Illicit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Illicit
Description de cette image, également commentée ci-après

James Rennie et Natalie Moorhead dans Illicit

Titre original Illicit
Réalisation Archie Mayo
Scénario Harvey F. Thew
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros. Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Durée 79 minutes (1 h 19)
Sortie 1931

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Illicit est un film américain d'Archie Mayo sorti en 1931.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Anne et Dick se fréquentent assidument et librement depuis plusieurs mois, Dick envisage le mariage mais Anne le refuse absolument par principe estimant que toutes les femmes qu'elle connait qui se sont mariées sont devenus malheureuses soit dans le mariage soit sans le divorce. De plus elle ne voit pas ce que le mariage pourrait lui apporter. Elle finit cependant à céder suite aux pressions de Dick et du père de ce dernier. Le mariage se déroule et l'ennui ne tarde pas à s'installer, les tentations extérieures s'expriment et chacun des époux n'y est pas complètement insensible. Sentant la crise inéluctable et décidément allergique aux conventions sociales, Anne choisit d'aller vivre seule, mais ne rompt pas sentimentalement avec Dick, ils continuent à se voir et à s'aimer, mais sont chacun de leur côtés sollicités par d'anciens flirts. Une nouvelle intervention du beau-père, et une visite de l'ancienne petite amie de Dick chez Anne vont l'ébranler psychologiquement, et alors qu'elle s'apprête à répondre aux sollicitations de son ancien amant, l'arrivée inopinée de Dick, la convaincra de "rentrer à la maison". La fin peut s'interpréter soit comme la preuve que les conventions sociales finissent inexorablement par brimer la liberté, ou alors comme un simple épisode dans la vie de ce couple puisque les mêmes causes produiront fatalement les mêmes effets…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Mordaunt Hall, critique au New York Times, considère que le gagnant du film n'est pas le mariage, mais l'amour. Elle souligne aussi la très bonne performance de Barbara Stanwick[1].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. In this story, an intelligent adaptation of a play [...] the real conqueror is not marriage, but love. Although the happenings in this production are not particularly dramatic or original, the tale is well worked out and whether Richard and Anne are frowning or cheerful, their doings are always interesting. [...] Barbara Stanwyck gives a most effective performance as Anne.