Johann Friedrich Schweitzer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Helvétius.
Portrait de Johann Friedrich Schweitzer

Johann Friedrich Schweitzer, latinisé en Helvétius, né le 17 janvier 1630[1] à Cöthen (Allemagne), et mort le 29 août 1709 à La Haye (Pays-Bas), également connu sous le nom Johann Friedrich Helvétius, était un partisan de l'alchimie, auteur de plusieurs ouvrages sur l'alchimie, la botanique et la médecine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a commencé sa carrière en tant que médecin. À cette époque, il a refusé d'alchimie. Il a étudié la médecine à Harderwijk et a obtenu son doctorat avec une thèse sur la peste. Jusque vers 1676, il vivait à La Haye, après quoi il a déménagé à Amsterdam, où il a servi comme médecin de ville et le médecin du prince Guillaume III d'Orange-Nassau.

Il a épousé le 20 mai 1658 Johanna Pels (1643 — 1709)[2]. Le couple a eu trois enfants, deux fils, Jean Adrien Helvétius (1661 — 1727), Josephus Johannes Helvétius (1667 — 1729) et une fille Elizabeth Baldina Helvétius (1679 — 1748). Jean-Adrien sera le père de Jean-Claude-Adrien Helvétius (1685 — 1755), lui-même père du philosophe Claude-Adrien Helvétius[3].

Le 27 décembre 1666 Schweitzer a obtenu la visite d'un mystérieux adepte de l'alchimie, qui s'est identifié comme le propriétaire de la pierre philosophale.

En 1667, il a publié sous le titre Vitulus Aureus un rapport détaillé, qui a été réimprimé plusieurs fois et adopté dans les compilations alchimiques. Ses œuvres littéraires ont été utilisés par certains alchimistes. Mais il ne peut pas être appelé adepte de l'alchimie[4].

Il est dit avoir connu Baruch Spinoza[5].

Carapichea ipecacuanha[6] a été lancé en 1672 par un voyageur Amérique du Sud nommé Legros à Paris. Un commerçant nommé Garnier en a acquis en 1680 environ 68 kg et a fait part au médecin Johann Friedrich Schweitzer de ses qualités dans le traitement de la dysenterie. Son fils Jean Claude Adrien Helvétius[7] était aussi un médecin. Il est allé à Paris, où il devient le médecin personnel de la reine Marie Leszczynska surintendant de la Maison de la Reine. Il a continué les traitements médicamenteux à Paris. Son petit-fils était le philosophe français Claude Adrien Helvétius[8].

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

  • Xistus Herbarum, Lustiger Spatzierweg der Kräuter. Samuel Broun, Heidelberg 1661 (en ligne).
  • Vitulus aureus quem mundus adorat et ornat oder ein sehr curieuses Tractätlein… 1705 (en ligne; en ligne).

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Clausius Priesner und Karin Figala, Alchemie. Lexikon einer hermetischen Wissenschaft Beck, München 1998, ISBN 3-406-44106-8, p. 171
  • Lynn Thorndike, A history of magic and experimental science. t. 8, The seventeenth century. Columbia Univrsity Press, USA 1964, p. 361 , 469–471.
  • John Ferguson, Bibliotheca Chemica t. 1, London 1954, p. 383–385.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Selon d'autres informations en 1625
  2. Geneagraphie - Families all over the world
  3. Voir ici : http://www.cosmovisions.com/Helvetius.htm
  4. Bibliotheca Chymica. Revu le 3 février 2010
  5. Maximillian Nierenstein, Helvetius, Spinoza, and Transmutation. Isis, Vol. 17, No. 2 (1932), pp. 408-411.
  6. Ipecac. Cephaelis ipecacuanha, en ligne
  7. Généalogie de la famille
  8. 1902 Encyclopedia. Claude Adrien Helvétius. En anglais; en ligne