La Péniche de l'amour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Péniche de l'amour (Moontide) est un film américain réalisé par Archie Mayo en 1942.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Bobo vit sur une péniche et vend des appâts à poissons. Tiny, un parasite qui le fait chanter depuis que Bobo est persuadé d'avoir étranglé un homme quelques années plus tôt, lui apprend que le vieux Pop Kelly a été tué par strangulation dans le bar même où il se trouvait la veille au soir, mais Bobo ne se souvient de rien et doute de son innocence. Peu après, sur la plage, il sauve Anna, une jeune fille qui voulait se suicider et la ramène sur la péniche. Ils tombent amoureux et bientôt décident de se marier. Le jour du mariage, Bobo est appelé par le docteur Brothers pour une réparation de son canot à moteur. Pendant cette absence, Tiny, qui n'avait pas été invité, surgit devant Anna et cherche à la violer. Elle s'évanouit. La croyant morte, Tiny tente de se débarrasser de son corps en la jetant dans le réservoir d'appâts puis il s'enfuit. À son retour, Bobo transporte Anna à l'hôpital et part à la recherche de Tiny. Ils se rencontrent sur la digue. Tiny tombe à la mer et se noie. Anna bientôt guérie revient à la péniche remise à neuf.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Tournage et sortie[modifier | modifier le code]

Au départ, c'est Fritz Lang qui est choisi pour réaliser le film ; Salvador Dali doit également concevoir une séquence de cauchemar. Cependant, Fritz Lang donne sa démission, jugeant le tournage impossible à cause de Marlène Dietrich, compagne de Jean Gabin, qui n'aurait pas supporté que son compagnon soit dirigé par son ex. Dans ses Mémoires, Marlène Dietrich parlera de Moontide comme d'« un film ridicule dont j'ai oublié le titre ». Le nouveau réalisateur est Archie Mayo, qui écarte Dali après avoir vu ses croquis préparatoires (il prévoyait des têtes de mort à bouches vaginales avec des yeux en forme de ruches butinées par des abeilles)[1].

L'avant-première se tient à Broadway (New York), au cinéma Rivoli, le 29 avril 1942. Les places, vendues 2,20 dollars, sont destinées à soutenir l'effort de guerre américain. Il s'agit également d'une soirée « d'hommage et de bienvenue à Jean Gabin pour sa première production américaine », la Fox (qui produit le film) ayant par ailleurs centré sa campagne marketing autour de l'acteur. Les critiques sont réservés sur le film mais la prestation de Jean Gabin est saluée : « Les exploitants ont trouvé une mine d’or avec ce Gabin » (The Film Daily), « Parions que Gabin va devenir une star encore plus importante à Hollywood qu'il ne l'était en France » (The Hollywood Reporter), « Vous aurez l'impression que cette production est entièrement conçue pour le mettre en valeur. Et vous n'aurez pas tout à fait tort » (The New York Times). La réception publique du film est toutefois jugée tiède[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Adrien Gombeaud, « Gabin à Hollywood », Vanity Fair n°6, décembre 2013, pages 176-187.

Lien externe[modifier | modifier le code]