Kinda (Doctor Who)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kinda
Épisode de Doctor Who
Titre original Kinda
Numéro d'épisode Saison 19 (1re série)
Épisode 3 (ou 118)
Code de production 5Y
Réalisation Peter Grimwade
Scénario Christopher Bailey
Production John Nathan-Turner
Durée 4 x 25 minutes
Diffusion au sur BBC One
Personnages Docteur :
5e
Compagnons :
Adric
Nyssa
Tegan
Chronologie
Liste des épisodes

Kinda est le cent-dix-huitième épisode de la première série de la série télévisée britannique de science-fiction Doctor Who. Cet épisode fut originellement diffusé sur la BBC en quatre parties du 1er au .

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le Docteur, Adric et Tegan s'aventurent sur une planète jungle. Ils rencontrent une équipe de Terriens en conflit avec des indigènes aux pouvoirs télépathiques.

Distribution[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]

Après s'être posé sur Deva Loka, une superbe planète jungle, le Docteur et ses compagnons sont contraints de laisser Nyssa à l'intérieur du TARDIS, celle-ci ayant contracté une maladie qui semble la fatiguer. Le Docteur et Adric s'aventurent dans la jungle et se retrouvent vite face à une expédition de colons Terriens. Celle-ci est dirigée par le général anglais et moustachu, Sanders, et son second, Hindle, un homme nerveux et paranoïaque. Quatre hommes de l'expédition ont mystérieusement disparu depuis leur arrivée sur Deva Loka et les habitants locaux, les Kindas, des hommes muets, sont devenus hostiles depuis que l'expédition a pris en otage quelques-uns d'entre eux afin de les observer. Avec l'aide de Todd, la scientifique du groupe, le Docteur découvre que ceux-ci ont des pouvoirs télépathiques et que sur leur colliers figure une double hélix proche du symbole de l'ADN.

Sanders parti en expédition dans la jungle, Hindle prend la tête du Dôme, la base où se sont établis les colons et enferme Todd, Adric et le Docteur, les considérant comme hostile. En outre, il semble pouvoir commander les deux otages Kinda restés dans la base. Pendant ce temps là, Tegan, qui s'est endormie sous un arbre couvert de carillons, se retrouve en proie à un rêve étrange où, dans le noir, elle croise différents personnages métaphysiques qui la torturent mentalement jusqu'à ce qu'elle accepte qu'une entité appelée "Mara" prenne possession d'elle. Croisant Aris, un Kinda, elle commence à le posséder.

Pendant ce temps là, Hindle, en proie à sa folie mégalomaniaque décide de barricader le Dôme. Sanders revient à la base et semble être devenu fou depuis qu'il a ouvert une boîte que lui a donné une vieille femme, Panna, dans la forêt. Hindle force le Docteur à ouvrir cette boîte, ce qui les met momentanément dans un état second dans laquelle ils voient Panna. Réussissant à s'enfuir, le Docteur et Todd parviennent à la rencontrer dans sa grotte aux visions. Cependant, Aris, possédé par Mara pousse les Kinda à attaquer le Dôme, et le Docteur et Todd ont une vision de lui en destructeur.

Panna meurt mais transfère ses connaissances et son âme à l'intérieur de Karuna, son apprentie. Au Dôme, Hindle et Sanders semblent être devenus fous et pensent faire exploser la base avant une potentielle attaque, tandis qu'Adric, piégé dans un véhicule de combat, se met à tirer sur les Kinda se trouvant à l'extérieur. Le Docteur et Todd, réussissent à réveiller Tegan et à calmer Adric, dont le subconscient ordonnait au véhicule de tirer. Avec l'aide des Kindas et des Terriens ayant repris leur conscience, le Docteur parvient à enfermer Aris à l'intérieur d'un cercle de miroir. Mara, ne supportant pas sa vue, se change en serpent géant, puis est banni à l'intérieur d'un univers parallèle.

Le personnel du Dôme redevenu sain, la colonisation de la planète est stoppée. Le Docteur et ses compagnons repartent dans le TARDIS, Nyssa ayant guérie de sa maladie.

Continuité[modifier | modifier le code]

  • L'épisode explique en partie la raison pour laquelle Nyssa s'effondrait à la fin de « Four to Doomsday .»
  • Les événements de cet épisode auront droit à une suite dans l'épisode « Snakedance.»
  • Le Docteur prend une phrase en expliquant que c'est “ce que K-9 aurait dit.”
  • Le Docteur laisse le tournevis sonique à l'intérieur du TARDIS estimant qu'il ne lui serait d'aucune utilité dans la jungle.

Références culturelles[modifier | modifier le code]

  • Le Docteur commence la phrase An apple a day keeps the doctor Away (« une pomme par jour vous éloigne du docteur »), avant de s'arrêter.
  • L'épisode s'inspire de nombreux concepts bouddhistes jusque dans les noms des personnages qui ont des significations en Sanskrit : Mara (« tentation »), Dukkha (« souffrance »), Panna (« sagesse »), Karuna (« compassion »), Anicca (« impertinence ») et Anatta (« sans orgueil »). La boîte de Jhana fait allusion au concept d'immersion en soi, tandis que le monde de Deva Loka renvoie au monde surnaturel.
  • Le personnage de Sanders renvoie au héros colonial du film de 1935 Sanders Of The River.

