Jean Arasanayagam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean Arasanayagam
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
Nom de naissance
Jean Lynette Christine SolomonsVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Programme international d'écriture de l'Iowa (en)
Université de Peradeniya
Université de StrathclydeVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Jean Arasanayagam, singhalais : ජීත් අර්ධනගම්, (1931-2019) est une poète et écrivaine de fiction srilankaise. Elle a écrit ses œuvres en anglais. Les troubles ethniques et religieux au Sri Lanka constituent le thème principal de son œuvre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Arasanayagam était une Burgher[n 1] d'origines diverses : du côté maternel, Adriaan Jansz était un fonctionnaire de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales en poste à Galle, Jean François Grenier, un Normand français, nommé commandant de Matara, qui avait épousé une Hollandaise à Colombo ; du côté paternel, les Solomons, descendants de Portugais[2]

Elle est née le à Kandy, fille de Harry Daniel Solomons (1890–1981)[3] et de Charlotte Camille Grenier Jansz (1889-1970)[4], la plus jeune de trois enfants. Elle a grandi et a passé sa vie principalement à Kandy[5].

Elle a fréquenté le lycée de filles de Kandy (en) et est diplômée de l'Université de Peradeniya. Elle a ensuite obtenu sa maîtrise en linguistique à l'Université de Strathclyde à Glasgow, en Écosse. Elle a été membre du Creative Activities of the International Writing Programme à l'Université d'Iowa en 1990. Elle a été chercheuse invitée à la Faculté des arts de l'Université d'Exeter[6].

Elle était mariée à un Tamoul de Jaffna, Thiyagarajah Arasanayagam, et traitait souvent de multiples cultures et traditions, ce qui peut avoir façonné sa conscience ethnique et son identité[7]. Arasanayagam a été directement témoin des violences pendant le Juillet noir, le pogrom anti-tamoul, en 1983, et a dû fuir vers un camp de réfugiés avec sa famille en raison de la lignée tamoule de son mari[8]. Elle avait auparavant été témoin des violences perpétrées lors de la Révolte ceylanaise de 1971[9].

Elle a enseigné la langue et la littérature anglaises à St. Anthony's College (en), un lycée privé catholique, à l'Université de Peradeniya, à l'Institut polytechnique de Kandy, au English Teachers College de Peradeniya[10].

Elle était peintre et a exposé à Londres, à la Biennale de Paris et au Lionel Wendt Art Center (en) à Colombo[8]. Elle confectionnait des batiks qu'elle a exposés en Suède et au Smithsonian[11].

Jean Arasanayagam est morte le à Kandy[12].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Beaucoup de ses œuvres ont été traduites dans différentes langues, dont le danois, le suédois, le français et le japonais[6].

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Kindura, Godamunne & sons, 1973
  • Poems of Season Beginning and a Season Over (1977)
  • Apocalypse '83, 1984 ; réédition International center for ethnic studies, 2003
  • The Cry of the Kite, [Sri Lanka, s.n.], 1984
  • A Colonial Inheritance and Other Poems (1985)
  • Out of Our Prisons We Emerge (1987)
  • Trial by Terror, Hamilton (Nouvelle-Zélande), Rimu, 1987
  • Reddened Waters Flow Clear (1991)
  • Shooting the Floricans, Samjna, 1993
  • Peacocks and Dreams, Navrang, 1996
  • Women, All Women, Writers Workshop, 1999
  • Colonizer/Colonized: Poems from a Post Colonial Diary, Calcutta Writers' Workshop, 2000
  • Fusillade, Indialog Publications, 2003
  • The Famished Waterfall, S. Godage & Sons, 2004
  • The Pomegranate Flower, Dhvanyaloka Publication, 2005
  • One Evening, Godage International Publishers, 2006
  • The colour of my mind, S. Godage & Sons, 2009
  • The Word never dies, S. Godage & Sons, 2011
  • The Almsgiving, Social Scientists Association of Sri Lanka, 2014

Anthologies[modifier | modifier le code]

  • (en) John Holt, The Sri Lanka Reader: History, Culture, Politics, Duke University Press, — cette anthologie de la poésie sri-lankaise contient plusieurs poèmes de Jean Arasanayagam : Nallur, In the month of July, Search my Mind, A land divided
  • Poems from India, Sri Lanka, Malaysia & Singapore, Yasmine Gooneratne (éd.), Heinemann Asia, 1979 — contient Kindura et Poems of Season Beginning and a Season Over

