Liburne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille navale entre liburnes et picenian flottes selon les tablettes de Novilara : VIe ou Ve siècle av. J.-C.

La liburne (du latin liburna, grec ancien λιβυρνίς) est un type de bateau léger qui tire son nom de la Liburnie, province dalmate. Les premières liburnes étaient similaires au Pentécontère, avec un rang de 25 rameurs de chaque côté. À la fin de la République romaine la liburne était devenue une birème, plus légère et rapide qu'une trirème.

Un texte de l'Antiquité tardive décrit une liburne automotrice mue par des roues à aubes actionnées par des bœufs, cependant son existence fait débat car aucune fouille archéologique n'en a jamais exhumé.


birèmes romaines, sans doute des liburnes, appartenant à la flotte du Danube pendant les Guerres daciques de Trajan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Après les guerres puniques, les Romains construisent des bateaux légers et rapides, dont la liburne, sur le modèle des bateaux des pirates Illyriens appelés lamboi (lambos au singulier), tout en abandonnant le portant (apostis). Après la bataille d'Actium, elle devient le modèle standard utilisé par la marine romaine pour la reconnaissance et le raid[1].

Végèce donne sommairement les principes de construction des liburnes et de la coupe des bois[2]. À son époque le mot liburne est devenu un terme générique pour désigner tout navire de guerre ; les liburnes ont de un à cinq rangs de rameurs. Des navires légers de vingt rameurs les pilotent et servent à la reconnaissance navale : ils sont camouflés (littéralement picati ou « peints ») en couleur vert océan[3].

Description[modifier | modifier le code]

La différence entre les liburnes et les autres navires de guerre tels que les trirèmes, quadrirèmes et quinquérèmes ne réside pas tant dans le nombre de rang de rameurs que dans sa conception même[4],[5] Une liburne mesurait une trentaine de mètres de long et cinq mètres de large. Les deux rangs de 18 rameurs pouvaient faire atteindre au navire une vitesse de 7 nœuds, et même 14 en navigant à la voile[6].

Liburne automotrice[modifier | modifier le code]

Liburne automotrice, De Rebus Bellicis

La liburne automotrice est un type de navire antique qui aurait été utilisé par la marine romaine durant les derniers siècles d'existence de l'Empire romain d'Occident. Sa caractéristique principale est de se mouvoir grâce à des roues à aube actionnées par des bœufs embarqués dans le bateau. Aucune telle liburne n'a jamais été retrouvée mais l'invention est mentionnée dans le De Rebus Bellicis, manuscrit anonyme datant de la fin du IVe siècle ou du début du Ve siècle. Si l'on excepte le cas de ce navire, les premiers bateaux se déplaçant au moyen de roues à aubes datent hypothétiquement de la Chine du XIIe siècle[7], et de manière certaine des travaux de Denis Papin au XVIIe siècle tandis que leur généralisation ne remonte qu'au XIXe siècle, lorsque Robert Fulton fait naviguer sur la Seine le premier navire à vapeur.

La liburne automotrice dans le De rebus bellicis[modifier | modifier le code]

La liburne automotrice n'est décrite que dans une seule source dont l'auteur est inconnu mais a probablement fait partie de l'administration impériale[8]. Plusieurs hypothèses ont été émises quant à la date d'écriture du manuscrit[8]:

Le contenu du texte est connu via quatre manuscrits datant du XVe siècle et du XVIe siècle, eux-mêmes étant des copies d'un manuscrit plus vieux datant sans doute du Xe siècle[8]. Le texte antique était illustré selon les dires son auteur, et ces illustrations ont été conservées lors des copies successives. L'image de la liburne automotrice présente dans les manuscrits parvenus jusqu'à aujourd'hui n'est donc probablement pas anachronique[8].

Débat sur l'existence de la liburne automotrice dans l'Antiquité[modifier | modifier le code]

Horse boat à Toronto, Canada, années 1840.

La liburne automotrice a longtemps été considérée comme une affabulation antique, que l'invention de la machine à vapeur près de 1 500 ans plus tard aurait finalement rendue possible. En effet aucun autre témoignage d'époque ne vient accréditer la thèse d'une utilisation ne serait-ce que d'un seul tel navire à l'époque romaine[8]. De plus les manèges d'animaux sur des engins flottants ne sont pas attestés avant l'époque contemporaine[8].

Cependant les roues à aube et les manèges d'animaux sont très répandus à cette époque, l'invention du moulin à eau (dont le mécanisme est très semblable à celui d'une roue à aubes) à Rome remontant au Ier siècle[8]. De plus l'utilisation de roues à aubes montée sur des navires et utilisées comme compteurs marins est attestée par Vitruve et Héron d'Alexandrie à cette même époque[8]. Les sources archéologiques révèlent aussi l'usage d'engrenages dans l'Empire romain[8].

Modélisation et reconstitution[modifier | modifier le code]

Une modélisation de la liburne automotrice a été entreprise, en prenant comme dimension 35,5 mètres de long et 7,5 mètres de large, ce qui laisse de la place pour trois roues à aube de chaque côté, soit six roues actionnées par trois manèges de deux bœufs. Les calculs effectués à partir de la puissance fournie par un bœuf permettent de penser qu'un tel navire aurait pu adopter une vitesse moyenne de 5 nœuds et une vitesse d'éperonnage de 8 nœuds. Le mécanisme aurait donc été envisageable à l'époque romaine[8].

Abandon de la propulsion par roue à aubes[modifier | modifier le code]

Si tant est que la liburne automotrice ait réellement existé à l'époque romaine, elle n'a pas été utilisée plus de quelques siècles. Cela peut s'expliquer par la vulnérabilité des roues à aubes lors d'un combat naval[8] (leur utilisation à usage militaire durant l'époque moderne a d'ailleurs très vite été remplacée par celle d'hélices) ; de plus le navire décrit dans le De rebus bellicis n'était sans doute pas adapté à la navigation en haute mer, et devait rester cantonné aux fleuves et au rivières[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. De re militari, livre IV, 33, Végèce
  2. De re militari, IV, 34-36
  3. De re militari, IV, 27
  4. C.G. Starr Jr., The Roman Imperial Navy 31 B.C. – A.D. 324, West-port, Connecticut 1975, page 54
  5. M. Zaninović, Liburnia Militaris, Opusc. Archeol. 13, 43–67 (1988), UDK 904.930.2(497.13)>>65<<, pages 46, 47
  6. (en) Richard A. Gabriel, « Masters of the Mediterranean », Military History,‎
  7. (en) R. J. Forbes, Studies in Ancient Technology, (lire en ligne), p. 105. Les roues à aubes sont ici actionnées par des hommes, mais leur existence est également non attestée.
  8. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Philippe Fleury, Catherine Jacquemard et Sophie Madeleine, La technologie gréco-romaine : Transmission, restitution et médiation, (lire en ligne), « La liburne automotrice du De rebus bellicis ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Fleury, Catherine Jacquemard et Sophie Madeleine, La technologie gréco-romaine : Transmission, restitution et médiation, (lire en ligne), « La liburne automotrice du De rebus bellicis ».

Liens externes[modifier | modifier le code]