Mésentère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la médecine
Cet article est une ébauche concernant la médecine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Mésentère
Description de cette image, également commentée ci-après

Coupe horizontale du péritoine dans la partie basse de l'abdomen. Le mésentère est dessiné en rouge.

Description de cette image, également commentée ci-après

Coupe verticale du péritoine. La cavité principale est en rouge; la bourse omentale (cavité épiploïque) en bleu.

Données

Chez les mammifères, le mésentère est un repli du péritoine reliant les anses de l'intestin grêle (le jéjunum et l'iléon) à la paroi postérieure de l'abdomen. Le mot « mésentère » ne s'applique pas qu'à la seule anatomie humaine, mais est d'une portée beaucoup plus large.

De 2012 à 2015, une étude de sa structure offre un argument pour sa requalification en tant qu'organe à part entière (il deviendrait alors le 79e organe de l'espèce humaine). Cependant, contrairement a ce qui a été annoncé par une partie de la presse début janvier 2017[1], cette requalification n'a pas été décidée, mais les découvreurs de la continuité du mésentère plaident en ce sens[2].

En gastronomie, le mésentère de jeune bovin est un abat apprécié sous le nom de « fraise de veau » (le terme fraise ne convient pas pour l'intestin du porc). Il peut, notamment, être utilisé pour la fabrication d'andouillettes (voir plus loin).

En zoologie[modifier | modifier le code]

Le mésentère désigne toute zone de jonction entre 2 cavités, l'une droite et l'autre gauche. Cette zone de jonction est en fait un mésenchyme bordé de deux assises épithéliales.
Lorsque la zone de jonction se situe entre 2 cavités, l'une antérieure et l'autre postérieure, on parle de dissépiment.

Anatomie humaine[modifier | modifier le code]

Diverses pathologies peuvent se rencontrer dont l'infarctus mésentérique est l'une des plus graves.

Pathologies du mésentère[modifier | modifier le code]

Kyste pur :

  • lymphangiome kystique (uniloculaire ou multiloculaire) ;
  • mésothéliome kystique (multiloculaire) ;
  • pseudokyste pancréatique (multiloculaire).

Kyste avec d'autres composantes :

Gastronomie, mésentère et fraise de veau[modifier | modifier le code]

Dans l'univers de la charcuterie et de la cuisine, le mésentère de jeune bovin est un abat apprécié sous le nom de « fraise de veau » (on n'emploie jamais le terme fraise pour le même organe chez le porc). Il y a cependant ambiguïté. En 1690, le Dictionnaire universel de Furetière précisait « Fraise de veau est le mésentère. C'est une membrane grasse qui soutient les boyaux, autours de laquelle ils sont entortillés ». Les éditions des années 1820 du Nouveau vocabulaire français des De Wailly reprenait cette définition : « Mésentère, membrane placée en forme de fraise, le long des intestins ; on l'appelle fraise dans le veau ». Il en va autrement avec le Code des usages de la charcuterie, qui fait référence pour la profession et la DGCCRF (édition 2016) : « On entend par « fraise de veau » l'ensemble de l'intestin grêle et du gros intestin, avec ou sans ratis » (ratis dérive de ratisser : la graisse détachée du boyau).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Marie-Céline Jacquier », sur www.futura-sciences.com,‎ (consulté le 6 janvier 2017).
  2. « Non, un nouvel organe ignoré de la Science n’a pas été découvert… », sur allodocteurs.fr,‎ (consulté le 5 janvier 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]