Jules Alberoni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alberoni.
Jules Alberoni
Image illustrative de l'article Jules Alberoni
Biographie
Nom de naissance Giulio Alberoni
Naissance
Plaisance (Italie)
Ordination sacerdotale vers 1690
Décès (à 88 ans)
Plaisance (Italie)
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par le
pape Clément XI
Titre cardinalice cardinal-prêtre de S. Lorenzo in Lucina
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par le
pape Benoît XIII
Fonctions épiscopales évêque de Malaga (Espagne)

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Jules Alberoni, en italien Giulio Alberoni, né le , mort le , est un prêtre italien, homme d'État au service du roi d'Espagne Philippe V. Il est créé cardinal en 1717.

Biographie[modifier | modifier le code]

Giulio Alberoni naît le à Plaisance[1], dans le duché de Parme et de Plaisance (dans l'actuelle province de Plaisance, en Émilie-Romagne), et non à Fiorenzuola d'Arda comme l'ont par la suite supposé certains historiens[2],[3],[4]. Il est baptisé le jour même dans la paroisse de Santi Nazaro e Celso. Son père, Giovanni degli Alberoni, est un très pauvre jardinier. Sa mère est Laura Ferrari[5].

Son père meurt lorsqu'il a dix ans. Giulio travaille comme jardinier, puis comme sonneur de cloches, puis comme sacristain[5]. À quatorze ans, il apprend à lire et à écrire[2]. Il acquiert des rudiments de latin et d'humanités. En 1680, il étudie la philosophie chez les jésuites de San Pietro, à Plaisance[5]. Vers 1690[6] (on ignore la date[5]), il est ordonné prêtre.

En janvier 1691, il devient curé de Santi Nazaro e Celso, sa paroisse de baptême. Peu après, Giorgio Bani, l'évêque de Plaisance, en fait le précepteur de son neveu, le comte Giambattista Barni. De 1696 à 1698, Alberoni est avec son élève à Rome. C'est là qu'il apprend le français, langue qui va lui être précieuse dans sa carrière[5].

En 1702, durant la guerre de Succession d'Espagne, le duc de Parme François Farnèse le charge d'une mission auprès du duc de Vendôme, commandant des forces françaises en Italie[5]. C'est le début de sa fortune. Il sait plaire à Vendôme[7] autant par son esprit vif et enjoué que par ses « basses flagorneries[8] ». En 1703, il est chanoine de la cathédrale de Parme[5]. En 1706, lorsque les troupes françaises se retirent d'Italie, Vendôme en fait son secrétaire[9]. Alberoni le suit en France, puis en Hollande[5], puis, en 1711, en Espagne[10]. Vendôme le charge de messages secrets auprès de Philippe V. Il le recommande au roi d'Espagne en termes avantageux[11]. Vendôme meurt en 1712. En 1713, le duc de Parme élève Alberoni à la dignité de comte, et en fait son agent consulaire à Madrid[10].

D'après certains de ses contemporains, notamment le mémorialiste Louis de Rouvroy de Saint-Simon, l'ascension sociale d'Alberoni aurait pour origine une relation homosexuelle entre ce dernier et le duc de Vendôme, qui auraient été amants[12]. Quelques années plus tard, en 1720, Alberoni devra d'ailleurs comparaître devant le Tribunal de l’Église, à Rome, et aura à répondre d'une accusation de sodomie. La princesse palatine Élisabeth-Charlotte de Bavière l'accusera quant à elle dans ses lettres de pédérastie (à comprendre au sens d'homosexualité)[13].

La reine, Marie-Louise-Gabrielle de Savoie, meurt en [14]. Des biographes attribuent à Alberoni le choix de la nouvelle reine d'Espagne : c'est lui qui aurait proposé le nom d'Élisabeth Farnèse, nièce du duc de Parme, à la princesse des Ursins, en lui cachant le caractère bien trempé de la jeune fille[15]. Le mariage se fait dès septembre[16]. Selon certains, Alberoni ne serait pas étranger non plus à la disgrâce de madame des Ursins[17].

Après la disgrâce du cardinal et vice-roi Francesco del Giudice, Alberoni est nommé Premier ministre d'Espagne en juillet 1716[18].

