Ligne Bakou-Tbilissi-Kars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ligne Kars-Tbilissi-Bakou)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligne Kars-Tbilissi-Bakou

La ligne Bakou-Tbilissi-Kars ou BTK (Bakü-Tiflis-Kars demiryolu hattı en turc, Bakı-Tbilisi-Qars dəmiryolu xətti en azéri, ბაქო-თბილისი-ყარსის რკინიგზა / bak’o-t’bilisi-qarsis rkinigza en géorgien) ou la ligne Kars-Akhalkalaki-Tbilissi-Bakou est une ligne de chemin de fer reliant directement l'Azerbaïdjan, la Géorgie et la Turquie, inaugurée le [1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1993, la Turquie a fermé sa frontière avec l'Arménie - fermant le chemin de fer Kars-Gyumri-Tbilissi, qui traverse l'Arménie - pour soutenir l'Azerbaïdjan dans son conflit avec l'Arménie suite à la guerre du Haut-Karabagh. Un projet de chemin de fer entre l'Azerbaïdjan et la Turquie à travers la Géorgie, destiné à fournir une alternative à la route fermée, a été discuté pour la première fois en juillet 1993[2].

Un accord multilatéral pour la construction du lien a été signé par les trois pays en janvier 2005. En raison d'un manque de financement à ce moment-là, ce projet a été plus ou moins abandonné. Cependant, lors de l'inauguration de l'oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan en mai 2005, les présidents azerbaïdjanais, géorgien et turc ont évoqué une fois de plus la possibilité de construire un chemin de fer entre leurs trois pays[3],[4].

Pour la construction du chemin de fer sur le territoire géorgien, l'Azerbaïdjan accorde un prêt de 200 millions de dollars américains à la Géorgie, remboursable en 25 ans, avec un taux d'intérêt annuel de 1 %. Un accord de prêt concessionnel pour ce financement a déjà été signé entre une société publique géorgienne, Marabda-Karsi Railroad LLC et l'Azerbaïdjan.

Dernièrement, l'Azerbaïdjan a de nouveau alloué au gouvernement géorgien 575 millions de dollars supplémentaires au taux de 5 % par an. En septembre 2007, le Fonds pétrolier public d'Azerbaïdjan a alloué la première tranche de 50 millions de dollars EU de ce prêt. L'Union européenne et les États-Unis ont refusé d'aider au financement ou à la promotion de la ligne parce qu'ils la considéraient comme destinée à contourner l'Arménie, soutenant plutôt la réouverture du chemin de fer Kars-Gyumri-Tbilissi, en partie grâce aux pressions exercées sur le Congrès américain. des lobbies arméniens à Washington comme ARMENPAC ou le Comité national de l'Arménie en Amérique[5].

La guerre russo-géorgienne et les problèmes environnementaux ont retardé le projet d'une date d'achèvement initialement prévue de 2010 à 2015, puis plus tard encore[3],[6],[7].

En novembre 2014, le ministre turc des Transports, Lütfi Elvan, a déclaré que 83 % du projet avait été achevé. Selon les estimations, la ligne de chemin de fer sera capable de transporter 17 millions de tonnes de marchandises et environ trois millions de passagers d'ici 2030[8].

Le 30 janvier 2015, le premier train d'essai a parcouru la nouvelle voie (géorgienne) entre Akhalkalaki et Kartsakhi en présence du ministre géorgien de l'Économie et du Développement durable, Giorgi Kvirikachvili, et de la ministre azerbaïdjanaise des Transports, Ziya Mammadov. Selon Kvirikachvili, «d'importants travaux de construction sur 180 kilomètres (110 miles) de chemin de fer sont en cours et tous les efforts seront déployés pour achever les travaux ferroviaires de Bakou-Tbilissi-Kars fin 2015. En septembre 2015, les médias géorgiens ont annoncé ne commence pas avant une période indéterminée en 2016[9],[10].

