La Femme la plus recherchée d'Amérique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un téléfilm
Cet article est une ébauche concernant un téléfilm.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques.

La Femme la plus recherchée d'Amérique (She Made Them Do It) est un téléfilm dramatique canadien réalisé par Grant Harvey, diffusé le [1] sur Lifetime. Il s'inspire d'un fait divers réel, l'affaire Sarah Jo Pender (en).

Synopsis[modifier | modifier le code]

Sarah Pender, une étudiante américaine, est envoyée en prison après le meurtre de ses deux co-locaires mais affirme être innocente et être sortie pendant que son petit ami tuait leurs co-locataires. Après quelques années en prison et tous ses appels rejetés, elle parvient à s’échapper avec l'aide d'une amie et d'un gardien.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

L'affaire[modifier | modifier le code]

Le film est basée sur une histoire vraie : l'affaire Sarah Jo Pender. En 2002, cette américaine a été condamnée à 110 ans de prison pour le double meurtre de ses deux co-locataires, Patricia Nordman et Andrew Cataldi par son compagnon Richard Hull. Ce meurtre s'est produit à Indianapolis le . La thèse évoquée à l'époque par le procureur Larry Sells est que Sarah Pender était le cerveau du meurtre tandis que Richard Hull en avait été l'exécutant. Pendant le procès, le procureur la décrivit comme une Charles Manson au féminin.

Sarah Jo Pender s'est ensuite évadée en août 2008 de la prison pour femmes de Rockville où elle purgeait sa peine. En cavale pendant 4 mois, elle devint la seule femme figurant sur la liste des fugitifs les plus recherchés par les US Marshals. À la suite de l'incapacité du marshal Ryan Harmon, chargé de la poursuivre, à retrouver sa trace, l'affaire a été médiatisée par l'émission de télévision America's Most Wanted. Sarah Jo Pender fut capturée à Chicago le après une rediffusion de l'émission, à la suite d'une dénonciation anonyme[2].

Sarah Jo Pender a toujours clamé son innocence et l'affaire a fait l'objet de plusieurs émissions de télévision[3].

Toutefois, la version de l'affaire Sarah Pender présentée dans le téléfilm est également basée sur les dires de l'ex US Marshal Ryan Harmon, rebaptisé Sean Harlan dans le film. Cette version avait déjà été présentée dans un livre intitulé Girl Wanted, the chase for Sarah Pender vivement critiqué par les partisans de Sarah Pender. Plusieurs mois avant la sortie du film, Ryan Harmon annonçait sur son site web que la chaine de télévision « Lifetime [...] produit également un sujet présentant Ryan dans un futur proche. »[4].

Les partisans de Sarah Pender ont souligné le parcours douteux de cet individu et sa propension à la fabulation[5]. En 1993, au cours d'un entretien avec la chaine C-Span, alors joueur de football américain à l'Université de Purdue, il avait déjà accusé son entraineur de l'avoir brutalisé[6]. Il abandonnera ses poursuites quelque temps plus tard, une enquête n'ayant pu confirmer ses allégations[7]. En 2010, il est contraint de démissionner de la Police d’État de l'Indiana à la suite d'un délit de fuite après avoir causé un accident en état d'ivresse[8] En 2013, il est reconnu coupable de fabulations après avoir accusé un employé municipal de la ville de Martinsville de comportement sexuel inapproprié dans un restaurant[9],[10].

Différences[modifier | modifier le code]

Le Film La réalité
Sarah Pender mène un trafic de drogue pour payer ses études universitaires. Sarah Jo Pender travaillait comme secrétaire pour une entreprise nommée Carl E. Most and Sons. Elle n'était pas impliqué dans le trafic de drogue qui était le fait de ses co-locataires[11].
Scott Spitler, le gardien de prison, aide Sarah Pender par amour. Scott Spitler a accepté d'aider Sarah Pender contre la promesse d'un paiement de 15 000 $[12].
Jamie Long habite dans un taudis et vit avec un Biker. Jamie Long habite une maison ordinaire[13]. Son mari, Larry Long, est Pasteur[14].
Sarah Pender empoisonne une autre détenue pour l'intimider Sarah Jo Pender n'a jamais empoisonné quiconque. Il s'agit d'une pure fiction[15].
Le Marshal Sean Harlan reçoit des mains du père de Sarah Pender un téléphone portable grâce auquel il lui parle au cours de sa cavale. pendant la conversation, Sarah Pender fait un lapsus laissant entendre qu'elle était présente lors du meurtre de ses co-locataires. Le Marshal Ryan Harmon n'a jamais obtenu de téléphone portable et n'a jamais conversé avec Sarah Jo Pender au cours de sa cavale[13].
Dans la séquence finale, le film laisse entendre que Sarah Pender a tué elle-même Andrew Cataldi et Tricia Nordman. En juin 2003, dans une déposition actée, Richard Hull a reconnu avoir tué leurs co-locataires. Il y a aussi reconnu avoir fait fabriquer une fausse pièce à conviction incriminant Sarah Pender[16]. Il a également reconnu ces faits en 2005 lors d'un témoignage en appel[17].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Lifetime Original Movie She Made Them Do It, Starring Jenna Dewan Tatum, Set to Premiere December 29, 2012 », sur TheFutonCritic,‎
  2. (en) Vic Rickaert, « Timeline: Sarah Jo Pender's crime, escape and court battle », sur The Indianapolis Star,‎
  3. (en) « Premiere Date Set for Deadline: Crime With Tamron Hall », sur EurWeb,‎
  4. Harmon security consulting - Media
  5. Ryan Harmon, a dubious private investigator Fair Justice for Sarah Jo Pender
  6. Gridder sue Purdue 4 août 1994, The Rochester Sentinel/ Associated Press.
  7. Ambrogi, Mark. Former Boilermaker drops Colletto suit 15 février 1994, The Indianapolis Star
  8. Culp, Brian. Harmon took plea deal after accident in front of bar in Indy 16 février 2012, the Reporter Times
  9. (en) « Prosecutor: Former Trooper Faked Sexual Battery Report », sur RTV6,‎
  10. Rhoades, Keith. Harmon guilty on three counts false informing 13 février 2013 the Reporter Time
  11. US district Court - Southern District of Indiana, Case 1:07-cv-00464-DFH-TAB, Document 12-11, Page 8.
  12. Court of appeals of Indiana, No. 61A01-0903-CR-139 Scott A. SPITLER, Appellant-Defendant, v. STATE of Indiana, Appellee-Plaintiff., July 01, 2009.
  13. a et b About the movie She made Them do It interview de Bonnie Prosser, la mère de Sarah Pender, diffusée le 01 janvier 2013 sur Youtube
  14. State of Indiana VS Sarah Pender. Cause N° 49G06-0001-CF-194557. Transcript of Sentencing hearing (August 22, 2002) p 565
  15. (en) David MacAnally, « Police: Arrested woman said she helped killer escape », sur WTHR,‎ - on peut apercevoir l'entrée de la maison de Jamie Long sur une photo accompagnant cet article.
  16. (en) « Richard Hull's Affidavit », sur Fair Justice for Sarah Jo Pender,‎
  17. Sarah Pender, petitioner VS State of Indiana, respondent. Cause N° 49G03-0010-PC-194557. Transcript of Post-Conviction Relief Hearing. September 6, 2005.

Liens externes[modifier | modifier le code]