La Mort (Tourgueniev)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Mort
Publication
Auteur Ivan Tourgueniev
Titre d'origine
Смерть
Langue Russe
Parution Drapeau : Russie 1848,
Le Contemporain
Recueil
Intrigue
Date fictive Un jour
Lieux fictifs Chez Ardillion Mikhaïlytch
Personnages Le narrateur
Ardillion Mikhaïlytch
Maxime, entrepreneur forestier
Un paysan
Basile Dmitrich, meunier
Un ancien ami d'études
Nouvelle précédente/suivante

La Mort est une nouvelle d'Ivan Tourgueniev parue dans la revue russe Le Contemporain en 1848. La nouvelle fait partie du recueil Mémoires d'un chasseur et souligne la singularité de l'attitude des Russes devant la mort.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le narrateur est chez son voisin Ardallion Mikhaïlytch : ils vont chasser ensemble près d’une chênaie en coupe. Au moment où ils arrivent dans la chênaie, un cri : Maxime, l’entrepreneur forestier vient d’être écrasé par un frêne, il est mourant. Selon lui, Dieu l’a puni pour avoir fait travailler ses hommes un dimanche. Il donne un dernier détail sur ses comptes, recommande à tous de donner sa part d’argent à sa femme et meurt.

Ce décès rappelle au chasseur un cas similaire : un paysan gravement brûlé qu'on avait étendu sur une paillasse chez lui. Tandis que sa famille vaquait à ses occupations, il attendait la mort en silence. Est-ce de l’indifférence ? Non, plutôt « un rite observé avec calme ».

Un autre cas, le meunier Basile Dmitrich arrive à l’hôpital de campagne. Il s’est fait une hernie il y a dix jours. C’est trop tard, la gangrène est là, il va mourir, pourtant, nulles lamentations. Le meunier décide de repartir mourir chez lui, ce qui advient trois jours plus tard.

Enfin, dans la même veine, le cas d’un ami avec qui il avait étudié. Pas très malin, il avait fini percepteur en province. Il est mort seul, délaissé de tous, mais sans se plaindre.

Extraits[modifier | modifier le code]

  • « La curiosité enfantine de ce pauvre hère, mourant, délaissé, m'émut aux larmes. À l'encontre de tous les poitrinaires, Avenir ne se faisait aucune illusion sur son état ; pourtant, loin de gémir, de se lamenter, il ne fit par la moindre allusion au sort qui l'attendait... » »
  • « Oui, vraiment les Russes ont une manière à eux de mourir. »

Édition française[modifier | modifier le code]