En février 2007 à Tbilissi, l'Azerbaïdjan, la Géorgie et la Turquie ont signé un accord trilatéral pour lancer la construction du chemin de fer la même année. Le 21 novembre 2007, les présidents azerbaïdjanais (Ilham Aliyev), Géorgie (Mikheil Saakachvili) et Turquie (Abdullah Gül) ont inauguré la construction du chemin de fer lors d'une cérémonie d'inauguration au carrefour de Marabda au sud de Tbilissi. La Turquie a commencé à être posée en juillet 2008 à partir de Kars[5],[11].

La ligne de chemin de fer s'étend sur 838 kilomètres depuis Bakou, la capitale azerbaïdjanaise sur la rive occidentale de la Caspienne, à la ville de Kars, au nord-est de la Turquie en contournant volontairement l'Arménie. Sa capacité est prévue pour accueillir dans un premier temps, un million de passagers par an pour 6,5 millions de tonnes de fret. La jonction ferroviaire avec l'Europe sera achevée en 2018, lorsque la Turquie mettra la dernière pierre au tunnel ferroviaire Marmaray, en cours de construction sous la mer de Marmara[1].

Sa capacité sera d'un million de passagers par an pour 6,5 millions de tonnes de fret. Dans une 2e étape prévue pour 2030, sa capacité passera à 3 millions de passagers et 17 millions de tonnes de fret.

Le projet, prévu initialement pour 2012, est reporté à plusieurs reprises pour différentes raisons : changement de gouvernement en Géorgie, problèmes de financement d'une entreprise turque, difficultés liées au climat et au relief[12].

Le BTK est inauguré le 30 octobre 2017 en présence des représentants de l’Azerbaïdjan, de la Géorgie, du Kazakhstan, de l’Ouzbékistan et de la Turquie : leur communiqué commun y voit une promesse de « paix et de prospérité pour la région ». Le premier train de marchandises part du port d'Alat (en), sur la mer Caspienne[13],[12] avec un chargement de 600 tonnes de blé : il atteint Kars le 3 novembre et le port de Mersin, sur la côte sud de la Turquie, le 4 novembre, ayant parcouru 826 km de Bakou à Kars et 1 258 km de Kars à Mersin[14].

Chemins de fer préexistants[modifier | modifier le code]

Le chemin de fer (Poti-) Tbilissi-Bakou (chemin de fer transcaucasien) a été achevé en 1883 et est resté depuis l'épine dorsale du réseau ferroviaire transcaucasien.

En 1899, une ligne secondaire (chemin de fer Kars-Gyumri-Tbilissi) de Tbilissi à Marabda à Gyumri (alors Alexandropol) à Kars a été achevée. En raison du mauvais état des relations entre l'Arménie et la Turquie, cette ligne secondaire a été abandonnée.

En 1986, la construction d'une ligne de chemin de fer de 160 km de Marabda (sur la ligne Tbilissi-Gyumri, à 23 km au sud de Tbilisi Junction) vers l'ouest jusqu'à Akhalkalaki a été achevée. Cependant, cette branche est tombée en désuétude à un stade ultérieur[15].

Ouverture[modifier | modifier le code]

Le chemin de fer a été officiellement inauguré le 30 octobre 2017 dans le port Alat de Bakou, en Azerbaïdjan, par les dirigeants de l'Azerbaïdjan, de la Turquie et de la Géorgie, du Kazakhstan et de l'Ouzbékistan. Des représentants de TRACECA, des organisations internationales et financières, des délégations officielles du Tadjikistan et du Turkménistan figuraient parmi les participants à la cérémonie. La cérémonie avait été annoncée le 27 septembre par les ministres des affaires étrangères azerbaïdjanais et géorgien après le premier essai effectué par un train de voyageurs de Tbilissi à Akhalkalaki[16],[17],[18].

Dans son discours lors de la cérémonie d'ouverture du chemin de fer, le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a déclaré: "Le chemin de fer Bakou-Tbilissi-Kars est d'une grande importance pour le développement des affaires et la coopération mutuellement bénéfique. Je suis sûr que les pays qui contribuent le plus à la coopération régionale - l'Azerbaïdjan, la Géorgie et la Turquie - seront toujours ensemble et se soutiendront mutuellement. Des projets aussi gigantesques que le chemin de fer Bakou-Tbilissi-Kars renforcent encore notre unité et notre amitié. "[19]

L'Union européenne s'est félicitée de l'ouverture du chemin de fer Bakou-Tbilissi-Kars et l'a qualifiée de mesure majeure pour les interconnexions de transport canalisant l'Union européenne avec la Turquie, l'Azerbaïdjan, la Géorgie et l'Asie centrale. Dans la déclaration, il est indiqué que ce corridor ferroviaire assurera un meilleur réseau, créera de nouvelles circonstances commerciales et améliorera la qualité du commerce entre les parties[20].

Objectifs et enjeux politiques[modifier | modifier le code]

L'objectif principal du projet est d'améliorer les relations économiques entre les trois pays et d'obtenir des investissements directs étrangers en reliant l'Europe et l'Asie. Certains commentateurs en Arménie ont considéré cette nouvelle voie comme une tentative de l'Azerbaïdjan pour contourner et isoler l'Arménie des projets économiques régionaux. Cependant, la route à travers l'Arménie était politiquement impossible en raison de la guerre non résolue entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan sur le statut du Haut-Karabagh[21],[22].

Selon Samuel Lussac, "le projet contribuera à renforcer la coopération régionale entre l'Azerbaïdjan, la Géorgie et la Turquie", mais "constituera également une nouvelle étape dans la marginalisation de l'Arménie dans le Caucase du Sud". Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev aurait déclaré en 2005: «Si nous réussissons avec ce projet, les Arméniens finiront dans un isolement complet, ce qui créera un problème supplémentaire pour leur avenir déjà sombre[5].

En tant qu'objectifs supplémentaires, les chemins de fer devraient assurer un chiffre d'affaires stable entre l'Azerbaïdjan, la Turquie, la Géorgie et les pays situés de l'autre côté de la mer Caspienne. La formation d'infrastructures portuaires solides et le transport de pétrole et de produits pétroliers vers les marchés mondiaux font également partie des objectifs[16].

Route[modifier | modifier le code]

Au total, 105 kilomètres de ligne nouvelle ont été construits entre Kars et Akhalkalaki, 76 kilomètres en Turquie et 29 kilomètres en Géorgie. La ligne ferroviaire existante d'Akhalkalaki à Marabda et à Tbilissi et Bakou a été modernisée[3].

Sa longueur totale est de 826 kilomètres (513 mi) et il sera en mesure de transporter 1 million de passagers et 6,5 millions de tonnes de fret à la première étape. Cette capacité atteindra alors 3 millions de passagers et plus de 15 millions de tonnes de fret[5].

Jauge[modifier | modifier le code]

