Kastoria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kastoria
(el) Καστοριά
Kastoria
Administration
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
Périphérie Macédoine-Occidentale
District régional Kastoria
Démographie
Population 16 218 hab. (2001[1])
Géographie
Coordonnées 40° 31′ 06″ nord, 21° 16′ 08″ est
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grèce
Voir sur la carte administrative de Grèce
City locator 14.svg
Kastoria
Géolocalisation sur la carte : Grèce
Voir sur la carte topographique de Grèce
City locator 14.svg
Kastoria

Kastoria (en grec : Καστοριά, aroumain : Custura, bulgare : Костур Kostur, turc : Kesriye, albanais : Kostur) est une ville en Grèce du nord, dans la périphérie de la Macédoine-Occidentale. C'est le chef-lieu du nome de Kastoria et elle est située sur la côte occidentale du lac Orestiada. Elle s'appelait Keletron dans l'Antiquité.

Selon le dernier recensement (en 2001), Kastoria compte 16 218 habitants. L'état-civil grec moderne ne fait pas de discriminations ethniques mais la ville est réputée pour abriter beaucoup de descendants de Micrasiates et de Valaques. La ville et sa région sont l'un des principaux centres de confection et de commerce de la fourrure en Grèce. Kastoria est un centre religieux important pour l'église orthodoxe grecque et elle a un évêque et cinquante-quatre églises byzantines et médiévales. La ville possède aussi un aéroport.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville initialement multiethnique (Grecs, Albanais, Aroumains, Torbèches, Turcs...) comptait aussi une communauté juive romaniote importante dont la présence remonte à la période de l'Empire byzantin[2] sous Justinien [3]. Le Traité de Lausanne (1923) impose des échanges de populations : les Albanais musulmans sont forcé de partir de la ville pour rejoindre la Turquie et sont remplacés par des Grecs chassés de ce pays, qui sont depuis lors majoritaires. En mars 1944, sous l'Occupation nazie, 763 juifs sont déportés, d'abord à Thessalonique puis au camp d'extermination d'Auschwitz pour y être assassinés. En 1940, la population juive était de 900 habitants, seulement 35 survivront à la Shoah[4]. Un mémorial à leur mémoire est inauguré dans la ville en 1996[5].

En 1996, la mine de Kastoria est mise en service, avec l'exploitation du gisement de latérite nickelifère de Ieropigi. L'extraction de minerai devient excédentaire par rapport à la capacité de la fonderie Larco à Larymna[6]. Au début du XXIe siècle, elle comprend deux gisements, dont deux sont exploités en ciel ouverts. La production annuelle de cette mine se situe entre 350 000 et 400 000 t tonnes de minerai d'une teneur en nickel d'environ 1,35 %[7].

Personnalités de la ville[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (el) (en) « Résultats du recensement de la population en 2001 », 793 ko [PDF]
  2. (en) « Kastoria », sur jewishvirtuallibrary.org (consulté le 20 mars 2021).
  3. « Wiped out ‘in the blink of an eye’ : Only 35 Jews survived from a 2,000-year-old Greek community », sur timesofisrael.com (consulté le 12 septembre 2020).
  4. (en) « Kastoria — United States Holocaust Memorial Museum », sur ushmm.org (consulté le 20 mars 2021).
  5. http://www.kis.gr/files/chr_olokautoma_english.pdf
  6. (en) « Our history », LARCO GMMSA (consulté le 18 novembre 2019)
  7. (en) Athanasios Apostolikas, K. Maglaras, E. Frogoudakis et Y. Kirillidi, The nickel industry in Greece, (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :