Charles Lallemand (géophysicien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Charles Jean-Pierre Lallemand, né à Saint-Aubin-sur-Aire (Meuse) le et mort à Vecqueville (Haute-Marne) le , est un géophysicien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est connu surtout pour le rôle qu'il a joué dans l'histoire du nivellement de la France, où il est directeur du service. Ancien élève de l'École polytechnique, et de l'École des mines, il est élu membre de l'Académie des sciences en 1910 et président de l'Association française pour l'avancement des sciences en 1912.

Lallemand fut élu par acclamation premier président de l'Union géodésique et géophysique internationale nouvellement créée, en 1919. Il a été président de la Société astronomique de France (SAF) de 1923 à 1925[1].

Il améliora le réseau de nivellement de Paul-Adrien Bourdalouë et affina le niveau 0 qu'il fixa à le cote 0,329 m de l'échelle de marée de Marseille contre 0,4 m précédemment.

Il est aussi l'inventeur du médimarémètre, appareil servant à la mesure de la hauteur moyenne des marées.

Le commandant Nicolas Arthur Lallemand (1859-1946) est son frère[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 1889, il est honoré par l'Académie française, avec Charles Rabot, du prix Langlois pour leur traduction de Voyage de la Vega autour de l’Asie et de l’Europe, de Adolf Erik Nordenskiöld.

Note et référence[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]