Le Gourmet solitaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Gourmet solitaire
孤独のグルメ
(Kodoku no gurume)
One shot manga
Scénariste Masayuki Kusumi
Dessinateur Jirō Taniguchi
Éditeur (ja) Fusōsha
(fr) Casterman
Sortie 1997

Le Gourmet solitaire (孤独のグルメ, Kodoku no gurume?), publié au Japon par Fusōsha (en) en 1997 et en France par Casterman en 2005, est un manga de Jirō Taniguchi, qui met en scène un personnage créé par Masayuki Kusumi (久住 昌之, Kusumi Masayuki?, occasionnellement, romanisé Qusumi).

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un homme d'affaires, qui travaille dans l'import-export, et dont on ne sait absolument rien sinon qu'il ne boit jamais et adore la gastronomie japonaise.

Analyse[modifier | modifier le code]

Chaque chapitre de ce livre est une invitation à découvrir avec le personnage un nouveau restaurant et un (ou plusieurs) plats japonais, qui font renaître chez lui de vieux souvenirs enfouis sous le poids des ans ou suscitent de nouvelles pensées sur la vie ou les lieux qui l'entourent.

Adaptation[modifier | modifier le code]

Le manga est adapté en un drama de 12 x 24 minutes environ, avec Yutaka Matsushige en tant qu'acteur principal, et diffusé sur TV Tokyo en 2012[1].

Le scénariste de la série, Masayuki Kusumi, apparaît à la fin de chaque épisode au sein d'un aparté nommé Furatto Qusumi (ふらっと Qusumi?, littéralement « Kusumi, au petit bonheur la chance ») afin de présenter le restaurant qui aura servi de décor à l'épisode. C'est l'occasion pour lui de discuter avec les tenanciers, et de faire découvrir les spécialités du lieu.

Suite[modifier | modifier le code]

Le 26 janvier 2015, Masayuki Kusumi annonce la sortie d'un second volume dans l'année au Japon, regroupant quelques chapitres publiés par intermittence dans le magazine Weekly Spa! (Fusosha) depuis 1997[2]. En 2016, Casterman publie la version française de cette suite, intitulée Les Rêveries d'un gourmet solitaire[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 2016, le manga est nommé pour le Prix culturel Osamu Tezuka[4].

Références[modifier | modifier le code]