Longue marche des Navajos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les États-Unis image illustrant les Nord-Amérindiens
Cet article est une ébauche concernant les États-Unis et les Nord-Amérindiens.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Longue Marche (homonymie).
La « longue marche » de Fort Defiance à Fort Sumner, 500 km.

La longue marche des Navajos (en anglais : Long Walk of the Navajo), que l'on nomme également la longue marche vers Bosque Redondo (en anglais : Long Walk to Bosque Redondo), désigne une marche, vers la déportation, de plus de 20 jours, à laquelle l'US Army contraignit de très nombreux Navajos en 1864. L'expression désigne également dans certains cas la période pendant laquelle le peuple Navajo fut exilé de la terre de ses ancêtres[1].

Historique[modifier | modifier le code]

La longue marche débute en [2],[3]. Un premier contingent, de 1 430 Amérindiens, arrive à Bosque Redondo le [2]. Un deuxième contingent, de 2 400 Amérindiens, quitte Fort Camby avec un effectif réduit de 126 personnes, mortes au fort[2]. 800 autres quittent Fort Camby le  ; ils sont rejoints, en cours de route, par 146 venus de Fort Summers ; le groupe atteint Bosque Redondo le  ; 110 d'entre eux sont morts au cours du voyage[2]. À la fin de l'année , 8 354 Navajos et 450 Apaches Mescaleros sont détenus à Bosque Redondo[2].

Le traité signé à Fort Sumner le permet aux Navajos de retourner sur un territoire délimité : la réserve indienne Navajo[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Long Walk of the Navajo » (voir la liste des auteurs).

  1. Bial, The Long Walk : the story of Navajo captivity
  2. a, b, c, d et e Jean-François Moyen, Terres indiennes : histoire d'un génocide, Paris, Le Manuscrit, 2004 (parution ), 1e éd., 148 p., 14 × 22,5 cm (ISBN 2-7481-5478-9 et 978-2-7481-5478-8, présentation en ligne), p. 114 [lire en ligne (page consultée le 22 août 2016)].
  3. Jean-Pierre Andrevon, Les guerriers de la nuit, Paris, Flammarion, coll. « Tribal Flammarion », 2011 (parution ), 1e éd., 227 p., 13,6 × 21 cm (ISBN 2-08-125031-4 et 978-2-08-125031-4, OCLC 780277273, notice BnF no FRBNF42517235, présentation en ligne), p. 27 [lire en ligne (page consultée le 22 août 2016)] et p. 28 [lire en ligne (page consultée le 22 août 2016)].
  4. (en) « Treaty between the United States of America and the Navajo tribe of Indians », sur reta.nmsu.edu, Université d'État du Nouveau-Mexique (consulté le 22 août 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Lynn Robison Bailey, Bosque Redondo; an American concentration camp, Pasadena, Californie, Socio-Technical Books, (OCLC 115071)
  • (en) Raymond Bial, The Long Walk : the story of Navajo captivity, New York, Benchmark Books, (OCLC 48383363)
  • (en) Dee Alexander Brown, Bury my heart at Wounded Knee; an Indian history of the American West, New York, Holt, Rinehart & Winston, (OCLC 110210)

Articles connexes[modifier | modifier le code]