Jean de Médicis (1360-1429)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean de Médicis et Famille de Médicis.
Jean de Médicis
Bronzino-Giovanni-di-Medici-cropped.jpg

Giovanni di Bicci par Agnolo Bronzino.

Biographie
Naissance
Décès
Activité
Famille
Père
Averardo de' Medici (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfants
Parentèle
Vieri de' Medici (d) (oncle)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
Buggiano e pagno di lapo su dis. di brunelleschi, sepolcro di giovanni di bicci de' medici e piccarda bueri, 01.JPG

sépulture

Jean de Médicis (Giovanni de' Medici), surnommé di Bicci, est né vers 1360 à Florence, et est mort le 20 février 1429, à l'âge de 69 ans.

C'est le fondateur de la puissante et fameuse dynastie des Médicis de Florence, le père de Cosme de Médicis (Pater Patriae), et l'arrière-grand-père de Laurent de Médicis le Magnifique. Il était lui-même le fils d'Averardo de Médicis, à propos duquel on sait très peu de choses.

Il épousa Piccarda de Bueri et eut au moins quatre enfants :

Il fonde en 1397 la banque des Médicis[1].

En 1408, à Florence, il accroît considérablement les avoirs de sa famille. Commerçant avisé, il dirige activement une compagnie qui compte deux filiales en 1408 (Venise et Rome) et huit de plus à son apogée (Naples, Pise, Milan, Genève, Lyon, Avignon, Bruges et Londres). Outre les ateliers de tissage de la laine et de la soie, il développe son activité bancaire en consentant d’énormes prêts aux souverains et au pape (dont Jean XXIII). En 1421 il est désigné comme gonfalonier de Florence (chef effectif de la République)[2]. À la fin de sa vie, 90 % de ses revenus proviennent de la banque et 10 % du commerce, et les filiales ont pris une importance bien supérieure à celle de la maison-mère.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Crouzet, Histoire de l'économie européenne, 1000-2000, Albin Michel, , p. 82
  2. <Ivan Cloulas, Catherine de Medicis, Fayard 1979, p.26

Liens externes[modifier | modifier le code]