Prose[modifier | modifier le code]

  • Bhairava: A Childhood in Navaly, 1984
  • The Cry of the Kite, recueil de nouvelles, Kandy, 1984
  • The Outsider, Nagasaki University, Bulletin of the Faculty of Liberal Arts, 1989
  • Fragments of a Journey, Colombo, Women's Education & Research Centre, 1992
  • All Is Burning, New Delhi, Penguin Books India, 1995
  • Peacocks and Dreams, New Delhi, Navrang, 1996
  • In the Garden Secretly and Other Stories, Penguin Books, 2000
  • Inheritance, S. Godage & Brothers, 2001
  • The Dividing Line, Indialog Publications, 2002
  • A Nice Burgher Girl, autobiographie, Social Scientists' Association, 2006
  • Tales From Antiquity, S. Godage & Brothers, 2016
  • The Life of the Poet, Sarasavi Publishers, 2017

Citation[modifier | modifier le code]

  • « Je continue d'écrire sur le massacre de civils des deux côtés. Le massacre de prêtres chrétiens et de moines bouddhistes. Massacres dans les prisons. Torture. Attentats à la bombe. Toutes ces choses sont maintenant devenues les lieux communs de notre société. Avec la signature d'un accord de paix, nous pouvons enfin ressentir un esprit d'optimisme, d'espoir pour l'individu, pour la société, pour notre nation. Nous devons espérer. Mais les blessures mettent du temps à guérir. Cela demande beaucoup de courage pour continuer à vivre. »[n 2],[13]

Regards sur l’œuvre[modifier | modifier le code]

  • « L'écriture de Jean Arasanayagam, issue d'une confluence unique de ce qui peut être considéré comme des identités minoritaires au Sri Lanka (Burgher et Tamil), fournit des aperçus critiques sur la manière dont une conscience marginalisée cherche à se tailler une niche dans un discours nationaliste exclusif et majoritaire. L’écriture d’Arasanayagam est fortement investie dans l’idée d’appartenance nationale. »[14]
  • « Peu de poètes ont capturé le pathétique du conflit ethnique sur le continent que Jean Arasanayagam, l’un des poètes les plus prolifiques et les plus lus du Sri Lanka, dont l’œuvre est extrêmement consciente politiquement. »[15]
  • « La surface tranquille de la poésie d'Arasanayagam a radicalement changé à la suite des troubles ethniques au Sri Lanka en 1983. Une grande partie de ses œuvres exprime la peur et la détresse éprouvées par les prisonniers, les exilés et les réfugiés de la violence ethnique. »[n 3],[16]
  • « Au cours des deux dernières décennies, plusieurs écrivains qui s'identifieraient comme des Burghers ont acquis une reconnaissance internationale. Michael Ondaatje, Rienzi Crusz (en) et Carl Muller (en) sont probablement les plus importants. Jean Arasanayagam est clairement parmi eux et les critiques qu'elle a reçues témoignent du respect qui lui a été accordé en tant que grand écrivain sri-lankais et postcolonial. »[n 4],[17]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Sahityaratna award du gouvernement du Sri Lanka, septembre 2017 ; Premchand Fellowship of the Sahitya Akademi, Inde, 2014[6].
  • Gratiaen prize, la plus haute distinction du Sri Lanka pour les œuvres écrites en anglais[8], pour The Life of the Poet[18].
  • Doctor of Letters, honoris causa, Bowdoin College USA, 2013[19].
  • Arts Council Award, English Association of Sri Lanka, 1984, pour Bhairava: A Childhood in Navaly[n 5], 1984[20].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Elaine Ho, Harshana Rambukwella, « A Question of Belonging: Reading Jean Arasanayagam through Nationalist Discourse », Journal of Commonwealth Literature, vol. 41,‎ , p. 61-81
  • (en) T. Ramakrishnan, « Sri Lanka’s poet-writer, Jean Arasanayagam, passes away », The Hindu,‎ (lire en ligne)
  • (en) Susan Haris, « At Last History Has Meaning': The Poetry of Jean Arasanayagam », The Wire,‎ (lire en ligne)
  • (en) Katrina M. Powell, Identity and Power in Narratives of Displacement, Routledge, , p. 148-153
  • (en) Alok Rai, « Book review: Jean Arasanayagam's All is Burning », sur India Today,
  • Jeremy Noel-Tod, Ian Hamilton (en), The Oxford Companion to Modern Poetry in English, Oxford University Press, (lire en ligne), p. 18
  • Minoli Salgado, « Jean Arasanayagam. Fugitive selves », dans Writing Sri Lanka: Literature, Resistance & the Politics of Place, Routledge, (lire en ligne)
  • Neloufer de Mel (en), « A Question of Identity. Jean Arasanayagam's Landsape of the Nation », dans Women & the Nation’s Narrative – Gender and Nationalism in Twentieth Century Sri Lanka, Rowman & Littlefield, (lire en ligne), p. 162-202
  • LeRoy Robinson, « An Interview with Jean Arasanayagam on Aspects of Culture in Sri Lanka », Nagasaki University Academic Output SITE, vol. 67, no 4,‎
  • Anders Sjöbohm, « ‘Someone Smashed in the Door and Gave Me My Freedom’: On the Writings of Jean Arasanayagam », World Literature Today, vol. 66, no 1,‎ , p. 35-38
  • Chelva Kanaganayakam, « Jean Arasanayagam », dans Jaina C. Sanga, South Asian Novelists in English: An A-to-Z Guide, Greenwood Publishing Group,
  • Maryse Jayasuriya, « 'It's happened to me' : The Poems of Jean Arasanayagam », dans Terror and Reconciliation: Sri Lankan Anglophone Literature, 1983-2009, Lexington Books, , p. 40-46