La Géorgie et l'Azerbaïdjan utilisent tous deux le gabarit large de 1 520 mm (4 pi 11 27/32 po), et la section existante de la ligne de chemin de fer (Akhalkalaki-Tbilissi-Bakou) ne sera pas modifiée[23]. Les nouvelles voies, à savoir la section géorgienne d'Akhalkalaki à la gare frontière de Kartsakhi (Géorgie: °; 41 ° 14'22 "N 43 ° 15'46" E) et la nouvelle section turque de Kartsakhi à Kars, seront construites pour la jauge standard utilisée par la Turquie[23]. La ligne présentera donc une rupture de voie près d'Akhalkalaki, ce qui nécessiterait soit un écartement variable, soit un échange de bogie ou un rechargement de cargaison. Les voitures particulières seront équipées du système d'essieux réglables DB AG / RAFIL de type V pour s'adapter au changement de calibre de 1 520 mm à 1 435 mm (calibre standard)[23],[24].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Marie Jégo, « Ferroviaire : Bakou-Tbilissi-Kars, nouvelles étapes de la route de la soie », sur Le Monde (consulté le 31 octobre 2017).
  2. (en-GB) « Fears of Turkey's 'invisible' Armenians », (consulté le 27 février 2018)
  3. a, b et c (en) « Railway Gazette International », sur Wikipedia, (consulté le 27 février 2018)
  4. (en) « Home », sur www.cacianalyst.org (consulté le 27 février 2018)
  5. a, b, c et d (en) CRIA, « CRIA » The Baku-Tbilisi-Kars Railroad and its Geopolitical Implications for the South Caucasus », sur cria-online.org (consulté le 27 février 2018)
  6. (en) « Railway to link Kars, Tbilisi, Baku in 2015 », sur Hürriyet Daily News (consulté le 27 février 2018)
  7. « Kars–Tbilisi–Baku railway line to open in 2015 », sur DailySabah (consulté le 27 février 2018)
  8. (en-GB) « Turkey’s 79km-long section of Baku-Tbilisi-Kars railway project to complete in 2015 - Railway Technology », sur Railway Technology, (consulté le 27 février 2018)
  9. « Marabda-Kartsakhi Railway », sur www.mkrailway.ge (consulté le 27 février 2018)
  10. « Passenger Trains for Baku-Tbilisi-Kars Railway to Launch 2016 », sur Georgia Today on the Web (consulté le 27 février 2018)
  11. « Presidents Inaugurated Construction Of “Baku-Tbilisi-Kars†Railway », sur archive.is, (consulté le 27 février 2018)
  12. a et b « Azerbaijani, Georgian, Turkish Leaders Open Regional Rail Link », sur Civil.ge,
  13. « Ferroviaire : Bakou-Tbilissi-Kars, nouvelles étapes de la route de la soie », sur Le Monde,
  14. (en) « Baku-Tbilisi-Kars train completes first trip », sur Hürriyet Daily News,
  15. « Georgian Railway », sur www.railway.ge (consulté le 27 février 2018)
  16. a et b (en) « Opening ceremony of the Baku-Tbilisi-Kars railway - Uninterrupted and Reliable Rail Transport Bridge for the TRACECA Corridor . TRACECA ORG », sur www.traceca-org.org (consulté le 27 février 2018)
  17. (en-US) « Will the Baku–Tbilisi–Kars Railway Become Uzbekistan’s New Connection to Europe? - Jamestown », sur Jamestown (consulté le 27 février 2018)
  18. « Azerbaijan, Georgia, Turkey launch 'Silk Road' rail link », sur Reuters, mon oct 30 12:36:48 utc 2017 (consulté le 27 février 2018)
  19. « Official web-site of President of Azerbaijan Republic - NEWS » Speeches Speech by Ilham Aliyev at the opening ceremony of Baku-Tbilisi-Kars railway », sur en.president.az (consulté le 27 février 2018)
  20. (en) « EU Statement on opening of the Baku-Tbilisi-Kars railway - EEAS - European External Action Service - European Commission », sur EEAS - European External Action Service (consulté le 27 février 2018)
  21. (en-GB) « Baku-Tbilisi-Kars (BTK) Rail Line, Azerbaijan, Georgia, Turkey - Railway Technology », sur Railway Technology (consulté le 27 février 2018)
  22. « Armenian News - NEW RAILWAY TO PROLONG ARMENIA'S BLOCKADE », (consulté le 27 février 2018)
  23. a, b et c (ru) « Станцию Ахалкалаки в Грузии спроектируют в Азербайджане | Вестник Кавказа », sur www.vestikavkaza.ru (consulté le 27 février 2018)
  24. (en) DVV Media UK, « Stadler signs Baku – Tbilisi – Kars sleeping car contract », sur Railway Gazette (consulté le 27 février 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]