Production[modifier | modifier le code]

Écriture[modifier | modifier le code]

L'idée de base de l'épisode fut inspirée par les études de bouddhisme que Christopher Bailey, alors nouveau scénariste pour la série, avait effectué à l'université. Commissionné le , sous le titre de "The Kinda", le scénario se profile pour être une satire du système colonial britannique du XIXe siècle dans l'espace. Il est possible aussi qu'il fut influencé par le roman d'Ursula K. Le Guin de 1972 Le nom du monde est forêt dans laquelle est découverte une planète-jungle sur laquelle des primitifs possèdent des pouvoirs parapsychiques, mais Bailey dira ne pas se souvenir de l'avoir lu.

À l'origine, l'épisode avait été écrit avec l'idée que Tom Baker jouerait le rôle du Docteur et devait être considéré par les indigènes comme un "vieux sage." Mais, en septembre, Bailey apprit que le prochain Docteur serait joué par un acteur plus jeune et qu'il serait accompagné d'Adric et de Tegan. De nombreux changements furent effectués par Bailey, lorsqu'il apprit à la fin de l'automne qu'un troisième compagnon, Nyssa devait se joindre à l'aventure. Il fut alors décidé de ne pas inclure le personnage dans l'aventure, prétextant une maladie (une méthode souvent utilisée dans les années 1960 afin de justifier les semaines de vacances des acteurs.) [1]

S'imprégnant de philosophie bouddhiste, Bailey marque le rêve de Tegan de nombreux symboles. À l'origine la forme du serpent de Mara devait être plus phallique, mais cet aspect, jugé trop adulte, fut gommé. De plus, Bailey étant nouveau sur la série, son travail fut souvent réécrit (trois "script éditor" s'étant succédé durant l'année d'écriture : Christopher H. Bidmead, Eric Saward et Antony Root) afin d'atténuer l'effet de longueur du script, le manque de cliffhanger, le manque d'implication du Docteur dans l'histoire et la difficulté à rendre Mara en tant qu'ennemi crédible.

À la mi-, l'épisode pris son titre définitif de « Kinda » et une scène finale dans laquelle Sanders et Hindle se prennent la main en tenant une fleur, fut supprimée par le producteur John Nathan-Turner qui avait peur qu'elle fasse trop ridicule.

Casting[modifier | modifier le code]

  • Richard Todd (Sanders) avait, ironiquement, joué le rôle-titre d'un remake de Sanders Of The River : Death Drums Along The River.
  • C'est l'un des premiers rôles de l'acteur Jonny Lee Miller qui y joue un enfant Kinda.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le réalisateur engagé pour cet épisode fut Peter Grimwade, qui avait réalisé « Logopolis» durant la saison précédente. L'ordre de production de la série ayant changé afin de permettre un hiatus dans le tournage, cet épisode fut filmé en troisième, après «The Visitation» et avant «Castrovalva.»

Le tournage en studio débuta par une première session du 29 au au studio 8 du Centre télévisuel de la BBC. Cette session concernait les séquences à l'intérieur du Dôme, ainsi que quelques scènes de rêves. La seconde session eu lieu du 12 au 14 aout et se concentrait sur les scènes se déroulant dans la jungle, dans la caverne de Panna et les différentes scènes de visions (que le script désignait comme se déroulant dans "l'autre part.") Peter Grimwade fut profondément déçu par la jungle reconstruite en studio et dut abandonner certains des plans qu'il avait prévus, notamment une scène où l'on voyait Panna sur une colline.

Post-production[modifier | modifier le code]

À la suite de l'abandon du tournage de certains plans, certains effets spéciaux ne purent pas être faits, ce qui provoqua la colère du chef des effets spéciaux, Peter Logan et la partie 4 ne durait plus assez longtemps. Bailey fut rappelé par la production afin d'écrire 4 minutes supplémentaires. Il rajouta une scène dans laquelle Tegan et Adric discutent des projets d'Hindle et de leurs rôles dans les événements et une scène finale où le Docteur s'assure qu'Hindle est redevenu pacifique. Ces deux scènes furent tournées le durant le tournage de « Earthshock» par Peter Grimwade.

Ces problèmes de tournages eurent des répercussions à long terme sur le tournage de la série.

Diffusion et réception[modifier | modifier le code]

Épisode Date de diffusion Durée Téléspectateurs
en millions
Archives
Épisode 1 24:50 8,4 Bandes couleurs PAL
Épisode 2 24:58 9,4 Bandes couleurs PAL
Épisode 3 24:17 8,5 Bandes couleurs PAL
Épisode 4 24:28 8,9 Bandes couleurs PAL
Diffusé en quatre parties du 1er au , l'épisode fit un bon score d'audience[2].

En 1982, un sondage du Doctor Who Magazine établit cet épisode comme étant l'un des moins aimé de la saison. À la même époque dans le magazine, arrive la première bande dessinée racontant les aventures du 5e Docteur dans une histoire scénarisée par Steve Parkhouse et dessinée par Dave Gibbons qui s'étalera jusqu'au mois d'. Le Docteur y est accompagné d'un chevalier du Moyen Âge et de Shayde, un agent des seigneurs du temps connecté à leur matrice[3].

L'épisode fut analysé en profondeur en 1983 par John Tulloch et Manuel Alvarado dans le livre Doctor Who: The Unfolding Text. Il s'agit du premier travail universitaire sur Doctor Who. Les auteurs comparent l'épisode avec le livre Le nom du monde est forêt, ainsi que les symboles bouddhistes, chrétiens et les éléments issues des travaux de Carl Jung, disséminés dans cet épisode[4].

Critiques[modifier | modifier le code]

En 1995 dans le livre « Doctor Who : The Discontinuity Guide », Paul Cornell, Martin Day, et Keith Topping estiment que l'épisode est "l'une des meilleures histoires de Doctor Who, incroyablement bien réalisé et écrit comme une pièce de théâtre avec des allusions et des parallèles"[5]. Les auteurs de « Doctor Who : The Television Companion » (1998) pensent que si les séquences de rêves sont écrites et réalisées avec "intelligence et sophistication" et que les acteurs sont bons, l'épisode est alourdi par un scénario difficile à suivre, un environnement extra-terrestre peu convaincant et un serpent géant raté[6].

En 2012, Patrick Mulkern de Radio Times juge que cet épisode est un "joyau imparfait" avec des erreurs de production. Il vante les acteurs et le côté "étonnement adulte" de l'histoire[7]. De son côté, Christopher Bahn, critique pour le site The A.V. Club estime que la force de l'épisode repose sur les séquences de rêves de Tegan "sonnant comme une pièce de théâtre expérimentale." Toutefois, il trouve que le problème principal vient des passagers du TARDIS qui sont "assez extérieurs à l'histoire... et très passifs" soulignant à quel point le Docteur réagit assez peu aux événements[8]. Justin Felix du site DVD Talk's donne à Kinda la note de 3,5 sur 5, le décrivant comme "amusant et intéressant" malgré des mauvais effets spéciaux[9], tandis que Ian Berriman du site SFX en donne une critique positive, soulignant le ton adulte et les rôles de femmes fortes[10].

Novélisation[modifier | modifier le code]

L'épisode fut romancé par Terrance Dicks et publié en [11]. Le roman porte le numéro 84 de la collection Doctor Who des éditions Target Books. Ce roman n'a jamais connu de traduction à ce jour.

Éditions commerciales[modifier | modifier le code]

L'épisode n'a jamais été édité en français, mais a connu plusieurs éditions au Royaume-Uni et dans les pays anglophones.

  • L'épisode est sorti en VHS en . L'image de couverture est de Colin Howard.
  • En 1997, une lecture audio d'une version abrégée de la novélisation, lue par Peter Davison, fut publiée aux éditions BBC audiobook.
  • L'épisode fut édité en DVD le dans un coffret intitulé "Mara Tales" avec l'épisode « Snakedance. » L'édition contient les commentaires audios de Peter Davison, Matthew Waterhouse, Janet Fielding et de Nerys Hughes, un reportage sur la création de l'épisode avec l'équipe de l'époque, une rétrospective de la carrière de Peter Grimwade, des scènes coupées et d'autres bonus. L'épisode fut réédité le dans le cadre des Doctor Who Files.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Kinda », A Brief History of Time Travel (consulté le 8 novembre 2014)
  2. « Kinda »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Doctor Who Reference Guide (consulté le 30 août 2008)
  3. (en) « In The Comics - The Fifth Doctor - The Tides of Time », Altered Vistas (consulté le 12 novembre 2014)
  4. (en) John Tulloch et Manuel Alvarado, Doctor Who : The Unfolding Text., St. Martin's Press, (ISBN 0-312-21480-4)
  5. (en) Paul Cornell, Martin Day et Keith Topping, The Discontinuity Guide, Londres, Virgin Books, (ISBN 0-426-20442-5, lire en ligne), « Kinda »
  6. Howe, David J & Walker, Stephen James, Doctor Who : The Television Companion, Londres, 1st ed., , 557 p. (ISBN 978-0-563-40588-7, lire en ligne)
  7. (en) Patrick Mulkern, « Kinda », sur Radio Times, (consulté le 27 mars 2013)
  8. (en) Bahn Christopher, « Kinda », sur The A.V. Club, (consulté le 27 mars 2013)
  9. (en) Felix Justin, « Doctor Who : Kinda », sur DVD Talk, (consulté le 27 mars 2013)
  10. (en) Ian Berriman, « Doctor Who Mara Tales », sur SFX, (consulté le 27 mars 2013)
  11. (en) « Kinda », On Target (consulté le 15 janvier 2015)