Lucie Carlier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carlier.
Lucie Carlier
Image illustrative de l'article Lucie Carlier
Carlier en septembre 2017.
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (27 ans)
Dunkerque, Nord
Taille 1,87 m (6 2)
Surnom Lutaine
Situation en club
Club actuel Drapeau : France Toulouse Métropole Basket
Numéro 6
Poste Ailière
Carrière universitaire ou amateur
2006-2009 Dunkerque-Malo
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
2009-2010
2010-2011
2011-2012
2012-2013
2012-2013
2013-2014
2014-2015
2015-2016
2016-2017
2017-2018
Dunkerque-Malo
Dunkerque-Malo
Dunkerque-Malo
Dynamo de Kiev
Regina Bar
Poinçonnet
Montbrison
Montbrison
Tarbes
Toulouse
03,7
03,5
05,9
-
-
-
-
13,7


* Points marqués dans chaque club dans le cadre de la saison régulière du championnat national.

Lucie Carlier, née le est une joueuse française de basket-ball.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle commence le basket à l'âge de six ans.

Quelques années plus tard, elle rejoint Dunkerque-Malo où elle évolue en minimes France puis cadettes France. Lors de sa deuxième année cadette, elle intègre le groupe de l'équipe première et doublait donc avec les cadettes le week-end.

Les années suivantes elle combine la pré-nationale et la LF2, pour finir par ne plus jouer qu'en équipe première.

Elle découvre professionnel à l'âge de 16 ans, en 2006, avec son club formateur de Dunkerque-Malo.

En 2012, non conservé par le club nordiste, elle s'exile en Ukraine où elle joue au Dynamo de Kiev. En raison de problèmes avec les dirigeants, elle poursuit la saison au Regina Bar.

Durant l'été 2013, elle s'engage avec Le Poinçonnet Basket en Nationale 2[1].

Un an plus tard, elle signe à Montbrison en Nationale 1. À la fin de la saison, son équipe est promue en Ligue féminine 2[2].

Le 12 décembre 2015, elle rencontre son club formateur[3] et remporte le match 65 à 60 où termine meilleure marqueuse du match avec 24 points auxquels elle ajoute 4 rebonds, 3 passes décisives et 5 interceptions en 37 minutes de jeu pour 22 d'évaluation[4]. Mais, la semaine suivante elle réalise une faible prestation contre Strasbourg avec 3 points et 5 d'évaluation en 20 minutes[5]. À la mi-saison, son entraîneuse Corinne Benintendi en attend plus d'elle[6]. En février 2016, elle se rompt les ligaments croisés du genou et doit mettre un terme à sa saison[7].

Le 22 juin 2016, elle s'engage avec Tarbes Gespe Bigorre, promu en LFB[8],[9].

Clubs[modifier | modifier le code]

Saisons Équipe Pays
2006-2012 Dunkerque-Malo grand littoral basket club Drapeau de la France France
2012-2013 Dynamo de Kiev Drapeau de l'Ukraine Ukraine
2012-2013 Regina Bar Drapeau de l'Ukraine Ukraine
2013-2014 Le Poinçonnet Basket Drapeau de la France France
2014-2016 Basket Club Montbrison Féminines Drapeau de la France France
2016- Tarbes Gespe Bigorre Drapeau de la France France

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • Championne de France NF1 en 2015

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les Ch'tis au Poinçonnet : Épisode 2 », uspbasketfan, (consulté le 25 juin 2016)
  2. Rodolphe Montagnier, « Les basketteuses du BCMF accèdent à la Ligue 2 », le-pays.fr, (consulté le 25 juin 2016)
  3. A. B., « Basket-ball (Ligue 2) : Lucie Carlier, une Dunkerquoise qui a roulé sa bosse », La Voix du Nord, (consulté le 25 juin 2016)
  4. Goulven "Kach" Rasselet, « Basket-ball (Ligue 2) : Dunkerque s'enfonce à Montbrison », Inside Basket Europe, (consulté le 25 juin 2016)
  5. Rodolphe Montagnier, « Lucie Carlier, une femme d'intérieure », le-pays.fr, (consulté le 25 juin 2016)
  6. Rodolphe Montagnier, « L’entraîneure du BCMF dresse le bilan à mi-saison », le-pays.fr, (consulté le 25 juin 2016)
  7. « LF2: Saison terminée pour Lucie Carlier au BCMF - Arrivée d'Amina Njonkou », BasketFly, (consulté le 25 juin 2016)
  8. Amaury Boulay, « Tarbes enrôle Marizy et Carlier », Be Basket, (consulté le 25 juin 2016)
  9. Thibaut Lasser, « Lucie CARLIER à Tarbes, c’est fait ! », Postup, (consulté le 25 juin 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]