Louis Eugène Bouvier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louis Eugène Bouvier
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Abréviation en zoologie
BouvierVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
École normale supérieure de Saint-Cloud
Faculté des sciences de Paris (doctorat) (jusqu'en )
École supérieure de pharmacie de Paris (d) (doctorat) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Muséum national d'histoire naturelle, École supérieure de pharmacie de Paris (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Directeur de thèse
Distinction

Louis Eugène Bouvier (né le à Saint-Laurent-en-Grandvaux et mort le à Paris) est un carcinologue et entomologiste français.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il est élève de l’école normale primaire de Lons-le-Saunier en 1872 puis de l'École normale supérieure de Saint-Cloud en 1881 ; il obtient l'agrégation de sciences naturelles en 1885[1], puis un doctorat ès sciences en 1887. Après avoir enseigné dans diverses écoles, il entre au Muséum national d'histoire naturelle en 1887[2]. Il occupe la chaire d’entomologie de 1895 à 1931 où il succède à Émile Blanchard (1819-1900). Bien qu'il ne soit pas entomologiste de formation, il va réussir très vite à redynamiser les collections du Muséum en les ouvrant largement aux entomologistes parisiens, provinciaux et étrangers. Finalement, il instaurera, au laboratoire du Muséum, une forme d’entomologie participative qui permettra l’augmentation des collections tant en quantité (dons et legs) qu’en qualité (préparation, identification, classement)[3],[4].

Il est président de la Société zoologique de France en 1896 et de la Société entomologique de France en 1897. Il reçoit le prix Petit d'Ormoy en 1901. Il est élu membre de l’Académie des sciences le (section d'anatomie et de zoologie)[5].

Il participe en 1905 à une campagne scientifique du prince Albert Ier de Monaco. Cette expédition à travers la mer des Sargasses était munie d'engins les plus modernes permettant d'étudier, sur une vaste échelle, la faune des grandes profondeurs de la mer.

Travaux[modifier | modifier le code]

Il est notamment l’auteur de la Vie psychique des insectes (Flammarion, Bibliothèque de philosophie scientifique, 1918), Habitudes et Métamorphoses des insectes (Flammarion, Bibliothèque de philosophie scientifique, 1921), Le Communisme chez les insectes (Flammarion, Bibliothèque de philosophie scientifique, 1926), Monographie des lépidoptères saturnides (1934) et Décapodes marcheurs de la faune de France (1940).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les agrégés de l'enseignement secondaire. Répertoire 1809-1960 / Ressources numériques en histoire de l'éducation », sur cnrs.fr (consulté le ).
  2. Repères chronologiques - Eugène Louis Bouvier (1856-1944) sur pasteur.fr.
  3. « LOUIS-EUGÈNE BOUVIER (1856-1944), UN AMATEUR À LA CHAIRE D’ENTOMOLOGIE ? », sur Muséum, objet d'Histoire, (consulté le )
  4. « PRÉSENTATION DE LOUIS-EUGÈNE BOUVIER (1856-1944), UN AMATEUR À LA CHAIRE D’ENTOMOLOGIE ? », sur Muséum, objet d'Histoire, (consulté le )
  5. Bouvier sur la liste des membres de l'Académie des sciences dont le nom commence par B.

Source[modifier | modifier le code]

  • Philippe Jaussaud et Édouard R. Brygoo, Du Jardin au Muséum en 516 biographies, Paris, Muséum national d’histoire naturelle de Paris, , 630 p. (ISBN 2-85653-565-8)

Liens externes[modifier | modifier le code]