Jean-Pierre Gaffory

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Pierre Gaffory
Description de l'image Ghjuvan Petru Gaffori.jpg.
Nom de naissance Gian Pietro Gaffory
Naissance
Corte, Corse
Décès
Corte, Corse
Nationalité Corse
Profession
Activité principale
Protecteur de la Nation corse
Conjoint
Faustina de Matra
Famille
François Gaffory, Guilia Mattéa Gaffory ( ses enfants )

Jean-Pierre Gaffory, de son nom de baptême Gian Pietro Gaffory, est un médecin et un général, patriote corse né à Corte en 1704, puis assassiné en 1753 à Corte à l'âge de 49 ans.

Biographie[modifier | modifier le code]

D’abord secrétaire du roi Théodore de Neuhoff, ainsi que « Président de la monnaie »[1], Jean-Pierre Gaffory est nommé protecteur de la Nation corse en 1745 par une consulta réunie au couvent d'Orezza pour lutter contre Gênes, les chefs historiques de la rébellion étant tous partis en exil. En 1746, il s'empare de la citadelle de Corte tenue par les Génois en faisant preuve d'une grande bravoure ; il se rend alors maître du centre de la Corse. En 1751, il est nommé général de la Nation.

Le , il meurt dans une embuscade tendue par six tireurs, dont son propre frère, dans le quartier de Saint Pancrace à Corte. Selon certains, cet assassinat a été commandité par les Génois ; pour d’autres, il s’agit d'une banale querelle de délimitation de propriétés avec la famille Romei. La présence du frère de Giuvan-Petru Gaffory laisse supposer que, si différend de limites il y avait, Gênes a su en tirer parti pour commanditer un assassinat. Il ne faudrait pas oublier que le roi Théodore a échappé à plusieurs tentatives d'assassinat. Éliminer les personnes qui gênaient n'était pas une chose rare à l'époque.

La maison des frères Romei (qui s'étaient enfuis) fut rasée, selon les témoignages de l'époque[2].

Famille[modifier | modifier le code]

Son père Filippo Antonio Gaffory était podestat de Corte.

Son épouse Faustina de Matra est célèbre pour son rôle dans la défense de Corte. En 1746, elle ordonna aux soldats de prendre la citadelle alors que les Génois retenaient son fils en otage tout en indiquant qu'ils pouvaient l'exécuter mais qu'elle ne se rendrait pas. Quelques années plus tard, les Génois attaquant à nouveau Corte, elle menaça de faire sauter un baril de poudre si les habitants se rendaient.

Ils ont eu au moins deux enfants :

  • François Gaffory (1744 À Corte-1796 à Corte), général.
  • Guilia Mattea Gaffory, mariée avec André Colonna-Ceccaldi[3].

La statue érigée à Corte est d'Émile Aldebert.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Le Glay, Théodore de Neuhoff, roi de Corse, Monaco, 1907, p. 84.
  2. Julia Gasper, Theodore von Neuhoff, king of Corsica. The man behind the legend, University of Delaware Press, novembre 2012.
  3. François Demartini, Armorial corse, Éditions Alain Pazziola, 2003