Jean II (seigneur de Monaco)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean II.
Jean II de Monaco
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Activité
Père
Mère
Fratrie

Jean II de Monaco (italien : Giovanni Grimaldi) (surnommé « Le Magnifique ») (*1468 ; † 11 octobre 1505 à Monaco), de la famille Grimaldi, fut seigneur de Monaco de jusqu'à sa mort, le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était l'ainé des huit fils de Lambert de Monaco et de Claudine Grimaldi. À l'âge de 26 ans, en 1494, il succéda à son père comme seigneur de Monaco.

En 1486, il épousa Antoinette (†1500), fille naturelle du duc Philippe II de Savoie et de Libera Portoneri, et sœur de René de Savoie et de Pierre de Savoie, évêque de Genève.

Dans son action politique, il suivit l'exemple de ses ancêtres, soutenant les rois de France dans leur tentative pour conquérir l'Italie. L’importance de Monaco dans ce projet venait de sa situation géographique. Jean II devint chambellan du roi et commandant en chef des flottes françaises.

Il protégea les arts et les artistes, il fit magnifiquement décorer ses châteaux à Monaco et à Menton. L'un des artistes qu’il soutint particulièrement est le peintre Louis Bréa.

Cependant ses sautes d’humeur mécontentèrent bien des gens. C’est de justesse qu’à Vintimille il échappa à un attentat. Il perçut une gabelle sur les navires pour le transport du grain et du sel, ce qui lui valut d’être traduit en justice devant la cour d’Aix-en-Provence. Il voulut se soustraire à cette juridiction, puisqu'il était le prince d'un État indépendant et que le Pape seul avait le droit de décider. En fin de compte, il sortit vainqueur de ce litige mais il en affronta bien d’autres au cours de son règne.

Dans la nuit du 10 au 11 octobre 1505, il fut poignardé au Palais de Monaco par son frère cadet Lucien, en état de légitime défense à ce qu’il parait, au cours d’une querelle qui aurait mal tourné. C’est Lucien qui lui succéda.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Armoiries de Monaco et Armorial des Grimaldi.
Blason Blasonnement :
Fuselé d'argent et de gueules.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Françoise de Bernardy, Princes de Monaco : l'histoire remarquable de la famille Grimaldi, édition Barker,
  • Maurizio Ulino, L'Età Barocca dei Grimaldi di Monaco nel loro Marchesato di Campagna, Giannini editore, Napoli 2008
  • Maurizio Ulino, Dai Grimaldi ai Pironti, in Campagna in età moderna, chiesa, feudo e rivoluzione, a cura di G.D'Agostino, A. Maggio, M. Ulino, Associazione G.Bruno, Campagna (Sa), 2015