Let Love In

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Let Love In
Album de Nick Cave and the Bad Seeds
Sortie
Enregistré Septembre-Décembre 1993
Durée 45:24
Genre Post-punk
Producteur Tony Cohen
Label Mute Records

Albums de Nick Cave and the Bad Seeds

Let Love In est le huitième album studio de Nick Cave and the Bad Seeds, paru en 1994.

Cet album est l'un des plus aboutis du groupe jusque lors : il contient des morceaux devenus des classiques, tels Do You Love Me?, Red Right Hand et Loverman, qui a été ultérieurement repris par Metallica sur leur album Garage Inc. (1998) ou encore par Martin L. Gore sur l'album de reprises Counterfeit² (2003).[réf. souhaitée]

Liste des morceaux[modifier | modifier le code]

  1. Do You Love Me? (5:56)
  2. Nobody's Baby Now (3:52)
  3. Loverman (6:21)
  4. Jangling Jack (2:47)
  5. Red Right Hand (6:10)
  6. I Let Love In (4:14)
  7. Thirsty Dog (3:48)
  8. Ain't Gonna Rain Anymore (3:46)
  9. Lay Me Low (5:08)
  10. Do You Love Me? Pt 2 (6:12)

Formation[modifier | modifier le code]

Invités[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

Do You Love Me? (1994)[modifier | modifier le code]

Sorti le 24 mars, il comprend :

  • Do You Love Me? (4:37)
  • Cassiel's Song (3:35)[1]
  • Sail Away (4:13)

Loverman (1994)[modifier | modifier le code]

Sorti le 4 juillet, il comprend :

  • Loverman (6:55)
  • Until the End of the World (3:58)[2]
  • B-side (19:02)[3]

Red Right Hand (1995)[modifier | modifier le code]

Sorti le 24 octobre, il comprend :

  • Red Right Hand (4:48)
  • That's What Jazz is to Me – (Paroles : Cave/Musique[4] : Cave, Harvey, Savage, Wydler) (5:05)

Production[modifier | modifier le code]

Cet album est enregistré entre Melbourne et Londres, où Nick Cave vient de se réinstaller après une période où il vivait au Brésil[5].

Pochette[modifier | modifier le code]

La pochette de l'album montre le chanteur du groupe torse nu, ce qui fait écrire aux Inrockuptibles que c'est parce qu'il s'agit d'un album où il fait « drôlement chaud[6] »

Accueil critique[modifier | modifier le code]

L'album joue sur les « contrastes » mêlant un son « métallique » à une basse « moite[6]. »

En 2013, le magazine Mojo classe cet album comme le neuvième meilleur album de Nick Cave[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. sorti une première fois sur la Bande originale du film Si loin, si proche ! (titre original allemand : In weiter Ferne, so nah!)
  2. sorti une première fois sur la Bande originale du film Jusqu'au bout du monde
  3. enregistrement improvisé de fragments de chansons existantes ou pas
  4. Improvisée
  5. a et b (en) Roy Wikinson et équipe de Mojo, « Nick Cave’s Top 10 Albums », Mojo,‎ (lire en ligne).
  6. a et b Stéphane Deschamps, « Let Love In », Les Inrockuptibles 2,‎ , p. 49.