La Jalousie du Barbouillé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La Jalousie du barbouillé)
Aller à : navigation, rechercher
La Jalousie du Barbouillé
Auteur Molière
Genre Comédie / Farce
Nb. d'actes 1
Date de création en français 1650 ?
Compagnie théâtrale Troupe de Molière
Metteur en scène Molière
Rôle principal Le Barbouillé (mari d'Angélique)
image illustrant une pièce de théâtre
Cet article est une ébauche concernant une pièce de théâtre.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La Jalousie du Barbouillé est une farce en un acte et en prose de Molière. On ignore sa date de création, qui s'est faite vraisemblablement hors de Paris. Elle a été jouée à partir décembre 1660 à Paris, puis à plusieurs reprises jusqu'en septembre 1664, avant d'être ôtée du répertoire de la troupe de Molière[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Le Barbouillé est marié avec Angélique. Mais il n'est pas satisfait de sa femme qui, dit-il, le fait enrager. Il demande au docteur son avis sur la façon de la punir.

À la scène suivante, on voit apparaître Angélique, qui se plaint également de son mari à son amant Valère. Le Barbouillé revient et se plaint de la présence de Valère. Gorgibus, le père d'Angélique, ne peut dissiper la dispute. Le docteur qui veut s’en mêler est traîné hors de scène par Le Barbouillé.

Angélique se décide à aller à un bal, où elle espère retrouver Valère. Au retour, elle trouve porte close, et son mari à la fenêtre, qui refuse de la laisser entrer. Elle fait semblant de se donner la mort avec son couteau, et Le Barbouillé, incrédule, descend voir ce qu'il en est. Angélique en profite pour entrer dans la maison et fermer la porte derrière elle. La situation est alors inversée : c'est Le Barbouillé qui est maintenant dehors. Angélique se plaint à son père qui est revenu, que son mari ne rentre qu'à cette heure, ivre. Le Barbouillé, ne pouvant se justifier, enrage[2].

Commentaires[modifier | modifier le code]

Pour écrire cette farce[3], Molière s'est inspiré d'une nouvelle du Décaméron de Boccace, le Jaloux corrigé, ou d'une histoire de la Commedia dell'arte, le Villano geloso. Le titre de cette farce, ainsi que son personnage principal, Le Barbouillé (« L'Enfariné »), pourraient également trouver un écho dans l'archétype de Pedrolino, le zanni ou valet issu du théâtre populaire italien[4].

Molière réutilisera plus tard ces éléments dans d'autres pièces :

  • On reconnaît toute la trame de George Dandin, où même le prénom ironique d'Angélique est conservé ;
  • L'épisode du docteur est repris et développé dans Le Mariage forcé ;
  • Ce même épisode est aussi exploité dans Le Dépit amoureux.

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs et actrices ayant créé les rôles
Personnage Acteur ou actrice
Le Barbouillé, mari d'Angélique
Le docteur
Angélique, fille de Gorgibus
Valère, amant d'Angélique
Cathau, servante d'Angélique
Gorgibus, père d'Angélique L'Espy
Villebrequin De Brie
La Vallée

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Molière et Rivolier 2014, p. 10.
  2. Molière (1622-1673) Auteur du texte, Arthur (1822-1907) Auteur du texte Desfeuilles, Marie-Catherine-Hortense de (1640?-1683) Auteur du texte Villedieu et Paul (1866-1943) Auteur du texte Desfeuilles, Oeuvres de Molière. Tome 1 (lire en ligne)
  3. Raymond Lebègue, « Molière et la farce. », Cahiers de l'Association internationale des études francaises, no 16,‎ , page 188 et 197 (DOI 10.3406/caief.1964.2470).
  4. Mario Bastide, « De la trivialité expressive de Célimène au franc parler agressif de Madame Jourdain. », L'Information Grammaticale, no 83,‎ , page 39 (DOI 10.3406/igram.1999.2795, lire en ligne).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marco Baschera, « Du masque au caractère », dans Marco Baschera, Théâtralité dans l'œuvre de Molière, Gunter Narr Verlag, , 271 p. (lire en ligne), pages 22 à 27.
  • Molière et Bérangère Rivolier, « Présentation : Deux petites comédies », dans Le Médecin volant, La Jalousie du Barbouillé, Flammarion, , 136 p. (lire en ligne), page 1 à fin chapitre.
  • Eugène Despois, Premières farces attribuées à Molière, vol. 1, Paris, Hachette, , 562 p. (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]