Kato Masao

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Kato Masao
Surnom The Killer
Kanji 加藤 正夫
Kana カトウ マサオ
Date de naissance
Lieu de naissance Drapeau du Japon Fukuoka
Date de décès (57 ans)
Élèves Omori Yasushi, Suzuki Isao, Koyama Terumi, Yoshihara Yukari, Okada Shinichiro, Umezawa Yukari
Classement 9e Dan
Affiliation Nihon Ki-in

Kato Masao (加藤正夫, Katō Masao, - ), est un célèbre joueur de go professionnel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joueur de go[modifier | modifier le code]

Jeune, Kato est connu très tôt sous le nom de "le tueur" à cause de son style agressif, amenant l'issue de certaines parties à être entièrement liée à la survie ou non d'un grand groupe de pierres adverses. Il est également connu pour son usage important du fuseki chinois lorsqu'il joue les noirs[1]. Kato a atteint le grade de 9e dan professionnel, et a remporté de nombreux titres malgré des débuts tardifs et huit finales perdues avant son premier succès[2]. Il a étudié le go dans la légendaire école de Kitani Minoru, avec d'autres joueurs devenus célèbres dont Cho Chikun, Kobayashi Koichi, Takemiya Masaki et Ishida Yoshio[2]. Kato a été le maître d'une nouvelle génération de joueurs, dont Yukari Umezawa.

Président de la Nihon Ki-in[modifier | modifier le code]

Début 2004, Kato est élu président de la fédération japonaise de joueurs professionnels, la Nihon Ki-in, et président de la fédération internationale de go. Il a réalisé plusieurs réformes importantes de la Nihon Ki-in, notamment en supprimant le système de tournoi Oteai, utilisé jusque-là pour déterminer le rang des professionnels. Un nouveau système de règles de promotion a été mis en place. Le komi a été augmenté de 5.5 points à 6.5 points, et le temps de jeu standard des parties a été réduit.

Décès[modifier | modifier le code]

Peu de temps après son élection à la tête de la Nihon Ki-in, le , Kato est transféré à l'hôpital pour un problème vasculaire cérébral. Le , il est opéré avec succès, mais son état se détériore à partir du , et il meurt le .

Kato était l'un des meilleurs joueurs de go au Japon, où il est l'un des rares joueurs à avoir dépassé 1,200 victoires, avec un score final de 1,253 victoires et 664 défaites sur l'ensemble de sa carrière professionnelle. Sa disparition soudaine, alors qu'il était encore au sommet de sa carrière, a provoqué une grande émotion dans le monde du go.

Titres[modifier | modifier le code]

Il est le 4e joueur à avoir obtenu le plus de titres au Japon.

Titre Années
Titres nationaux 45
Drapeau du Japon Meijin 1986 - 1987
Drapeau du Japon Honinbo 1977 - 1979, 2002
Drapeau du Japon Judan 1976 - 1979, 1983, 1987, 1997
Drapeau du Japon Tengen 1978 - 1981
Drapeau du Japon Oza 1979, 1980, 1982 - 1989, 1993
Drapeau du Japon Gosei 1977, 1987
Drapeau du Japon Coupe NEC 1990, 1991, 1996
Drapeau du Japon Coupe Agon 1995, 1996, 2003
Drapeau du Japon Coupe NHK 1988
Drapeau du Japon Ryusei 1998, 2001
Drapeau du Japon Hayago Championship 1988, 1994
Drapeau du Japon Kakusei 1980, 1986, 1995, 1996

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Keiji Kobori et Chō Chikun (trad. du japonais par Motoki Noguchi et Toru Imamura), Itinéraire d'un maître de go : Une étoile est née [« Chō Chikun kessakussen 1, Meijin e no michi »], t. 1, Éditions Balat, (1re éd. 1993), 306 p. (ISBN 978 2 955115701), chap. 2 (« Premier titre (1974-1976) »), Partie 7. La joie d'un premier grand titre.
  2. a et b Keiji Kobori et Chō Chikun (trad. du japonais par Motoki Noguchi et Toru Imamura), Itinéraire d'un maître de go : Une étoile est née [« Chō Chikun kessakussen 1, Meijin e no michi »], t. 1, Éditions Balat, (1re éd. 1993), 306 p. (ISBN 978 2 955115701), chap. 2 (« Premier titre (1974-1976) »), Partie 6. La finale pour le titre de « Meilleur professionnel ».