La Marie du port (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir La Marie du port.

La Marie du port
Auteur Georges Simenon
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Genre Roman policier
Éditeur Gallimard
Lieu de parution Paris
Date de parution 1938
Nombre de pages 221

La Marie du port est un roman policier de Georges Simenon paru en 1938.

Simenon écrit ce roman à Hôtel de l'Europe, Port-en-Bessin, dans le Calvados, en [1].

Résumé[modifier | modifier le code]

Jules Le Flem, pêcheur à Port-en-Bessin, vient de mourir : il laisse cinq orphelins. Le jour de l'enterrement, toute la famille est réunie. Même Odile, la fille aînée, est venue de Cherbourg où elle vit avec son amant, Chatelard, propriétaire d'un café et d'un cinéma. La proche famille discute du sort des orphelins et se partage les trois plus jeunes enfants, tandis que Marie s'engage comme serveuse au café de la Marine. Dans l'après-midi de ce même jour, Chatelard, qui a accompagné Odile, achète en vente publique « la Jeanne », le bateau de Viau, un pêcheur malchanceux. L'achat de ce bateau va obliger Chatelard à de fréquentes apparitions à Port-en-Bessin et surtout au café de la Marine où il voit vivre Marie. Celle-ci le trouble d'abord par sa nature renfermée et son impassibilité, puis finit par le subjuguer tout à fait. Mais Marie a un amoureux de son âge, Marcel, le fils de Viau : humilié par son père qui le traite en gamin et excédé par l'empressement de Chatelard auprès de Marie, il tente de tuer celui-ci d'un coup de feu. Il le manque, mais Chatelard, en lui donnant une correction, le blesse sérieusement. Pour ne pas ébruiter l'affaire, il ramène Marcel chez lui où Odile se chargera de le soigner. Avec la complicité de cette dernière, Chatelard attire Marie à Cherbourg, dans le but inavoué d'en faire sa maîtresse. Or, non seulement il n'arrive pas à ses fins, mais il découvre Odile dans les bras de Marcel. Ce dernier événement précipite les choses : Marie, qui plus que jamais mérite son surnom de sournoise, par ses manigances, va faire comprendre à Chatelard à quelles conditions il peut l'avoir : l'épouser, devenir patron pêcheur, lui faire construire la maison de ses rêves à Port-en-Bessin. Après un long combat intérieur, Chatelard se décide et « marche ». Quant à Odile, elle ira à Paris...

Aspects particuliers du roman[2][modifier | modifier le code]

Le récit comporte d’assez longues descriptions du petit port de pêche où se concentre l’action. La plupart des scènes se déroulent sous la pluie ou dans la brume, enveloppant ainsi d’une atmosphère propice la vie mesquine des personnages.

Fiche signalétique de l'ouvrage[modifier | modifier le code]

Cadre spatio-temporel[modifier | modifier le code]

Espace[modifier | modifier le code]

Port-en-Bessin. Bayeux. Cherbourg.

Temps[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine.

Les personnages[modifier | modifier le code]

Personnage principal[modifier | modifier le code]

Marie Le Flem, jeune fille de 17 ans. Fille de pêcheur.

Les autres personnages[modifier | modifier le code]

  • Odile, sœur aînée de Marie
  • Chatelard, 35 ans, amant d’Odile
  • Marcel Viau, jeune homme de 17 ans, fils de pêcheur, amoureux de Marie.

Éditions[modifier | modifier le code]

Adaptation cinématographique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche : La Marie du port », sur www.toutsimenon.com (consulté le 19 mars 2014)
  2. L'Univers de Simenon, sous la direction de Maurice Piron avec la collaboration de Michel Lemoine.

Bibliographie[modifier | modifier le code]