Louis-Constant Fleming

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Louis-Constant Fleming
Illustration.
Fonctions
Sénateur de Saint-Martin

(5 ans, 2 mois et 30 jours)
Élection 21 septembre 2008
Groupe politique UMP
Prédécesseur Poste créé
Président du conseil territorial de Saint-Martin

(1 an et 10 jours)
Prédécesseur poste créé
Successeur Frantz Gumbs
conseiller général de Guadeloupe
Prédécesseur Louis Mussington
Successeur canton supprimé
conseiller général de Guadeloupe
Prédécesseur Robert Weinum
Successeur Louis Mussington
Conseiller régional de Guadeloupe
Biographie
Date de naissance (74 ans)
Lieu de naissance Saint-Martin (Pays-Bas)
Nationalité Française
Profession Directeur de société

Louis-Constant Fleming, né le à Saint-Martin[1], est une personnalité politique française de Saint-Martin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Louis-Constant Fleming (1898-1949) qui fut maire de Saint-Martin de 1925 à 1949 et conseiller général de 1946 à 1949 et d'Yvette Alexina Beauperthuy (1916-…). Ses grands-pères, Charles Daniel Beauperthuy et Louis Emmanuel Fleming, furent successivement maires de Saint-Martin. Son oncle, Hughes Élie Fleming, fut maire et conseiller général de Saint-Martin de 1949 à 1959, puis maire de 1977 à 1983[1].

Il fait ses études : primaires à Sint Maarten, secondaires à Montréal (Canada) et universitaires à la faculté de droit de Montpellier (1968-1970)[1].

Louis-Constant Fleming est adjoint au maire de Saint-Martin de 1977 à 1989, puis conseiller municipal (tête de liste Rassemblement des Saint-Martinois) de 1989 à 1995 et à nouveau conseiller municipal (tête de liste USM) de 2001 à 2002[1].

Il est conseiller régional de Guadeloupe de 1986 à 1992, puis conseiller général de Guadeloupe de 1992 à 1998 et à nouveau de 2004 à 2007[1].

Il devient, du au , le premier président du conseil territorial de Saint-Martin. Il est déclaré inéligible à ce poste pour un an[2].

Le , il est élu sénateur de Saint-Martin, par 17 voix sur 24 grands électeurs[3]. Dirigeant du parti local Union pour le progrès, il est, au Sénat, membre du groupe parlementaire Union pour un mouvement populaire.

Le , il est débarqué du conseil d'administration [4] de la Société d’Économie Mixte de Saint-Martin (SEMSAMAR) dont il fut un des membres fondateurs en 1985 et le premier président jusqu’en 1989.

Le le sénateur Fleming annonce sa démission de son mandat de sénateur à la date du , se retirant par la même occasion de la vie politique. Il justifie son choix en invoquant à la fois la santé de sa mère très âgée résidant loin de Paris et sa déception du devenir de la réforme statutaire de Saint-Martin. Cependant, plusieurs observateurs de la vie politique [5],[6],[7] ont estimé que la vraie raison de fond ayant provoqué sa démission fut l'obligation faite aux sénateurs de déclarer publiquement l'ensemble de leur patrimoine, ceci à partir du (soit dès le lendemain de sa démission).

Les prochaines élections sénatoriales étaient prévues en (soit dans un délai inférieur à un an), conformément à la Loi[8]. Il ne fut donc pas procédé à une élection partielle et le siège est resté vacant jusqu'à la date du dit scrutin.

En janvier 2017, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a annoncé avoir saisi la justice concernant la déclaration du patrimoine de Louis-Constant Fleming[9].

Hommages[modifier | modifier le code]

L'hôpital de Saint-Martin porte aujourd'hui son nom, ainsi que de nombreuses rues.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]