Jamie Saft

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jamie Saft
Naissance
Flushing, Queens, État de New York, États-Unis
Instruments Claviers, piano, guitare, basse
Labels Tzadik, Veal Records, RareNoise Records
Site officiel http://www.jamiesaft.com/

Jamie Saft (Flushing, États-Unis, 1971) est un musicien multi-instrumentiste, producteur, ingénieur du son et compositeur new-yorkais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jamie Saft est né en 1971 dans le Queens et a étudié le piano dès l'âge de trois ans. Il a étudié au New England Conservatory of Music et à l'Université Tufts (Massachusetts). Il a commencé à jouer professionnellement alors qu'il était au lycée, avec des ensembles de jazz, de rock, ou en piano solo[1].

Il a travaillé avec, entre autres, The Beastie Boys, Bad Brains, The B-52's, Laurie Anderson, John Zorn, John Adams, Bobby Previte, Antony and the Johnsons et Dave Douglas. Il a également composé des musiques pour le cinéma et la télévision. Il est membre de plusieurs groupes, dont New Zion Trio et The New Standart (avec Steve Swallow et Bobby Previte)[2].

Jamie Saft emploie principalement les claviers, les guitares et la basse. Son style est caractérisé par sa versatilité et sa capacité à s'adapter à différents contextes, qu'il s'agisse de reggae, de dub, de métal, de blues, de surf rock ou de jazz[1].

Discographie[modifier | modifier le code]

Sous son nom[modifier | modifier le code]

  • Sovlanut (Tzadik, 2000)
  • Breadcrumb Sins (Tzadik, 2002)
  • Trouble: The Jamie Saft Trio Plays Bob Dylan (Tzadik, 2006) - Jamie Saft Trio
  • Black Shabbis (Tzadik, 2009)
  • A Bag of Shells (Tzadik, 2010)
  • Borscht Belt Studies (Tzadik, 2011)

Avec New Zion Trio[modifier | modifier le code]

  • Fight Against Babylon (Veal, 2011)
  • Chaliwa (Veal, 2013)
  • Sunshine Seas (RareNoiseRecords, 2016)

Avec John Zorn[modifier | modifier le code]

Avec The Dreamers[modifier | modifier le code]

Avec Electric Masada[modifier | modifier le code]

Comme sideman[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Eyal Hareuveni, « Jamie Saft: Experience Transcending The Speakers », All About Jazz, Philadelphie,‎ (lire en ligne)
  2. (en) Joslyn Layne, « Jamie Saft. Artist Biography », AllMusic,‎ (lire en ligne)