Julie Driscoll

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Julie Driscoll
Image dans Infobox.
Julie Driscoll.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (73 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Autres informations
Domaine
Composition musicale (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Label
Genres artistiques
Site web

Julie Driscoll est une chanteuse de rock britannique, populaire dans les années 1960 et 1970.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jools[modifier | modifier le code]

C'est parce qu'elle s'occupait du fan-club des Yardbirds que leur manager d'alors Giorgio Gomelsky prit en charge le début de la carrière de Julie Driscoll (née le à Londres). Dès 1965/66, elle chantait dans le Steampacket, avec Long John Baldry, Rod Stewart, et Brian Auger. C'est avec cet organiste qu'elle allait former une équipe plus réduite à partir de 1967. Leur popularité gagna la France en 1968 avec des reprises comme Season of the Witch (de Donovan), This Wheel's on Fire (de Bob Dylan), ou le fameux Save Me de Aretha Franklin. La voix soul était d'une puissance rare chez une chanteuse blanche, et le grand charme de « Jools », plus les ondulations de son corps et de ses doigts, ajoutaient à la fascination.[réf. nécessaire]

Julie Tippetts[modifier | modifier le code]

En 1970, elle épouse le pianiste de jazz Keith Tippett, (qui joue avec King Crimson pendant la période 70/72) et se consacre désormais à des musiques plus expérimentales. Sous son nouveau nom de Julie Tippett(s), elle enregistre encore un ultime album de chansons Sunset Glow en 1975, mais participe surtout à des projets relevant davantage de l'improvisation, comme le Spontaneous Music Ensemble, le Centipede de K. Tippett, Ovary Lodge, Voice and the Ark. Elle participe aussi au Tropic Appetites de Carla Bley, au Theatre Royal Drury Lane de Robert Wyatt et à nombre de projets et ateliers moins connus.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1969 : Streetnoise (en) (Julie Driscoll, Brian Auger and The Trinity)
  • 1975 : Sunset Glow

En tant qu'invitée[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :