Lili Labassi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Lili Labassi
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Elie Moyal, plus connu sous le pseudonyme de Lili Labassi (ليلي العباسي) (Sidi Bel Abbès 1897 - Nice 1969), est à la fois un musicien et un interprète algérien de chansons judéo-arabe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Plongé dans l'univers musical depuis qu'il est enfant, il en a fait son métier à part entière[1]. Né en Algérie a Sidi Bel Abbès, Lili Labassi vit à Alger où il étudie la musique sans relâche pendant plusieurs années. Il commence tout d'abord par se faire une réputation auprès des personnes qui l'entourent en se produisant dans des fêtes de famille telles que des anniversaires, mariages, mais aussi dans beaucoup d'endroits de la ville dans laquelle il réside.

Cet artiste se met aussi à jouer de plusieurs instruments de musique et à écrire ses propres paroles pour ses chansons afin que ces dernières reflètent sa personnalité tout en étant uniques. Au bout de quelques mois de travail acharné, Lili Labassi monte un groupe de musique avec une personne pour chaque instrument. C'est alors qu'il organise de nombreux concerts, d'abord dans son 'pays' natal, puis dans le reste du monde pour devenir davantage connu. Les chansons qu'il interprète sont populaires, comme Koulchi mâa el flouss (Tout avec l’argent), L’Orientale, Ô ma gitane, Bombe Atomique, Wahran el Bahia[1]. Il pratique le chaâbi, l'un des genres musicaux les plus populaires d'Algérie qui dérive de la musique arabo-andalouse[2].

Lili Labassi est invité à des émissions de télévision à l'occasion desquelles il chante quelques-uns de ses titres, il revient également sur les différentes étapes de sa carrière avec ses bons et ses mauvais souvenirs. À partir de là, cet homme de la chanson inspire les autres artistes à travers son style original et recherché : certains chanteurs reprennent des interprétations de Lili Labassi en les chantant à leur façon, c'est notamment le cas de Blond-Blond[3].

Il était le père du comédien, humoriste et musicien Robert Castel, qui ne reprendra le violon de son père qu'à 57 ans[2],[3].

Discographie (sélective)[modifier | modifier le code]

  • Lili Labassi - Le Génie du Chaâbi Vol.1 - 1932-1939 - Silver Blue - 1995
    • 01. Bass Fiha Ma [1934]
    • 02. El Guelsa Di Fes [1939]
    • 03. Ya Bechar [1934]
    • 04. Djani Bechari DJa [1939]
    • 05. Ya Saâd Ennar Dak [1933]
    • 06. M'Name Fel Cheftek [1934]
    • 07. Ââfou Ââfou Ya Lebnats [1932]
    • 08. Ya Kelbi Testehal [1937]
    • 09. Messiassa El Moulat [1937]
    • 10. Malheubi [1937]
    • 11. Bechââr Ou Ana Bellah [1933)
  • Lili Labassi - Le Génie du Chaâbi Vol.2 - 1940-1958 - Silver Blue - 1995
    • 01. Ââchqui Fezine Ensaha (1958)
    • 02. Paris-Paris (1958)
    • 03. Houli Ou Mahannti (1958)
    • 04. Ghiz Ajini Ouah Jini (1954)
    • 05. Ezhiro (1948)
    • 06. Zinek Ouine Kan (1956)
    • 07. Ana Endif (1957)
    • 08. Nar el Ferka (1954)
    • 09. Ya Lahbiba Ââlach (1954)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « DOR BIHA ECHIBANI.Dorbiha.. Qui se souvient de LILI EL ABBASSI & CO? », La Voix De Sidi Bel Abbes,‎ (lire en ligne)
  2. a et b « Biographie - Accent Presse », sur www.accent-presse.com (consulté le 21 août 2017)
  3. a et b « Wikiwix's cache », sur archive.wikiwix.com (consulté le 21 février 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]