José Python

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Python.

José Python
Illustration.
Fonctions
Député au Grand Conseil du canton de Fribourg
Conseiller d'État fribourgeois
Législature 1951-1956
1956-1961
1961-1966
Biographie
Nom de naissance Stanislas Paul Joseph Python
Date de naissance
Lieu de naissance Fribourg, Suisse
Date de décès (à 75 ans)
Lieu de décès Fribourg, Suisse
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Entourage Georges Python, son père
Diplômé de Université de Fribourg
Profession Avocat
Religion Catholique

Stanislas Paul Joseph Python, dit José Python, originaire de Portalban, né le à Fribourg et mort le à Fribourg, est une personnalité politique suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Situation familiale[modifier | modifier le code]

Stanislas Paul Joseph Python, dit familièrement José, naît à Fribourg le 1er février 1901. Son père Georges est le conseiller d’Etat bien connu (No 36) qui sera soutenu par son fils dans ses dernières années d'activité ; sa mère Marie Elisabeth, fille de Louis Wuilleret, conseiller national pendant 44 ans et leader des conservateurs, est maîtresse de maison. José est catholique et restera célibataire.

Formation et vie active[modifier | modifier le code]

Il fréquente six ans durant le Collège Saint-Michel de Fribourg, puis celui d’Einsiedeln, où il perfectionne son allemand et obtient son baccalauréat. De retour à Fribourg, il entame des études de droit à l’Université tout en assistant son père, malade, dans l’exercice de sa tâche de directeur de l’Instruction publique.

En 1927, il passe sa licence en droit et entre comme stagiaire dans l’étude d’Ernest Lorson. Il en ressortira avec son brevet d’avocat en 1930. Entre-temps, José accède en 1928 à la présidence centrale annuelle de la Société des étudiants suisses. Il suit les traces de feu son père, président en 1879, et de son frère aîné Louis, président en 1915.

José Python ouvre une étude d’avocat qu’il partage quelque temps avec son frère aîné Louis. En 1931, Louis accède à la présidence du Tribunal de la Sarine, avant d’être nommé juge fédéral deux ans plus tard. José, désormais seul, renonce à plaider et prend le secrétariat général des Entreprises électriques fribourgeoises. En 1943, José est nommé juge au Tribunal cantonal qu’il préside en 1950.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

José Python est élu au Grand Conseil en 1946. Lors des élections cantonales de 1951, il brigue le Conseil d’Etat : il y est élu et y sera reconduit à deux reprises, en 1956 et 1961.

Il prend la Direction de l’Instruction publique et des Cultes. Le bilan de ses quinze ans d’activité gouvernementale (1952–1966) tient en quelques mots : aucune votation populaire pour avaliser ses réalisations, mais vingt-sept lois et décrets défendus devant le Grand Conseil. Au nombre des lois, retenons celles de 1966 sur le fonds cantonal des études et sur l’organisation de l’Eglise évangélique réformée du canton. Quant aux décrets, ils concernent notamment le subventionnement de plusieurs constructions d’écoles (1957, 1964, 1965), l’agrandissement de l’internat du Collège Saint-Michel (1955), du Technicum (1956, 1960), du Jardin botanique (1965), du Conservatoire et du Musée d’art et d’histoire (1965). Il lance la construction du restaurant universitaire (1965) et assure le transfert des orgues de l’église abbatiale d'Hauterive au Collège Saint-Michel (1952). Il est proche de certains Français compromis avec Vichy et la Collaboration qui ont trouvé refuge à Fribourg après la Seconde Guerre mondiale.

José Python, qui préside le Gouvernement en 1956 et 1962, prend sa retraite en 1967. Il meurt à Fribourg le 8 juillet 1976, à l’âge de 75 ans. Il laisse le souvenir d’un fils modèle et, comme l’a relevé la presse, celui d’un « conservateur de la plus stricte obédience ».

Sources[modifier | modifier le code]

  • Georges Andrey, John Clerc, Jean-Pierre Dorand et Nicolas Gex, Le Conseil d’Etat fribourgeois : 1848-2011 : son histoire, son organisation, ses membres, Fribourg, Éditions La Sarine, (ISBN 978-2-88355-153-4)
  • Pierre Barras, La Liberté, 12.7.1976.
  • La Gruyère, 13.7.1976.
  • Documents officiels (annuaire officiel).