Khosta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Littoral de Khosta

Khosta (Хоста) est une station balnéaire en Russie au bord de la mer Noire. Elle a le statut de microraïon. De plus la station est le centre administratif du district de Khosta, l'un des quatre raïons (ou districts suburbains) de la ville-arrondissement de Sotchi[1]. La population de la station est d'environ vingt mille habitants, et de 64 604 habitants pour la partie urbaine du raïon[2]. Elle augmente jusqu'à 120 000 habitants en été.

Géographie[modifier | modifier le code]

Khosta s'étend de chaque côté de la rivière Khosta qui se jette dans la mer Noire, près du cap Vidny, au pied du massif d'Akhoun, dans la baie Tikhaïa[3]. La station est limitée au sud par la station côtière de Koudepsta.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'endroit appartient aux princes abkhazes au Moyen Âge. Au XIIIe siècle, les navigateurs génois commercent avec la côte et installent ici un établissement du nom de Casto. L'endroit tombe sous le joug ottoman au XVe siècle. À la suite de la guerre russo-turque de 1828-1829, les Russes commencent à prendre le pouvoir dans la région, mais ne construisent que dix ans plus tard un fort à l'emplacement de l'actuelle Sotchi. Il y avait également ici, au milieu des populations abkhazes de confession chrétienne, des clans Oubikhs, de confession sunnite, installés au XVIIIe siècle par le pouvoir ottoman. Ils s'opposent au pouvoir impérial russe de façon plus ou moins sporadique, mais, après être défaits le 21 mai 1864 à Krasnaïa Poliana par des soldats de l'armée russe, ils quittent les montagnes et le rivage pour s'installer dans l'Empire ottoman. Le 19 janvier 1899, le conseil d'État impérial donne au village de Khosta le statut de ville. Au tournant du siècle, il y a 175 parcelles de terrain urbanisées, 60 parcelles abritant un atelier, et 50 parcelles de terrain de maisons campagnardes ou de villas. La petite ville subit des troubles au moment de la révolution de 1905, entre le 28 décembre 1905 et le 6 janvier 1906.

Après la révolution d'Octobre, la côte est aux mains de l'Armée blanche de Dénikine, puis des mencheviks géorgiens. Le pouvoir soviétique s'y installe en avril 1920.

Dans les années 1930, l'endroit prend un véritable essor avec un grand plan d'urbanisation de Sotchi dont l'écho retentit aussi à Khosta qui accueille comme sa voisine des établissements de repos et de vacances (appelés sanatorium dans le vocabulaire de l'époque[4]).

Vue de l'hôtel Radisson Lazurnaya

Le raïon de Khosta est formé le 18 avril 1951 entre la rivière Koudepsta et la rivière Agoura. En 1961, le raïon est intégré à la ville-arrondissement de Sotchi et ses frontières s'élargissent jusqu'à la rivière Verechtchaguinka et jusqu'au village de Plastounka au bord de la rivière Sotchi. Aujourd'hui Khosta est une zone résidentielle avec des établissements de vacances en littoral et plus en hauteur des quartiers en pente où vivent des habitants à l'année. Situé à mi-chemin entre le centre-ville de Sotchi et Adler, Khosta est moins prestigieuse que ses voisines, sauf pour la partie bordant le centre de Sotchi. C'est dans cette partie que se trouve l'hôtel Radisson Lazurnya qui abritera pour les Jeux olympiques d'hiver de 2014 les dirigeants du comité international olympique.

Transports[modifier | modifier le code]

Gare de Khosta en 2008.
Viaduc au-dessus de l'embouchure de la Matsesta sur l'autoroute M27.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Du nord au sud: Lazarevskoïe, district central de Sotchi, Khosta et Adler
  2. Recensement de 2010, Численность населения Российской Федерации по муниципальным образованиям на 1 января 2013 года. — М.: Федеральная служба государственной статистики Росстат, 2013. — 528 с. (Табл. 33. Численность населения городских округов, муниципальных районов, городских и сельских поселений, городских населенных пунктов, сельских населенных пунктов)
  3. Ce qui signifie littéralement baie Tranquille
  4. Ces établissements n'ont rien à voir avec les sanatoriums, en français, où l'on soigne les tuberculeux. Ici, il s'agit simplement d'établissements de repos pour les congés des travailleurs soviétiques

Liens externes[modifier | modifier le code]