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Le terme « burgher » désigne toute personne ayant un ancêtre d’origine européenne, portugais, néerlandais, ou anglais, toute personne autrement « inclassable » selon les catégories ethniques du recensement décennal. La plupart des Burghers ont quitté le pays, souvent pour l’Australie, après les émeutes anti-tamoules de 1956. Cependant, nombre de Singhalais contemporains, de religion bouddhiste ou catholique, ont eu un ancêtre burgher. »[1]
  2. I keep on writing of the massacre of civilians on both sides. The killing of Christian priests and Buddhist monks. Massacres in prisons. Torture. Bombings. All these things have now become the commonplaces of our society. With the signing of a peace accord, we can at last feel a spirit of optimism, of hope for the individual, for the society, for our nation. We have got to hope. But wounds take time to heal. It requires a lot of courage to continue living.
  3. « The tranquil surface of Arasanayagam's poetry changed dramatically following Sri Lanka's ethnic disturbances in 1983. Much of her works expresses the fear and distress experienced by prisoners, exiles and refugees of ethnic violence. »
  4. « During the last two decades, several writers who would identify themselves as Burghers has gained international recognition. Michael Ondaatje, Rienzi Crusz, and carl Muller are probably the most prominent ones. Jean Arasanayagam is clearly among them and the critical reviews she has received bear testimony of the respect she has been accorded as a major Sri Lankan and post-colonial writer. »
  5. Navaly est le village natal de son mari

Références[modifier | modifier le code]

  1. missionsetrangeres.com
  2. LeRoy Robinson, p. 104-105.
  3. A Nice Burgher Girl, Social Scientists' Association, 2006, p. 337 lire sur Google Livres
  4. A Nice Burgher Girl, Social Scientists' Association, 2006, p. V lire sur Google Livres
  5. LeRoy Robinson, p. 111.
  6. a b et c T. Ramakrishnan.
  7. Anuradha Kodagoda, « Jean Arasanayagam: 'A voice of conscience, wisdom, hope' », Sunday Observer (en),‎ (lire en ligne)
  8. a b et c Susan Haris.
  9. Maryse Jayasuriya, p. 41.
  10. LeRoy Robinson, p. 103.
  11. LeRoy Robinson, p. 112.
  12. « Sunday Times - Celebrated poet, writer Jean Arasanayagam passes away », sur Sundaytimes.lk
  13. LeRoy Robinson, p. 117.
  14. A Question of Belonging.
  15. John Holt, p. 557.
  16. OUP, p. 18.
  17. Chelva Kanaganayakam, p. 19.
  18. « Jean Arasanayagam Wins 2017 Gratiaen Prize », sur Colombo Telegraph,
  19. Dilshan Boange, « US university honours Lankan literary luminary », Sunday Observer, 27 octobre 2013 [lire en ligne]
  20. Anders Sjöbohm, p. 35.


Liens externes[modifier | modifier le code]