En juillet 1717, le pape le nomme également cardinal pour Saint-Chrysogone, sous la pression de Philippe V d'Espagne et de la famille Farnèse[18]. Alberoni forme dès lors de vastes desseins aussi bien en faveur de l'Espagne que du duché de Parme et souhaite placer Philippe V sur le trône de France. Il déclenche alors la guerre de la Quadruple-Alliance mais une coalition réunissant le duc d'Orléans (alors régent et aux rênes de la France), le roi de Grande-Bretagne, les Provinces-Unies et le Saint-Empire romain germanique bat l'armée espagnole à plusieurs reprises. Ils font alors savoir qu'ils n'accorderont la paix à Philippe V qu'à la condition qu'Alberoni soit renvoyé. Le premier ministre reçoit en conséquence l'ordre de quitter l'Espagne le [18].

Alberoni rentra en Italie puis erra de ville en ville parce qu'il était recherché sur ordre du pape Clément XI, lequel était son rival. Après la mort de Clément XI, il se rendit à Rome, où il participa à l'élection du pape Innocent XIII qui fit examiner sa conduite à la demande de l'Espagne. Il fut enfermé pendant quatre ans dans un couvent, mais dès 1723, il fut rétabli dans tous ses droits de cardinal. Il jouit même d'une assez grande faveur à la cour de Rome, allant jusqu'à se présenter en 1724 à l'élection pontificale (il obtint dix votes) qui vit l'élection de Benoît XIII. Clément XII, élu en 1730, le nomma légat apostolique à Ravenne d'où il tenta l'annexion de la république de Saint-Marin, désapprouvée par le Saint-Siège. Il fut remplacé en 1740 et il se retira à Plaisance. Il y créa le collège Alberoni, qui existe encore, destiné alors à la formation au sacerdoce des jeunes gens d'origine modeste.

Il meurt dans son palais de Plaisance le . Il repose à Plaisance, dans l'église du collège de San Lazzaro, qu'on appelle aujourd'hui San Lazzaro Alberoni[5].

Portrait[modifier | modifier le code]

Gravure. En buste, de face.
Le cardinal Alberoni.

« Une stature courte et ronde, dit Hœfer, une tête énorme, un visage d'une largeur démesurée, un nez camus, des lèvres pincées lui donnaient au premier aspect quelque chose de grotesque ; mais, dès que cette masse déplaisante venait à s'animer, on n'était plus frappé que de la noblesse de son regard, du prestige de son élocution et du son enchanteur de sa voix. Le même contraste se retrouvait entre ses inclinations naturelles et le rôle étrange auquel l'ambition l'avait conduit : né pour les plaisirs et l'indolence, il s'accoutuma à travailler seize à dix-huit heures par jour, et à ne faire qu'un seul repas d'une frugalité de cénobite[8]. »

Correspondance[modifier | modifier le code]

