Juan Mari Arzak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Juan Mari Arzak et sa fille Elena Arzak (en).

Juan María Arzak Arratibelk, né le à Saint-Sébastien, est un cuisinier basque espagnol, chef et propriétaire du restaurant Arzak (en)[1]. Il est réputé comme étant l'un des plus grands maîtres de la nouvelle cuisine basque.

Juan Mari Arzak a deux filles, Marta et Elena, avec Maite Espina[1]. Il forme sa fille Elena à prendre la relève du restaurant. Elle a gagné le Veuve Clicquot World's Best Female Chef au World's 50 Best Restaurant Awards[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Juan Mari Arzak naît à Saint-Sébastien. Il est l'enfant unique de Juan Ramon Arzak et de Francisca Arratibel[1],[3]. Il passe sa jeunesse dans le restaurant de ses grands-parents, pris en charge par la suite par ses parents. À la mort de Juan Ramon Arzak en 1951, Francisca Arratibel s'occupe seule du restaurant jusqu'à ce que Juan Mari prenne la relève en 1966.

Arzak suit un cours d'hôtellerie à Madrid, où il confirme son grand intérêt pour la restauration[3]. Après son service militaire obligatoire, il retourne au restaurant familial où il développe ses talents de chef cuisinier. Alors qu'il prend la direction du restaurant, ce dernier acquiert une certaine notoriété, recevant notamment 3 étoiles dans le Guide Michelin en 1989[1].

En 2008, Arzak reçoit le prix Universal Basque[4] ainsi que la Médaille d'or du mérite des beaux-arts par le Ministère de l'Éducation, de la Culture et des Sports[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en)http://www.arzak.info/ing/home.asp
  2. http://finedininglovers.com/blog/50-best-restaurants-news/best-female-chef-world-elena-arzak/
  3. a et b (es) Ruta del Vino de Rioja Alavesa, « En los fogones con... Juan Mari Arzak », Rioja Alavesa Magazine, vol. 0, no 2,‎ , p. 16-23
  4. (en)http://www.eitb24.com/new/en/B24_104700/life/PROMOTING-BASQUE-COUNTRY-Basque-chef-Juan-Mari-Arzak-wins/
  5. (es) « Relación de premiados del año 2008 », sur Ministère de la Culture,‎ (consulté le 18 janvier 2015) [PDF].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]