Lorenzo Pestelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lorenzo Pestelli
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 42 ans)
MarrakechVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Lorenzo Pestelli, né le 30 juin 1935 à Sevenoaks (Angleterre) et mort le 11 septembre 1977 à Marrakech, est un écrivain suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d'un père florentin, Enzo, diplomate et d'une mère belge, Gabrielle van den Haute, Lorenzo Pestelli passe sa jeunesse à Florence où il fait ses études. Il poursuit des études de philosophie à Louvain puis une maîtrise ès lettres à Montréal et à la Sorbonne à Paris. Il se marie avec Michène Caussignac en 1956. Il enseigne au Maghreb de 1962 à 1964 puis en Chine de 1964 à 1965[1].

Mais il aime voyager et il part avec sa famille jusqu'au bout de l'Orient, le Japon en passant par le Népal, la Thaïlande, la Malaisie, l'Indochine et l'Inde[2]. En 1967, il décide de s'installer à Genève où il lie connaissance avec Nicolas Bouvier qui l'aidera à publier ses premiers livres chez Bertil Galland[3]. Il est mort accidentellement au cours d'un voyage au Maroc.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Occhi di Grandine, Tipocalcografia Classica, Florence, 1954
  • Falaises d'ocre, Office de diffusion artistique, Namur, 1954
  • Poésies de la rue des moutons, Office de diffusion artistique, Namur, 1954
  • De l'absurde à l'espérance : Camus et Doistoïevski Thèse de Lettres, Université de Montréal, 1956
  • Le Long été, 2 volumes, Cahiers de la Renaissance Vaudoise, 1970 - 1971
  • Poème ouvert, Africasia, Paris, 1971
  • Piécettes pour un paradis baroque, Éditions L'Âge d'homme, 1975
  • Pour une décollation de saint soi-même, L'amour sur les pentes raides, Éditions Zoé, Genève, 1984
  • Onze lettres à Pénélope, Éditions Mini Zoé, Genève, 2002

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tribune de Genève 11 janvier 1985
  2. Tribune de Genève 1 mai 1968
  3. Nouveau Quotidien 11 octobre 1996

Lien externe[modifier | modifier le code]