Jean Kobs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Karsten Kobs.
Jean Kobs
Description de l'image Kobs 1.jpg.
Nom de naissance Jean Kobs
Naissance
Hayingen, Reichsland Elsaß-Lothringen, Allemagne
Décès (à 69 ans)
Godinne, Région wallonne, Belgique
Activité principale
poète
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Œuvres principales

  • Le Kobzar de l'Exil (1973-1974)

Jean Kobs, (Hayange, le - Godinne, le ) est un poète lorrain d’expression française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Kobs naît à Hayange dans le district de Lorraine, pendant la première annexion allemande. Au début de la Première Guerre mondiale, il séjourne à Houffalize en Belgique, où il reste jusqu’en 1919. Il étudie ensuite les humanités gréco-latines et la théologie au Petit séminaire de Bastogne de 1923 à 1932, puis au Grand séminaire de Namur de 1932 à 1936.

Une fois ses études terminées, il est ordonné prêtre et devient, en 1937, vicaire à Barvaux-sur-Ourthe en Wallonie. Kobs sera curé d’abord à Dinez-Houffalize (1942-1958), puis à Dave, de 1958 à 1977.

Jean Kobs décéda le 29 août 1981, à Godinne, en Région wallonne.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Son œuvre poétique compte plus de 1600 poèmes.

  • Le Parfum du Silence, Liège, Vaillant-Carmanne, 1949.
  • Les Roses de la Nuit, avec une préface d'Yves-Gérard Le Dantec, Paris, Points et Contrepoints, 1953.
  • Le Kobzar de l'Exil, tome 1, Paris, Points et Contrepoints, 1973.
  • Le Kobzar de l'Exil, tome 2, Paris, Points et Contrepoints, 1974.
  • La Mémoire du Silence, Namur, Bellalui/La Corniche, 1983 [édition posthume].
  • L'Offrande du Kobzar, anthologie de 300 poèmes extraits des précédents recueils réalisée par Marie-Thérèse Boulanger, Namur, Bellalui/La Corniche, 1985.
  • Au Château de la Solitude, re-créations poétiques de textes de Rainer Maria Rilke, édition établie et présentée par Marie-Thérèse Boulanger et Ferdinand Stoll, Namur, Bellalui/La Corniche, 1993.
  • Œuvres complètes, tome 1, édition établie et présentée par Laurent Fels, Luxembourg, Éditions Poiêtês, coll. "Poésie", 2009.
  • Jean Kobs : Dernier Vœu, choix établi par Marie-Thérèse Boulanger pour une édition posthume ; introduction, notes et postface par Laurent Fels, Montreuil-sous-Bois, Éditions Joseph Ouaknine, 2011.

Le Kobzar de l'Exil[modifier | modifier le code]

C'est Le Kobzar de l'Exil, somme de philosophie universelle et spirituelle, qui s'impose en priorité par les 1059 sonnets - selon le Nombre d'Or de Virgile - qui le constituent et dont les thèmes majeurs et essentiels forment le canevas d'une vaste fresque qui épouse le rythme des saisons, des âges de la vie et du monde.

Jean Kobs, le kobzar, l'aède dont la voix vient « de plus loin que l'Ukraine », joue comme ses aïeux de la kobza, évoquant sa quête incessante de l'Absolu qu'il partage avec tous ceux qui, comme lui, se savent en exil.

Le Livre premier s'ouvre sur le « Printemps ou les Limbes », temps de la naissance du monde et du poète, avec ses attachements, ses révoltes, ses définitives souffrances. Puis, c'est le Livre deuxième, « L'Eté », la première jeunesse, le premier épanouissement, la maturité, l'enfer de la vie.

Dans le Livre troisième, le kobzar s'avance vers le « Purgatoire », l'« Automne », le temps de la mélancolie, des évocations du passé, celui de la méditation et de la sagesse, de la pacification, de la conscience de l'inanité des choses terrestres, de la dimension de la souffrance pour arriver enfin à la sérénité. Et quand l'« âge dernier », celui de la vieillesse, l'« Hiver », arrive, le poète n'aspire plus qu'à la paix et au repos, préparant son Fiat avec une foi et une espérance dans l'au-delà qui n'ont cessé de grandir.

Dans cette œuvre où s'inscrit en filigrane l'image de celui vers qui tendent consciemment ou non tous les êtres, le prêtre-poète cherche inlassablement à atteindre l'essentiel : il « découvre » sa philosophie de la vie qui s'apparente à celle des poètes orientaux à laquelle s'ajoute, éclairante et personnelle, une note profondément chrétienne.

Créée par arrêté royal du 13 janvier 2003, la Fondation Jean Kobs[1] a pour objectif de faire vivre la mémoire du poète et de diffuser son œuvre, notamment par l'instauration de prix, l'organisation de récitals de poèmes, de colloques et de conférences.

Bibliographie critique[modifier | modifier le code]

Les Cahiers Jean Kobs[modifier | modifier le code]

En 2014, la Fondation Jean Kobs a lancé la série des Cahiers Jean Kobs aux Éditions Poiêtês[2] qui publient également la réédition des Œuvres complètes du poète. Il s'agit d'une collection universitaire avec comité de lecture qui publie des ouvrages collectifs et des monographies consacrés au poète.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Laurent Fels (éd.), Dans la Chambre secrète du silence, actes du colloque de Clervaux (26 janvier 2013), Luxembourg, Poiêtês, coll. "Cahiers Jean Kobs", 2015, n°1.
  • Ferdinand Stoll, Le Prince du Sonnet : Jean Kobs [en préparation].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fondation Jean Kobs, p/a Michel Pirson, Résidence La Seigneurie B.P.25, Galerie Jardin d'Harscamp - B-5000 Namur (Belgique)
  2. « Editions Poiêtês »