Ludwig Friedländer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une personnalité image illustrant allemand
Cet article est une ébauche concernant une personnalité allemande.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ludwig Friedländer
Ludwig Friedländer - Imagines philologorum.jpg

Ludwig Friedländer.

Fonction
Chambre des seigneurs de Prusse
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Lieu de travail
Formation
Activités

Ludwig Henrich Friedlaender (Königsberg, 16 juillet 1824 – Strasbourg, 16 décembre 1909) est un philologue allemand.

Il a étudié de 1841 à 1845 à l'Université de Königsberg, à celle de Leipzig et à l'Université Humboldt de Berlin. En 1847, il est devenu privatdozent de philologie classique à Königsberg, en 1856 professeur-assistant et en 1858 professeur.

Il a pris sa retraite en 1892 à Strasbourg (alors dans l'Empire allemand), dont il était professeur honoraire de l'université.

Bien que juif, il s'était converti au christianisme.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Son œuvre principale est Darstellungen aus der Sittengeschichte Roms in der Zeit von August bis zum Ausgang der Antonine (3 vols., 1862–71; 6th ed., 1889–90). Cet ouvrage, considéré comme une des productions philologiques les plus notables du XIXe siècle, a été traduit en français, italien, espagnol, anglais et hongrois.

Autres publications de Friedländer :

  • Nicanoris περὶ Ιλιακῆς Στιγμῆς Reliquiæ Emendatiores (1850);
  • Ueber den Kunstsinn der Römer in der Kaiserzeit (1852);
  • Aristonici Alexandrini περὶ Σημείων Ιλιάδος Reliquiæ Emendatiores (1853);
  • Die Homerische Kritik von Wolf bis Grote (1853).
  • Il a publié et annoté

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Kurzbiographie in: Deutsche Biographische Enzyklopädie. tome 3, p.452.
  • (de) Peter Wülfing-von Martitz (de),  Friedländer, Ludwig dans Neue Deutsche Biographie (NDB), volume 5, Berlin : Duncker & Humblot, 1961, p. 453 f. (lire en ligne)
  • Helge Dvorak: Biographisches Lexikon der Deutschen Burschenschaft. Band I Politiker, Teilband 2: F–H. Heidelberg 1999, S. 77–78.
  • (de) Manfred Lossau : Ludwig Friedländer (1824–1909). In: Dietrich Rauschning, Donata von Nerée (Hrsg.): Die Albertus-Universität zu Königsberg und ihre Professoren. Berlin 1995 (= Jahrbuch der Albertus-Universität zu Königsberg/Pr. Band 29, 1994), S. 303–308
  • (de) Manfred Lossau: Von Christian August Lobeck bis Ludwig Friedländer. Das große Jahrhundert der Königsberger Philologie. In: Archiv für Kulturgeschichte. Band 78 (1996), S. 206–224
  • (de) Lexikon deutsch-jüdischer Autoren (de), Tome 8, Saur, München 2000, S. 118–122

Liens externes[modifier | modifier le code]