James Bamford

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
James Bamford
Photo of James Bamford (author).jpg
James Bamford
Biographie
Naissance
Nom de naissance
V. James Bamford
Nationalité
Drapeau des États-Unis Américaine
Formation
Suffolk University Law School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Arme

V. James Bamford () est un journaliste et écrivain américain. Il a surtout rédigé sur les agences de renseignement américaines, principalement la National Security Agency (NSA)[1]. Il a enseigné à l'université de Californie à Berkeley en tant que professeur distingué invité[trad 1] et a rédigé des articles pour le compte des magazines The New York Times Magazine, The Atlantic et Harper's. En 2006, il reçoit le National Magazine Award for Reporting pour son article The Man Who Sold The War (L'homme qui a vendu la guerre) paru dans le magazine Rolling Stone[2]. Il est notamment connu pour avoir révélé en 1982 au grand public l’existence de la NSA[3].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (en) James Bamford, The Puzzle Palace: A Report on America's Most Secret Agency, Houghton Mifflin, (ISBN 0-14-006748-5)
  • (en) James Bamford, The Puzzle Palace: Inside the National Security Agency, America's Most Secret Intelligence Organization, Viking Press, (ISBN 0-14-023116-1)
  • (en) James Bamford, Body of Secrets: Anatomy of the Ultra-Secret National Security Agency, Anchor, (ISBN 0-385-49908-6)
  • (en) James Bamford, A Pretext for War: 9/11, Iraq, and the Abuse of America's Intelligence Agencies, Anchor, (ISBN 1-4000-3034-X)
  • (en) James Bamford, The Shadow Factory: The Ultra-Secret NSA from 9/11 to the Eavesdropping on America, Doubleday, (ISBN 0-385-52132-4)

Citations originales[modifier | modifier le code]

  1. distinguished visiting professor

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Scott Shane, « Decades on the Trail of a Shadowy Agency », The New York Times,‎ (lire en ligne) :

    « For 30 years, on a sometimes lonely hunt, James Bamford has pursued that great white whale of American intelligence, the National Security Agency. It has been a jarring ride at times. »

  2. (en) American Society of Magazine Editors (ASME), « National Magazine Awards 2006 Winners Announced at 40th Anniversary Celebration », Rolling Stone
  3. « James Bamford, le prophète des écoutes de la NSA », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]