Kaiserin Auguste Viktoria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

'Kaiserin Auguste Viktoria'
Image illustrative de l’article Kaiserin Auguste Viktoria
Rose 'Kaiserin Auguste Viktoria'.

Type Hybride de thé
Obtenteur Lambert
Pays Empire allemand
Année 1891
Synonymes 'Kaiserin Augusta Victoria'

'Kaiserin Auguste Viktoria' est un cultivar de rosier obtenu en 1891 par le rosiériste allemand Peter Lambert. Il rend hommage à l'impératrice Augusta-Victoria (1858-1921), épouse de Guillaume II et grande amatrice de roses. Ce cultivar est issu de 'Perle des Jardins' x 'Belle Lyonnaise'[1], ou selon d'autres sources de 'Coquette de Lyon' x 'Lady Fitzwilliam'[2],[3]. On peut l'admirer notamment en Allemagne à l'Europa-Rosarium de Sangerhausen où se trouve un buste de sa dédicataire.

Description[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un rosier hybride de thé au feuillage vert sombre et aux grandes folioles qui s'élève à 150 cm environ. Il présente de grandes fleurs très doubles en coupe globuleuse. Ses pétales se terminent en pointes enroulés. Les fleurs fleurissent en bouquets et exhalent un agréable parfum. Elles sont d'un joli blanc ivoire dont le cœur est légèrement nuancé de jaune. La floraison est remontante[4].

Ce rosier est fort vigoureux. Sa zone de rusticité est de 6b à 9b.

'Kaiserin Auguste Viktoria' a donné naissance à une mutation grimpante, 'Kaiserin Auguste Viktoria climbing', mise au commerce en 1897 par l'obtenteur irlandais Alexander Dickson II[5]. Par croisement avec Rosa wichuraiana, elle a donné naissance à 'Mary Lovett' (van Fleet, 1915) de couleur blanche.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Joyaux, op. cit.
  2. (de) 'Kaiserin Auguste Viktoria' dans le catalogue Schmid.
  3. Histoire de roses.
  4. (en) 'Kaiserin Auguste Viktoria' sur le site HelpMeFind.
  5. François Joyaux, op. cit.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Joyaux, Nouvelle Encyclopédie des roses anciennes, Ulmer, 2005, page 241

Voir aussi[modifier | modifier le code]