Kushti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Kushti, compétition à Bharatpur en mars 2013.

Le kushti, également appelé pehlwani ou pahlavani, est une forme de lutte traditionnelle indienne où le lutteur s'enduit le corps d'huile, mais combat sur un sol de terre ou couvert de sable, souvent après s'être aspergé de sable (sable qui permettent d'assurer la prise). Cette forme de lutte exige des entrainements intenses. Elle comportait une dimension religieuse et spirituelle : l'arène est considérée comme un temple sacré[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette forme de lutte remonterait au Ve siècle. Dans la pratique traditionnelle, la lutte est réservée aux hommes, et les spectatrices des combats qui se passent dehors ou en salle, sur un sol couvert d'une épaisse couche de sable. Quand le combat se fait en salle, les devaient rester dehors et ne pouvaient voir les lutteurs qu'au travers des fenêtres, fussent-ils leurs propres enfants[1].

Actuellement en Inde, la plupart des pratiquants sont des hommes, mais certains groupes accueillent des femmes, et il existe quelques clubs entièrement féminins[1].

Les lutteurs (qui ne sont pas des sportifs professionnels) financent eux-mêmes leurs installations et frais d'entrainement, de nourriture, etc.[1]

Les administrations étatiques de la fonction publique (forces de l'ordre notamment) apprécient d'embaucher des lutteurs, réputés particulièrement disciplinés, constants et appliqués. Certains pratiquant s'inscrivent dans les clubs en espérant ainsi trouver plus facilement être embauché comme fonctionnaire[1].

Spécificités[modifier | modifier le code]

Les lutteurs se lèvent tôt. Ils ont un régime alimentaire particulier et strict, ont une vie ascétique rythmée par le travail et de séances d'entraînement intensif où les combats se mènent en salle, le corps couvert d'huile, sur un épais lit de sable. Mais les tapis d'arts martiaux tendent à remplacer le sable [1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f « Inde, la lutte à mains nues ; Reportage de Manuel Fenn (Allemagne, 2018, 53mn » (consulté le ) (mis en ligne le 6 juillet 2021, jusqu'au 4 août 2021)