Janusz Waluś

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Janusz Waluś
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalités
Polonais (jusqu'en ), Sud-Africain (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Domicile
Activité
Autres informations
Partis politiques
Condamné pour

Janusz Jakub Waluś (/ˈjɑːnəs ˈwɒləs/, Polonais: [ˈjanuʂ ˈjakup ˈvaluɕ], né le , est un Polonais condamné à perpétuité pour le meurtre, en 1993, de Chris Hani, secrétaire général du Parti communiste sud-africain et l'un des chefs militaires de Umkhonto we Sizwe, la branche armée de l'ANC.

Naissance en Pologne et immigration[modifier | modifier le code]

Janusz Waluś naît à Zakopane en République populaire de Pologne et, en 1981, il émigre en Afrique du Sud pour rejoindre son père et son frère, sur place depuis les années 1970, où ils avaient créé une petite entreprise de verrerie. Après la faillite de l'entreprise familiale, il devient conducteur de camion[1]. Politiquement[note 1], il s'implique dans le Mouvement de résistance afrikaner et dans les mouvements de l'extrême droite qui soutiennent la préservation de la domination blanche et de l'apartheid en Afrique du Sud[3],[4].

Il est naturalisé sud-africain en 1987[5].

Assassinat de Chris Hani[modifier | modifier le code]

L'assassinat de Chris Hani a lieu le , au moment des négociations sur le démantèlement de l'apartheid en Afrique du Sud[6],[7]. Janusz Waluś se rend au domicile de Chris Hani, à Boksburg, dans la banlieue de Johannesbourg, vers 10 h 20. Chris Hani vient de revenir chez lui et, alors qu'il sort de son véhicule, Janusz Waluś l'appelle et lui tire deux balles dans le corps et autant dans la tête quand il se retourne vers son agresseur. Chris Hani meurt sur place tandis que Janusz Waluś fuit. Un voisin note le numéro d'immatriculation de la voiture qu'il utilise, ce qui conduit à son arrestation. Bien qu'il nie toute participation à l'assassinat, durant son incarcération en préventive, il commet l'erreur de penser qu'un des policiers est lui-même d'extrême droite et il lui expose les faits[8]. L'enquête montre l'implication de Clive Derby-Lewis, considéré comme le commanditaire du meurtre et qui avait fourni l'arme utilisée par Janusz Waluś. La police découvre à son domicile une liste de cibles qui laisse entendre que Hani était le troisième sur cette liste, où étaient mentionnés les noms et les adresses de Nelson Mandela et de Joe Slovo, parmi d'autres[8]. Il est motivé par son anti-communisme[4] et il espérait par ce meurtre faire sombrer le pays dans le chaos pour mieux rétablir la domination de la « race blanche » dans le cadre d'un régime militaire[9].

Incarcération[modifier | modifier le code]

Janusz Waluś et Clive Derby-Lewis sont condamnés à mort, mais, après l'abolition de la peine de mort, leur sentence est commuée en prison à vie. Après la mise en place de la Commission de la vérité et de la réconciliation, Janusz Waluś demande l'amnistie, afin de pouvoir bénéficier d'une libération conditionnelle. Après enquête, la commission estime que les deux protagonistes n'ont pas agi en obéissant à des ordres venus de supérieurs et refuse l'amnistie[8]. Clive Derby-Lewis est remis en liberté en pour raisons médicales après vingt-deux ans de prison[10] ; il meurt peu de temps après, le , d'un cancer du poumon[11]. Le , la Haute cour (en) de Pretoria décide que Waluś peut bénéficier d'une libération conditionnelle[12]. Le ministère de l'Intérieur (en) indique, en , qu'il sera déchu de la citoyenneté sud-africaine et expulsé vers la Pologne s'il est libéré[5].

En , le ministre de la Justice, Michael Masutha, introduit une requête en annulation de cette libération conditionnelle devant la Cour suprême d'appel de Bloemfontein[13]. Réunie le , la cour met son verdict en attente, invoquant une irrégularité de procédure impliquant l'impact de la décision sur la famille de Chris Hani[14]. Durant l'audience, l'avocat de Waluś, Roelof du Plessis, déclare que son client a été déchu de la nationalité sud-africaine « quelques semaines auparavant », et qu'un mandat d'expulsion a été délivré[15]. Le , la cour d'appel révoque la libération conditionnelle de Waluś, une décision saluée par le Parti communiste sud-africain[16].

Le , alors qu'il purge sa peine à la prison de haute sécurité C Max (en) de Pretoria, sa demande de libération conditionnelle est refusée pour la troisième fois[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Lors de sa comparution pour obtenir l'amnistie devant la Commission vérité et réconciliation en 1997, il mentionne avoir adhéré au Parti conservateur d'Afrique du Sud à partir de 1985, après avoir rencontré Clive Derby-Lewis, ainsi qu'au Mouvement de résistance afrikaner à la même période. Il souligne également son scepticisme envers la politique réformiste du Parti national dès le référendum de 1983 et milite pour Clive Derby-Lewis lors des élections de 1987 à Krugersdorp. Ce n'est cependant qu'en 1989 qu'il participe en tant que citoyen aux élections législatives[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) John Pomfret, « Alleged S. African assassin is called anti-communist », Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 21 novembre 2019) Accès payant
  2. (en) « On resumption on 21.08.97 », sur justice.gov.za.
  3. (en) Stephen E. Atkins, Encyclopedia of Modern worldwide extremists and extremist groups, Greenwood Publishing Group, (ISBN 9780313324857, lire en ligne), p. 12
  4. a et b (en) Tom Head, « Janusz Walus factfile: What you need to know about Chris Hani’s killer », The South African,‎ (lire en ligne)
  5. a et b (en) « Janusz Walus fights to retain his SA citizenship », sur sabc.co.za (consulté le 21 novembre 2019)
  6. (en) « Murder with a Political Motive », Economic and Political Weekly, vol. 28, no 16,‎ (lire en ligne) Accès payant
  7. (en) Suzanne Daley, « Slayer Tells Inquiry of Mandela Ally's Killing », The New York Times,‎ , p. 13 (lire en ligne, consulté le 21 novembre 2019) Accès payant
  8. a b et c (en) A. Kemp, « The death of Chris Hani: An African Misadventure »
  9. « Tueur en Afrique du Sud, dieu du stade à Varsovie : le destin trouble du suprémaciste blanc Janusz Walus », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  10. (en) Noni Mokati, « Derby-Lewis goes from cell to celebration... », IOLnews, (consulté le 21 novembre 2019)
  11. (en) « My husband is finally free - Gaye Derby-Lewis », News24 (consulté le 21 novembre 2019)
  12. (en) « Chris Hani's killer Janusz Walus given parole in South Africa », BBC, (consulté en 121/11/2019)
  13. (en) « Walus's parole appeal postponed »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur sabc.co.za (consulté le 21 novembre 2019)
  14. (en) « Judgment reserved in Walus parole case », sur enca.com, (consulté le 21 novembre 2019)
  15. (en) « Home Affairs revokes Walus' SA citizenship », sur ewn.co.za (consulté le 21 novembre 2019)
  16. « Court overturns decision to grant Chris Hani's killer parole » (consulté le 21 novembre 2019)
  17. (en) Goitsemang Tlhabye, « Advocate says Janusz Walus rehabilitated, simply being subjected to political bias », (consulté le 21 novembre 2019)