Jean-Paul Schützenberger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Paul Schützenberger
Image dans Infobox.
Jean-Paul Schützenberger en 1967.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 39 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Père
Fratrie
Autres informations
Mouvement
Instrument
Site web

Jean-Paul Schützenberger, né le à Pontorson (Manche) et mort le à Gap (Hautes-Alpes), est un pianiste et compositeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le à Pontorson, Jean-Paul Schützenberger est le fils du psychiatre Pierre Schützenberger (1888-1973) et le frère du mathématicien Marcel-Paul Schützenberger (1920-1996). Il épouse Suzanne Schützenberger, morte le , à l'âge de 87 ans , Lux aeterna .

Jean-Paul Schützenberger est un polytechnicien de la promotion de 1949[1].

Il est l'auteur d'une vingtaine d'opus qui vont de la musique de chambre à l'opéra, ainsi que de deux concertos pour piano, qui était son instrument de prédilection.

Il meurt accidentellement le à Gap où il repose.

Postérité[modifier | modifier le code]

En 2006, un premier concert commémoratif a été donné à Épinal, le , grâce à Jacques Houtmann, ami de Schützenberger, avec l'opus 18, Ballade pour timbales, percussion et orchestre, joué en à Chartres.

En 2007, à l'occasion du 40e anniversaire de sa mort furent données certaines de ses œuvres lors d'un concert offert le en mai dans la chapelle de l'école Sainte-Geneviève à Versailles, avec le Quatuor à cordes, opus 15, et le Quintette pour clarinette, opus 11.

Le , au temple protestant de l'Étoile, un concert a commémoré les 50 ans de sa mort, réunissant sa famille et ses amis autour de sa Messe brève pour orgue, accompagnée d'un programme de musique sacrée par l'ensemble Arcana.

Un concert commémoratif a eu lieu le pour le 90e anniversaire de sa naissance, avec le Requiem de Mozart par l'ensemble vocal Arcana et une sonate pour piano de Jean-Paul.

Un disque où Jean-Paul Schützenberger joue Chopin et Liszt a été sauvegardé en 2006. Il subsiste également l'enregistrement pianistique des leitmotive de son opéra Les enfants de Japhet, terminé en .

Un site Internet[2] créé par sa famille est mis en ligne depuis le . Il présente de nombreux documents visuels, photographiques, des captations des différents concerts, ainsi que l'intégralité des partitions de ses œuvres musicales.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Opus 1 : [perdu].
  • Opus 2 : Ballade pour piano (1950).
  • Opus 3 : Sonate pour piano en ré mineur.
  • Opus 4 : Recueillement, sur le poème de Charles Baudelaire.
  • Opus 5 : 3 études pour la main gauche.
  • Opus 5 : Messe pour orgue en 5 mouvements, rejouée le .
  • Opus 6 : [perdu].
  • Opus 7 : Fantaisie.
  • Opus 8 : Ballade pour piano.
  • Opus 9 : Sonate en la mineur pour piano et violon (1956).
  • Opus 10 : Concerto pour piano et orchestre numéro 1.
  • Opus 11 : Quintette pour clarinette et quatuor à cordes en si bémol majeur, joué pour la première fois en public à Versailles en .
  • Opus 12 : Poème pour piano.
  • Opus 13 : [perdu].
  • Opus 14 : Sonate pour violoncelle.
  • Opus 15 : Quatuor à cordes en mi bémol majeur, 1961, et redonné le à Versailles.
  • Opus 16 : Sonate pour piano en la majeur, jouée pour la première fois en public le .
  • Opus 17 : Sonate pour 3 quatuors, piano et contrebasse en la bémol majeur en deux mouvements.
  • Opus 18 : Ballade pour timbales, percussion et orchestre (1962).
  • Opus 19 : Concerto pour piano et orchestre numéro 2.
  • Opus 20 : Quatuor à cordes numéro 2.
  • Opus 21 : Opéra Les enfants de Japhet, ouverture, leitmotive et livret (1967).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]