  • Lettre à l'avocat Charles Ponthon d'Amécourt, rédigée à Lovendegem, datée du , publiée le dans la Gazette d'Amsterdam[19].
  • Lettres intimes de J. M. Alberoni, adressées au comte I. Rocca, ministre des finances du duc de Parme, publiées d'après le manuscrit du collège de S.-Lazaro Alberoni par Émile Bourgeois, Paris, Masson, 1893, gr. in-8, LIII-701 p. (période 1703-1746). Annales de l'université de Lyon, t. IV[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Francesco Giarelli, Storia di Piacenza dalle origini ai nostri giorni, vol. 1, V. Porta, (lire en ligne), p. 489.
  2. a et b Jean-Chrétien-Ferdinand Hœfer, Nouvelle Biographie générale, Copenhague, Rosenkilde et Bagger, 1963, t. I, col. 544.
  3. (en) « Giulio Alberoni », sur nndb.com, 2014 (consulté le 10 juillet 2017).
  4. (en) Salvador Miranda, « Alberoni, Giulio », sur fiu.edu, 2015, note 1 (consulté le 10 juillet 2017).
  5. a, b, c, d, e, f, g, h et i Salvador Miranda, op. cit..
  6. (en) David M. Cheney, « Giulio Cardinal Alberoni », sur catholic-hierarchy.org, 11 novembre 2015 (consulté le 10 juillet 2017).
  7. Saint-Simon, Mémoires, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, Gallimard, 1983, t. II, p. 696.
  8. a et b Jean-Chrétien-Ferdinand Hœfer, op. cit., col. 545.
  9. (en) « Giulio Alberoni », sur nndb.com, 2014 (consulté le 10 juillet 2017).
  10. a et b (en) Kevin Knight, « Giulio Alberoni », sur newadvent.org, 2012 (consulté le 10 juillet 2017).
  11. Alphonse de Beauchamp, dans Biographie universelle (Michaud), Paris, Desplaces, s. d., t. I, p. 320.
  12. Louis de Rouvroy de Saint-Simon, Mémoires de Saint-Simon, Bibliothèque de la Pléiade (édition de 1990), (lire en ligne), « Le Duc de Vendôme ».
  13. (it) Eugène A. Marie, L'amore omosessuale, Edizioni Mediterranee, (lire en ligne), p. 102.
  14. « Mort de Marie-Louise-Gabrielle de Savoie », sur histoireeurope.fr (consulté le 10 juillet 2017).
  15. Jean-Chrétien-Ferdinand Hœfer, op. cit., col. 545 et 546 — (en)Ewan Macpherson, « Giulio Alberoni », sur en.wikisource.org, The Catholic Encyclopedia, The Encyclopedia Press, 1913, t. I (consulté le 10 juillet 2017).
  16. Un mariage par procuration a lieu à Parme, le . Saint-Simon, op. cit., 1985, t. IV, p. 879. — Un second mariage en présence des deux époux a lieu le , à Guadalajara. Saint-Simon, op. cit., 1985, t. V, p. 163.
  17. (en) E. Armstrong, « The influence of Alberoni in the disgrace of the princess des Ursins », sur academic.oup.com, The English Historical Review, , p. 760 et 761 (consulté le 11 juillet 2017). — Georges Valbert, « Alberoni et sa correspondance avec le comte Rocca, ministre des finances du duc de Parme », sur academic.oup.com, Revue des Deux Mondes, 3e période, t. CXV, p. 670 et 671.
  18. a, b et c (it) Pietro Castagnoli, Enciclopedia italiana, (lire en ligne), « ALBERONI Giulio ».
  19. Yves Coirault, dans Saint-Simon, op. cit., 1984, t. III, p. 201, note 4. Saint-Simon en donne le texte, p. 201-203.
  20. Alfred Morel-Fatio, « Lettres intimes de J. M. Alberoni », sur persee.fr, Bibliothèque de l'école des chartes, vol. 54, no 1, 1893, p. 156 et 157.

Source partielle[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Jules Alberoni » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, (Wikisource)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Rousset de Missy, Histoire du cardinal Alberoni, depuis sa naissance jusqu'au commencement de l'année 1719, La Haye, Moetjens, 1719.
  • Saint-Simon, Mémoires, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, Gallimard, 1983-1988, t. II-VIII.
  • Jean-Chrétien-Ferdinand Hœfer, Nouvelle Biographie générale, Copenhague, Rosenkilde et Bagger, 1963, t. I, col. 544-566.
  • (it) Stefano Bersani, Storia del Cardinal Giulio Alberoni, Plaisance, Solari, 1861.
  • Alfred Baudrillart, Philippe V et la cour de France, Paris, Firmin Didot, 1890.
  • (it) Giovanni Bianchi, Giulio Alberoni e il suo secolo, 1901.
  • Émile Bourgeois, Le Secret des Farnèse : Philippe V et la politique d'Alberoni, Paris, Colin, 1910.
  • (it) Pietro Castagnoli, Il cardinale Giulio Alberoni, Plaisance, Collegio Alberoni, 1928-1931, 3 vol.
  • (it) Giovanni Drei, Giulio Alberoni, Bologne, Cappelli, 1932.
  • (en) Simon Harcourt-Smith, Cardinal of Spain : the life and strange career of Alberoni, New York, Knopf, 1944.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :