Jean Dullaert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jean Dullaert, professeur et philosophe, né à Gand en 1471, décédé à Paris, le 19 septembre 1513.

Biographie[modifier | modifier le code]

A l'âge de quatorze ans, il est envoyé à l'université de Paris, et y fait ses études philosophiques sous la direction de John Mair.

Maître ès arts, il est chargé du cours de philosophie, au collége de Beauvais où il a pour disciple Jean Louis Vivès et le futur cardinal Juan Martínez Silíceo.

Il retourne à Gand, où il est accusé de trahison envers sa patrie et revient mourir à Paris.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

On a de lui, Questiones Joannis de Gandavo super tres libros de Anima Aristotelis, édité par J. Campagna, publié le 29 janvier 1507. Il donne en 1509, toujours à Paris, une édition des Questions sur la Physique composée par le Philosophe de Béthune, Jean Buridan. On connaît encore de lui In Arisiotelis libros péri Hermenias commentaria ; Questiones super octo libros physicorum, Aristotelis necnon super libros de Cœlo et Mundo. A titre posthume, sont publiées en 1521 à Paris, chez Michel Lesclencher et Bernard Aubry, deux essais de Dullaert, un Tractatus Terminorumm[1] et Questiones in praedicabilia porphyrii'. On trouve également, de Johannes de Gand ou Gandavensis (ou l'éditeur l'a-t-il confondu avec Jean de Jandun), un Quaestiones, super Paruis naturalibus,[2]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Biographie nationale de Belgique, volume 6, année 1878, page 173, lire en ligne : [2]
  1. Tractatus terminorum magistri Ioannis dullaert a Gandauo hactenus desideratus, sueq[ue] integritati restitutus par Bernardo Aubry eiusdem vniuersitatis librario iurato, sub signo diui martini via iacobea, 1521
  2. Ioan Gandauensis, Quaestiones, super Paruis naturalibus, cum Marci Antonii Zimarae De movente et moto, ad Aristotelis & Averrois intentionem, absolutissima quaestione, ac variis margineis scholiis hinc inde ornatae. Nunc denuo per Albratium Apulum, édité en 1557, par Hieronymum Scotum, à lire en ligne ici : [1]