fr/entries/encyclopedie-de-l-islam/arud-COM_0066>
  2. Métrique arabe selon Al Khalil. [PDF]
  3. "ʿArūḍ." Encyclopédie de l’Islam. Brill Online, 2014. Reference. BULAC (Bibliothèque universitairedes langues et civilisations ). 01 April 2014 <http://referenceworks.brillonline.com.prext.num.bulac.fr/entries/encyclopedie-de-l-islam/arud-COM_0066>
  4. "ʿArūḍ." Encyclopédie de l’I slam. Brill Online, 2 01 4. Reference. BULAC (Bibliothèque univ ersitairedes langues et civ ilisations ). 01 April 2 01 4 < http://referenceworks.brillonline.com .prext.num .bulac.fr/entries/ency clopedie-de-l-islam /arud-COM_0066>

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • PAOLI, Bruno. De la théorie à l’usage : Essai de reconstitution du système de la métrique arabe ancienne. Nouvelle édition [en ligne]. Damas : Presses de l’Ifpo, 2008 (généré le 02 avril 2014). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/ifpo/4096>. ISBN 9782351592793.
  • Mostefa Harkat : Dictionnaire comparé des théories du vers, arabe français, Éditions Afaq, Alger, 2008.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]