Jean Danglars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Danglars
Biographie
Naissance
Simeyrols
Décès
Cahors
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Évêque constitutionnel du Lot

Jean Danglars (né à Simeyrols le , mort à Cahors le ) est un ecclésiastique qui fut évêque constitutionnel du Lot de 1791 à 1801.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean d'Anglars ou Danglars comme il se nommait lui-même bien que noble est archiprêtre, curé de Cajarc et très populaire du fait de sa vie édifiante. L'évêque de Cahors Louis-Marie de Nicolaÿ député du clergé aux États généraux de 1789 s'oppose à la Constitution civile du clergé. Le candidat pressenti à l'épiscopat constitutionnel Jean-Louis Gouttes est choisi par le diocèse de Saône-et-Loire et Jean Danglars est élu par défaut le 22 février 1791 évêque constitutionnel du diocèse du Lot et sacré à Paris le 29 avril. La mort de l'évêque insermenté en juillet suivant avant la fin de la cession parlementaire le laisse face à Charles-Nicolas de Becave († 1813)[1] qui dirige le clergé réfractaire avec le titre de vicaire apostolique et qui est emprisonné à Cahors en 1793-1794. La faiblesse du clergé jureur l'oblige à recruter des prêtres de faible valeur dont beaucoup apostasient pendant la Terreur. Jean Danglars tente en vain en 1795 de reconstituer son clergé. L'évêque constitutionnel est encore présent à Paris lors du Concile de 1797 mais il s'abstient de paraître à celui de 1801. Après le Concordat de 1801 il devient l'ami du nouvel évêque concordataire de Cahors Guillaume-Balthazar Cousin de Grainville qui le nomme chanoine titulaire de Cahors. Il meurt en 1814 en pleine communion avec l'Église catholique[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il deviendra le vicaire général de l'évêque concordataire
  2. Paul Pisani, Répertoire biographique de l'épiscopat constitutionnel (1791-1802), A. Picard & Fils, Paris, 1907 p. 393-396

Bibliographie[modifier | modifier le code]