José Moñino y Redondo de Floridablanca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
José Moñino y Redondo de Floridablanca
Fonction
Ambassadeur d'Espagne près le Saint-Siège (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
SévilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
José Moñino y RedondoVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Distinctions

Don José Moñino y Redondo, comte de Floridablanca (en espagnol José Moñino y Redondo, conde de Floridablanca), né à Murcie le 21 octobre 1728, mort à Séville le 30 décembre 1808), est un homme politique et diplomate espagnol.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'abord ambassadeur près de la cour de Rome en 1772, il s'efforça d'obtenir du pape Clément XIV la suppression de l'ordre des jésuites.

Il fut aussi le secrétaire d'État (équivalent de premier ministre) de Charles III d'Espagne à partir de 1777.

Le comte de Floridablanca appartenait à la franc-maçonnerie.

Il gouverna selon les principes du despotisme éclairé, mais ne sut pas associer l'opinion publique à ses réformes.

Il échoua dans une expédition contre Alger et dans l'entreprise de chasser les Anglais de Gibraltar. En outre, il engagea son pays dans une guerre ruineuse contre l'Angleterre (1779/1783) en prenant parti pour les États-Unis d'Amérique.

Le 18 juillet 1790, à Aranjuez, il est victime d'un attentat, mais survit au coup de poignard que lui assène un français nommé Perret[1].

Accusé de détournement de fonds, il est disgracié par Charles IV d'Espagne en 1792, et reste trois ans emprisonné à Pampelune[2].

Il ne reparut qu'en 1808, lors du soulèvement de la péninsule ibérique contre Napoléon et fut alors élu président de la Junta Suprema Central; mais il mourut la même année.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articlles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :