Le Royaume de Kensuké

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Le royaume de Kensuké)
Aller à : navigation, rechercher

Le Royaume de Kensuké est un roman de Michael Morpurgo, destiné à un public adolescent. C'est un livre d'aventures proche de Robinson Crusoé mais rédigé dans un style plus moderne.

Publications[modifier | modifier le code]

Il a été publié pour la première fois à Londres en 1999 sous le titre de Kensuke's Kingdom. Traduit en français par Diane Ménard et illustré par François Place, il a été publié pour la première fois en 2000 par les éditions Gallimard Jeunesse.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le 10 septembre 1987, Michael embarque avec ses parents et leur chienne, Stella Artois, sur un voilier (le Peggy Sue) pour faire le tour du monde.

Ils s'arrêtent, parfois, pour de fabuleuses escales (notamment : Afrique, Amérique, Australie,...) jusqu'au jour où survient un terrible accident : le jeune homme se retrouve échoué, avec sa chienne, sur une île déserte perdue au milieu du Pacifique le jour de son anniversaire. Va-t-il pouvoir survivre, affamé, menacé par toutes sortes de dangers ? Reverra-t-il un jour ses parents ?

Michael trouve une grotte qui devient vite sa propre maison. Un matin, sa chienne n'est pas avec lui, si bien qu'il va regarder dehors. Sur la grotte, Stella boit de l'eau, il y a deux bols d'eau, un poisson et des bananes. À partir de ce moment, ils reçoivent tous les jours à boire et à manger. Cela veut dire que quelqu'un habite sur cette île. Un jour, ils voient un bateau. Michael décide d'allumer un feu. Le feu allumé, il va chercher du bois et en revenant il voit un vieil homme qui est en train d'éteindre son feu. Cet homme est Kensuké, petit homme assez vieux et assez angoissé par la découverte qu'un autre humain que lui réside sur cette île. Il mets donc des règles que Michael à bien du mal à respecter.

L'homme est un ancien officier de la marine japonaise du temps de la Seconde Guerre mondiale. Il était médecin sur le bateau qui s'est échoué sur l'île. L'homme lui explique son geste (difficilement, car il ne parle pas bien l'anglais), et s'en va. Commence alors une amitié entre le jeune héros et Kensuké, qui lui sauve la vie plusieurs fois.

Deux semaines plus tard, Michael apprend l'anglais à Kensuké et en échange, celui-ci lui montre comment peindre. Kensuké lui raconte qu'il vivait à Nagasaki avec son fils et sa femme. Quand les Américains ont lancé une bombe atomique sur Nagasaki, lui était sur un bateau de guerre pour soigner les blessé et les malades. Depuis qu'il a vu l'explosion, il croit que sa famille est morte. Il a décidé de rester le reste de son existence sur l'île, à vivre avec ses amis les orang-outans. Michael lui dit qu'ils ne sont pas nécessairement morts. Il réussit à convaincre Kensuké de venir avec lui lorsqu'un jour on viendra les sauver.

Un jour, Michael voit une jonque et s'apprête à allumer un feu de détresse, mais Kensuké le retient car celle-là contient des braconniers qui accostent sur l'île pour y chasser des gibbons. Kensuké les connait car ils sont déjà venus sur l'île et les avait espionnés. Il se cache alors avec Kensuké et les orang-outans.

Enfin, un jour un navire croise aux environs de l'île, et Kensuké décide d'allumer un feu. En regardant avec les jumelles, Michael voit que ce sont ses parents qui sont peut-être en train de le rechercher. Au dernier moment, Kensuké renonce à quitter l'île, ne voulant pas quitter les orang-outans. Michael court sur la plage avec Stella pour revoir ses parents. Des années plus tard, il finit par publier son livre pour honorer la mémoire du vieil homme et reçoit alors une lettre de Michiya Ogawa qui se dit être le fils de Kensuké et dont la mère est morte trois ans plus tôt. Michael va le voir. Il a le même rire que son père.

Distinction[modifier | modifier le code]

Le roman a obtenu en Grande-Bretagne la Children's book award 2000, récompense décernée par un jury international de vingt mille enfants.

Personnages[modifier | modifier le code]

Kensuké[modifier | modifier le code]

Kensuké est un vieux japonais, protecteur d'une horde d'orangs-outans et vit seul sur l'île depuis des dizaines d'années. Il avait une femme et un fils, qu'il pense morts par la bombe que les américains ont lâchée sur Nagasaki. Il ne veut pas d'homme sur son île car ceux-ci (des tueurs) ont tué des orangs outant. Au début il déteste Michael mais lui donne toutefois de la nourriture et de l'eau. Lorsque Michael est blessé, il le soigne et au fur et à mesure apprend à le connaître et à l'aimer comme son fils. Le roman se termine par une lettre de Michiya Ogawa le fils de Kensuké demandant à Michael s'il peut venir le voir pour parler de son père. Lui et sa mère (décédée trois ans avant que Michael ne raconte son histoire) avaient échappé à la bombe.

Michael[modifier | modifier le code]

Michael est un jeune garçon de 12 ans qui vit avec son père et sa mère et qui aime jouer au football. Ses parents avaient une profession, jusqu'au jour où l'entreprise qui emploie le père ferme. Les parents décident de vendre la maison familiale pour acheter le navire. Ils décident de tout abandonner pour faire le tour du monde à la voile. Michael est d'un naturel joyeux et sensible, il peut aussi se montrer méfiant. Il est attachant et c'est assez facile de se mettre à sa place, de rentrer dans son personnage. Il a son meilleur ami, Eddie, qui lui offre son porte bonheur (un ballon de foot).

Stella Artois[modifier | modifier le code]

Stella Artois est un berger allemand (avec une oreille dressée et l'autre tombante) qui semble tout prévoir avant que les événements ne surviennent. Le chien suit Michael dans ses aventures.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]